24 buts lors des quarts de finale, 20 buts en demi-finales. On est loin du stéréotype du foot de haut niveau fermé et tactique...
...

24 buts lors des quarts de finale, 20 buts en demi-finales. On est loin du stéréotype du foot de haut niveau fermé et tactique... J'ai rarement assisté à des matches aussi ouverts que cette saison. Real-Bayern Munich a été l'apothéose, un match incroyable, avec une intensité folle du début à la fin. C'est dû à l'évolution des mentalités. Il y a une nouvelle génération d'entraîneurs âgés d'une quarantaine d'années qui sont moins calculateurs, plus ouverts, volontairement tournés vers l'offensive. Ils alignent une défense à trois, plus de monde dans l'entrejeu... C'est pour ce football-là que les gens paient leur place et allument leur télé. Or, à partir du moment où le foot devient un spectacle, c'est tout profit pour les clubs : il y a davantage d'entrées d'argent, de sponsors, de montants à investir dans les transferts, ... La Roma qui inflige une remontada à Barcelone et qui frôle l'exploit contre Liverpool, la Juventus à qui il ne manque pas grand-chose pour refaire son retard à Madrid...Plusieurs matches ont failli basculer au retour : est-ce un effet de la remontada historique de Barcelone contre le PSG, l'année dernière ? Je ne crois pas, même si ce scénario a été récurrent cette saison. Une décision arbitrale a parfois fait la différence ou quelques minutes ont manqué. Peut-être que cela a quand même influencé des clubs qui se sont dit que, si d'autres l'avaient fait, ils en seraient aussi capables. Peut-être que des clubs ayant un avantage ont aussi un peu paniqué au retour. Un prono pour la finale ? J'ai été agréablement surpris par le jeu rapide et technique de Liverpool. En récupération de balle, en 2 ou 3 touches de balle, les joueurs sont devant le but. Le Real a affiché moins de rigueur défensive mais il part favori. C'est sa 3e finale d'affilée et Zidane a l'expérience de ce type d'enjeu. C'est du 55/45. Le baromètre annuel de Sud Presse vous a encore distingué comme consultant préféré du public francophone. Votre secret ? C'est un copier-coller des autres années, je ne pense pas que le journal ait envie de travailler là-dessus... (il rit) Cela fait plaisir mais je n'y prête pas plus d'attention. Jérôme D'Ambrosio est dans la liste alors qu'il n'est plus consultant pour la RTBF. Le classement vaut ce qu'il vaut... Vous restez sur RTL les prochaines saisons ? J'ai un accord verbal pour prolonger trois saisons. Je vais continuer à travailler sur la Champions League, en étant présent dans les stades quand c'est possible, et aussi sur la Nations League.