J'AI AIMÉ La victoire du Germinal Beerschot

C'est un succès important pour une équipe qui aligne les victoires les unes après les autres. Peu à peu, le club parvient à quitter les profondeurs du classement. Et cela avec le même buteur, Tosin Dosunmu, qui devient le fer de lance de la première division.
...

C'est un succès important pour une équipe qui aligne les victoires les unes après les autres. Peu à peu, le club parvient à quitter les profondeurs du classement. Et cela avec le même buteur, Tosin Dosunmu, qui devient le fer de lance de la première division. Les Mauves ont peiné à Zulte Waregem mais ils ont ramené une victoire. Quand tu ne joues pas bien et que tu gagnes, c'est là que se trouve la base d'un titre. On peut souligner également la prestation de Vincent Kompany, son placement toujours parfait par rapport au danger, ses montées continuellement dangereuses. On retrouve le grand Kompany. On peut d'ailleurs conclure en disant que ce sont les individualités d'Anderlecht qui font actuellement la différence. Christian Wilhelmsson est également en grande forme. C'est ce qui m'a le plus charmé dans la soirée car sur le terrain, on n'a pas retrouvé l'engagement habituel du Brussels. Pourtant, Saint-Trond n'est pas un foudre de guerre. Il y a clairement un manque de flancs chez les coalisés. Il n'y a personne capable de perforer pour apporter de bons ballons à Igor de Camargo ou à Michaël Niçoise. Ce nul confirme que le Brussels éprouve certaines difficultés contre les équipes organisées. Par contre, Alan Haydock m'a bien plu. Il a joué en stopper intelligent. C'est un homme qui peut être mis à toutes les sauces. Il s'en sort toujours à son avantage. Contre Saint-Trond, il a maintenu la baraque derrière, comme dirait Goethals. Ils vivent sur l'acquis et les automatismes de la saison dernière tout en ayant complété leur effectif de façon intelligente. On voit les résultats !On voit que les Liégeois ont des difficultés à subir la pression. Pour rencontrer La Gantoise, mis à part Milan Rapaic et Sergio Conceição, Dominique D'Onofrio avait éliminé tous les techniciens du 11 de base. A l'Ottenstadion, il n'y avait que des battants. D'Onofrio avait tablé sur le physique pour contrer les hommes de Georges Leekens mais cela n'a pas marché. Les cartons rouges, cela commence à faire beaucoup. Les Standardmen ne vont-ils pas commencer à pleurer dans les gilets ? Ils en veulent aux arbitres mais ce ne sont quand même pas les hommes en noir qui font les mauvais gestes. Anthony Vanden Borre doit savoir qu'être titulaire, cela n'existe pas. Il doit apprendre à vivre avec cela et à s'incliner devant les décisions de son entraîneur. Moi, j'irais m'excuser auprès de lui. Ce n'était pas à Vercauteren à faire le premier geste. Mais certains jeunes se prennent vite pour le nombril du monde. Je n'ai pas encore vu un tel comportement de la part de Kompany. Quant au geste de Patrice Luzi, cela ne se fait pas. Si le public estime que son équipe joue mal, il a le droit de la siffler. Chaque supporter a payé sa place. Cela fait partie du spectacle. Le joueur doit être au-dessus de la mêlée d'autant plus que le public mouscronnois est bon enfant. Je suis partisan d'une sanction sportive. Charleroi C'est malheureux que les Zèbres se retrouvent dans cette situation. On ne voit plus l'équipe de la saison dernière. A-t-on été trop vite en besogne avec eux ? En a-t-on trop dit à leur sujet ? Ils ne sont désormais plus qu'à quatre points de la zone de relégation et cela peut devenir ennuyeux pour eux de se retrou- ver dans la charrette du dessous. Ils doivent maintenant faire le gros dos en attendant la trêve et se requinquer lors du stage hivernal. PROPOS RecueilliS par stéphanie vande velde