L'Excelsior Mouscron est quatrième, après le premier quart du championnat. C'est nettement mieux que sa 13e place de la saison passée. Geoffrey Claeys, qui a fêté ses 29 ans dimanche, déclare : " Le changement d'entraîneur y est pour beaucoup. Il y a énormément d'engagement entre les lignes. Leekens a transféré deux joueurs qui apportent un plus en défense, Beloufa et Laybutt. Il nous a rendu notre élan ".
...

L'Excelsior Mouscron est quatrième, après le premier quart du championnat. C'est nettement mieux que sa 13e place de la saison passée. Geoffrey Claeys, qui a fêté ses 29 ans dimanche, déclare : " Le changement d'entraîneur y est pour beaucoup. Il y a énormément d'engagement entre les lignes. Leekens a transféré deux joueurs qui apportent un plus en défense, Beloufa et Laybutt. Il nous a rendu notre élan ". Geoffrey Claeys : Quand il dit quelque chose, même ceux qui ne jouent pas sont impressionnés. Il a établi une organisation, en défense, puis dans l'entrejeu et enfin en attaque. Il veille à la discipline, au professionnalisme, à l'engagement. C'est aussi simple que ça. Attention : le premier tour avait été bon. Ensuite, l'équipe a laissé tomber les bras et personne, vraiment personne n'a pu nous remonter le moral. Si chacun reste affûté, nous pouvons briguer le Top 5. Très bien, pour le moment. Je suis vraiment bien depuis trois ou quatre semaines. A 90 % grâce à Leekens, qui me motive. Je me suis aussi dit : -On tourne la page, on y va à fond. Mais pour ça, j'avais besoin d'un entraîneur qui croie en moi et m'insuffle confiance. Cet homme, c'est Leekens. Je m'épanouis à son contact. Rien que son regard. Il dit rarement quelque chose de positif à mon sujet mais quand même. Quand je le regarde, je vois ce qui se passe en mon for intérieur. Je sens qu'il a confiance en moi et je me donne à fond pour lui. Le fait qu'il m'ait repêché dans le noyau B est évidemment très important. J'ai eu de la chance : normalement, je devrais jouer à Denderleeuw, maintenant, et c'en serait fini de ma carrière. Leekens m'a conservé. Il constitue une figure paternelle, j'ai envie de me jeter au feu pour lui. En supporter. Je suis Buffel avec beaucoup d'attention. A 21 ans, le voilà titulaire à Feyenoord. Je n'étais pas aussi loin à son âge. Buffel, c'est le top, la classe. Je l'admire beaucoup. (Il rit). Non mais Ronald reste un ami. Nous sommes toujours en contact. Nous nous ressemblons. Tous les deux, nous sommes de bons vivants. (C. Vandenabeele)