Sur le plateau de Club RTL, les rôles ont été redistribués. Georges Grün a été déchargé de l'aspect présentation et officie presque comme un consultant. Une fonction qui doit lui permettre de mieux s'épanouir.
...

Sur le plateau de Club RTL, les rôles ont été redistribués. Georges Grün a été déchargé de l'aspect présentation et officie presque comme un consultant. Une fonction qui doit lui permettre de mieux s'épanouir. Vous avez déclaré que ce changement de rôle vous soulageait. L'animation vous pesait ? Non, car je me sentais de plus en plus à l'aise. Mais je voyais que cela ne me correspondait pas. Le stress était inévitable et avait des conséquences sur ma prestation. La réflexion est née au sein de la rédaction et on a commencé à en discuter. Quelques essais ont eu lieu durant le mois d'août et on s'est rendu compte que la formule actuelle donnait mieux. Au final, vous n'étiez pas fait pour la présentation ? Cela, c'est aux spécialistes de le dire ! (il rit). Présenter m'obligeait à être très concentré et me faisait perdre beaucoup de naturel. Le stress avait diminué depuis mes débuts mais il restait très présent. Quand je dis très, il faut savoir que mon corps produisait une réaction allergique ! Mon changement de rôle est donc presque dû à une décision médicale (il rit). Mais je garde de bons souvenirs. Cela m'a permis de progresser dans ce métier et de voir comment on gère un autre aspect du travail journalistique. Le nouveau décor, avec palette et caméra : vrai plus ou effet de mode ? Cet apport était nécessaire car nous avons constaté qu'expliquer les phases avec la caméra aide énormément. L'année dernière, il est arrivé que nous évoquions une action ou que nous fixions notre attention sur un joueur sans que le public ne sache exactement de quoi nous parlions. Le public est souvent très critique envers les commentaires de RTL et reproche un manque de profondeur et d'analyse. Quand nous diffusons les rencontres de Ligue des Champions, nous n'avons pas le temps d'être analytiques durant l'avant et l'après match. Nous sommes pris par l'horaire et c'est parfois très frustrant quand il y a des phases intéressantes à disséquer. Quant aux jugements sur les commentaires des matches, chacun essaie de donner le meilleur de lui-même. Je ne fais pas attention à ce type de critiques. Un film ou une émission ne fera jamais l'unanimité. Il y a quelques années, vous aviez déclaré être intéressé par un travail d'entraîneur. Et aujourd'hui ? Je crois qu'il est trop tard pour accomplir le pas. J'avais postulé comme adjoint d'Aimé Antheunis quand il était sélectionneur national. Mais, entre-temps, je me suis installé dans un schéma qui me convient bien.