A propos du football belge : " C'est un football physique avec des joueurs qui ne rechignent pas au contact. Beaucoup d'équipes se servent de certaines individualités pour faire basculer une rencontre. Le jeu n'est pas forcément rapide et le public est différent d'un lieu à l'autre. A Charleroi, il n'y avait pas beaucoup de monde par rapport au stade que le club possède. J'ai beaucoup apprécié le public de Molenbeek qui a véritablement porté son équipe au partage. A La Louvière, je commence à mieux cerner nos fans. C'est un public gentil, poli et modeste. Ce sont des gens avec des revenus moyens mais qui s'abonnent. On doit donc respecter ces gens-là ".
...

A propos du football belge : " C'est un football physique avec des joueurs qui ne rechignent pas au contact. Beaucoup d'équipes se servent de certaines individualités pour faire basculer une rencontre. Le jeu n'est pas forcément rapide et le public est différent d'un lieu à l'autre. A Charleroi, il n'y avait pas beaucoup de monde par rapport au stade que le club possède. J'ai beaucoup apprécié le public de Molenbeek qui a véritablement porté son équipe au partage. A La Louvière, je commence à mieux cerner nos fans. C'est un public gentil, poli et modeste. Ce sont des gens avec des revenus moyens mais qui s'abonnent. On doit donc respecter ces gens-là ". Le jeu louviérois et les ambitions du groupe : " On essaye de beaucoup presser dans le jeu, d'harceler le porteur du ballon adverse en développant un jeu rapide avec beaucoup de vitesse vers l'avant. Pour cela, il faut une équipe agressive mais dans le bon sens du terme. Il faut donc être à 100 % même si cela demande beaucoup d'énergie. Pour le moment, les résultats parlent pour nous. Nous sommes bien classés et nous réussissons un bon début de saison mais ce serait se tromper d'objectif que d'essayer de se battre coûte que coûte pour garder cette place de leader. On perdrait de l'influx et on s'éloignerait de ce qui reste capital pour nous : le maintien. C'est agréable de vivre ce bon début de saison mais cela reste secondaire. Cela ne sert à rien de s'infliger une pression supplémentaire ". Son rôle dans l'équipe : " J'ai un certain vécu et je dois l'apporter à l'équipe. Sur le terrain, comme milieu défensif, je dois récupérer les ballons et guider mes coéquipiers. Je préfère jouer dans l'axe que sur le flanc. J'ai commencé une rencontre à gauche cette saison mais je n'y ai pas mes points de repère. Toutefois, un milieu de terrain moderne doit pouvoir être capable de jouer à toutes les places. Quand je suis à gauche, je veille à bien me placer tactiquement et essaye d'amener la dernière passe. Je prends garde aussi à ne pas être offensif. Dans l'axe, cela se fait plus naturellement. Je sais que si je monte, je dois revenir immédiatement alors que sur le flanc, les tâches défensives sont secondaires. Ce n'est pas un problème de jouer avec deux milieux défensifs. On se complète et on se partage le travail. Quand je monte, je sais que Matthieu Assou-Ekotto va me suppléer, et vice-versa. En phase défensive, à deux, cela devient plus facile de récupérer le ballon ". Le match contre Genk, match étalon ? : " Par rapport aux autres rencontres, c'est vrai qu'il s'agit de ma meilleure prestation. Mais j'espère que cela ne sera pas mon meilleur match de l'année. Je dois continuer sur cette lancée tout en sachant bien que je connaîtrai de bons moments cette saison mais également des passages à vide. On a abordé ce match contre Genk comme les autres. Forcément, cela a plus marqué les esprits car il s'agit d'une victoire acquise au détriment d'une des quatre grandes équipes. Mais sur ce match, Genk ne m'a pas semblé meilleur que Charleroi ". Le futur : " On rentre dans une phase de six matches très importants. Au bout de ces deux mois, on pourra faire un bilan. On joue notamment deux fois à domicile et c'est ce qu'il y a de plus difficile car c'est très dur d'enchaîner, devant son public, deux bons résultats coup sur coup. En plus, il s'agira de Mouscron et du Standard ". Les révélations de la saison ? : " Gunther Van Handenhoven et Silvio Proto ".