Dribbler, feinter, passer, centrer, frapper... Mike Trésor Ndayishimiye sait à peu près tout faire sur un terrain de football. Mais si on ne devait retenir qu'une seule de ses nombreuses qualités, ce serait sans doute sa capacité à délivrer la dernière passe, celle qui provoque une occasion de but ( voir chiffres ci-contre). Malgré ses 22 ans, l'ancien Mauve fait preuve d'une surprenante maturité dans ce domaine. Alors que les jeunes joueurs perdent souvent leur lucidité dans les trente derniers mètres, lui sait rester calme, lire le jeu rapidement, et trouver la passe clé.
...

Dribbler, feinter, passer, centrer, frapper... Mike Trésor Ndayishimiye sait à peu près tout faire sur un terrain de football. Mais si on ne devait retenir qu'une seule de ses nombreuses qualités, ce serait sans doute sa capacité à délivrer la dernière passe, celle qui provoque une occasion de but ( voir chiffres ci-contre). Malgré ses 22 ans, l'ancien Mauve fait preuve d'une surprenante maturité dans ce domaine. Alors que les jeunes joueurs perdent souvent leur lucidité dans les trente derniers mètres, lui sait rester calme, lire le jeu rapidement, et trouver la passe clé. Pour exploiter au mieux cette qualité, John van den Brom l'a surtout utilisé en tant que milieu offensif central depuis son arrivée à Genk (quatre matches sur six). Tel un numéro 10 à l'ancienne, le natif de Lembeek reste au coeur du jeu. Dans le 4-2-3-1 limbourgeois, ce sont les ailiers Théo Bongonda et Junya Ito qui viennent occuper les demi-espaces (zones intermédiaires situées entre le centre et les couloirs). Mike Trésor quant à lui évolue dans un rôle essentiellement axial. Ses qualités techniques lui permettent de briller dans les petits périmètres et de créer du danger immédiat, à l'entrée du rectangle. Sur le plan collectif, il est un relais efficace, capable de remettre son équipe dans le sens du jeu et de trouver ses coéquipiers dans des positions dangereuses. Mais bien que ce rôle lui convienne, il met en évidence un paradoxe: Mike est un ailier au coeur du jeu. En effet, contrairement aux anciens numéro 10 comme Michel Platini ou Zinédine Zidane, le Diablotin ne manque pas de vitesse. Il peut également faire la différence dans les couloirs, que ce soit en un contre un, grâce à son explosivité, ou en exploitant la profondeur avec sa vitesse. Une fois qu'il est passé, le Belge mobilise très bien sa qualité de centre, comme en témoignent ses passes décisives pour Bryan Heynen contre Ostende et pour Cyriel Dessers contre le Shakhtar. Si le joueur de 22 ans peut occuper différentes positions sur le terrain, sa place au sein du collectif limbourgeois reste difficile à déterminer. Avec Willem II, il convoitait principalement le demi-espace gauche, mais cette zone étant celle de Bongonda au Racing, il ne peut s'y rendre régulièrement, à supposer que le Carolo reste au club après le 31 août. Dans l'axe, Kristian Thorstvedt est toujours apprécié, et il ne devrait pas reculer d'un cran compte tenu des performances de Heynen et de Patrik Hro?ovský. Cette saison, John van den Brom devra donc découvrir le rôle idéal pour son numéro 11.