j'ai aimé

Le DT du Standard est un des grands penseurs du football belge. Il avance des projets à propos de la formation et de la protection des jeunes. Michel Preud'homme a un gros vécu, comme joueur, entraîneur ou dirigeant, dont le football doit tirer profit. On le cite à la tête de la Commission Technique mais je le vois plus dans un rôle de président de l'Union Belge. Ce serait innovant. J'ai apprécié l'idée d'Alain Courtois selon laquelle la Belgique et les Pays-Bas devraient être candidats à l'organisation, en commun, de la phase finale de la Coupe du Monde 2018. C'est une bonne idée qui, si elle se concrétise, suscitera un sursaut salvateur du football belge.
...

Le DT du Standard est un des grands penseurs du football belge. Il avance des projets à propos de la formation et de la protection des jeunes. Michel Preud'homme a un gros vécu, comme joueur, entraîneur ou dirigeant, dont le football doit tirer profit. On le cite à la tête de la Commission Technique mais je le vois plus dans un rôle de président de l'Union Belge. Ce serait innovant. J'ai apprécié l'idée d'Alain Courtois selon laquelle la Belgique et les Pays-Bas devraient être candidats à l'organisation, en commun, de la phase finale de la Coupe du Monde 2018. C'est une bonne idée qui, si elle se concrétise, suscitera un sursaut salvateur du football belge. Le technicien liégeois s'est tranquillement installé au FC Brussels. Je ne sais pas si cela suffira à relancer le club de Johan Vermeersch mais le calme permet souvent de bien travailler. Il fallait l'expérience d'un amoureux du football au long cours afin de travailler avec l'entrepreneur de Ternat. Ce dernier a des idées mais c'est un homme pas facile à suivre au quotidien. Sans faire de bruit, les Loups ont déjà avancé dans leur campagne de préparation de la prochaine saison. Stéphane Pauwels sait où il va. Il déménage comme Mogi Bayat le fait à Charleroi : ce sont des coups de pied dans la fourmilière et on en a parfois besoin pour relancer la mécanique. Le manager des Loups se tourne vers le jeune talent belge. Il a déjà embrigadé Terrence Genaux, de Visé, et Laurent Gomez, jeune médian défensif du Standard. A mon avis, avec Léon Semmeling et Régis Genaux dans leur organisation, les Louviérois détiennent d'excellents découvreurs de talents de chez nous. Au rayon des transferts, je retiens l'arrivée à Mouscron de l'international slovène Ermin Siljak. Il fallait un deuxième finisseur au Canonnier. Le départ tragique de Rinus Michels Le football perd pas mal de légendes ces temps-ci. Il y a peu, nous pleurions tous la disparition de Raymond Goethals qui joue désormais à la belote avec Guy Thys au paradis des entraîneurs. Rinus Michels, le plus grand coach hollandais, les a rejoints. Il avait inventé un autre football, obligeant les plus grandes stars, que ce soit à l'Ajax d'Amsterdam ou en équipe nationale des Pays-Bas, à attaquer et à défendre. Même Johan Cruijff et Robby Rensenbrink ont accepté et appliqué ses idées. Le football se joue aussi en hiver. Est-ce qu'on l'oublie en Belgique ? Avant, tout était mis en marche afin qu'un match ne soit pas remis à la moindre chute de neige. En Hollande et en France, on a joué. A Lens, les responsables du stade ont été prudents et ils ont recouvert la pelouse de bâches. Puis, des volontaires et des jardiniers ont dégagé le reste. Ailleurs, les pelouses sont chauffées, etc. Chez nous, rien de tout cela, pas de pelouses dernier cri, pas d'huile de bras, pas d'envie... On préfère remettre les matches car, à mon avis, les habitués des loges ne sont pas certains d'être au stade à l'heure à cause des intempéries. En attendant, le championnat subit la concurrence de la Ligue des Champions : absurde. Au Lierse, le président a déposé son tablier. La tension entre le club et la ville était énorme. Certains reprochent aux villes du sud de la Belgique de trop subsidier leur club. A mon avis, il est normal d'offrir un bon outil de travail (stade, conditions d'entraînement, etc) aux équipes de son coin. C'est le rôle du politique. Aujourd'hui, le football des rues n'existe quasiment plus. Quand on joue au foot dans son quartier, on risque sa vie tant la circulation automobile est envahissante. Il faut plus de petits stades omnisports un peu partout : c'est le cas en France. Propos recueillis par Pierre Bilic