Le match fut dominé de bout en bout par les joueurs limbourgeois, avec à la clé, de nombreuses occasions qui échouèrent la plupart du temps sur un Mark Volders des grands soirs. L'équipe de Gil Vandenbroeck s'est contentée de défendre et d'essayer de trouver des solutions en contre-attaque mais il faut bien admettre que la production offensive des Mouscronnois fut très faible. Dommage toutefois que la décision soit tombée sur un penalty très généreusement accordé par Monsieur Jordens pour une faute (?) de ...

Le match fut dominé de bout en bout par les joueurs limbourgeois, avec à la clé, de nombreuses occasions qui échouèrent la plupart du temps sur un Mark Volders des grands soirs. L'équipe de Gil Vandenbroeck s'est contentée de défendre et d'essayer de trouver des solutions en contre-attaque mais il faut bien admettre que la production offensive des Mouscronnois fut très faible. Dommage toutefois que la décision soit tombée sur un penalty très généreusement accordé par Monsieur Jordens pour une faute (?) de Daan Van Gyseghem sur Kevin Vandenbergh. La sanction suprême a été transformée par Hans Cornelis et ce fut la seule manière pour les hommes d' Hugo Broos de tromper le dernier rempart hennuyer. Broos avait choisi de délaisser son traditionnel 4-4-2 pour n'évoluer qu'avec un seul attaquant, le poste de deuxième avant de pointe était sacrifié par la présence de Faris Haroun en soutien de Vandenbergh. La blessure d' Ivan Bosnjak n'est certainement pas étrangère dans le choix de Broos de modifier son dispositif. Peut-être estime-t-il également que Vandenbergh et Goran Ljubojevic ne sont pas très complémentaires. Tous les changements effectués par le coach de Genk l'ont été poste pour poste et du côté mouscronnois, si le choix de jouer avec un seul attaquant était compréhensible, le manque d'audace, même après avoir encaissé le penalty, l'était un peu moins. La différence dans le jeu, avec deux systèmes identiques, s'est traduite dans l'état d'esprit et la volonté offensive de certains joueurs. Les 4 joueurs de flanc du Racing ont affiché une volonté d'aller vers l'avant beaucoup plus importante que les éléments de Mouscron évoluant aux mêmes postes. De plus, l'apport offensif axial de Wouter Vrancken et de Haroun fut également supérieur à celui de Steve Dugardein et de Paco Sanchez. Hormis deux frappes lointaines de Sanchez non cadrées, Logan Bailly a passé une soirée très tranquille. La seule possibilité réelle est tombée à la 83e minute et de plus sur une phase un peu confuse de Mouscron. Suite à une rentrée en touche, Jean-Philippe Charlet balance un centre du gauche vers le deuxième poteau où Alioune Kebe émerge du duel. Avant de traverser quasiment tout le rectangle parallèlement au but et après un passage en force, un appui involontaire sur Sanchez et une chute, le ballon lui revient dans les pieds miraculeusement. Il enchaîne une frappe croisée qui partait en direction du but mais Bailly, très attentif malgré le peu de travail à effectuer, détourne le tir du remplaçant de Karim Fellahi. Face à des Mouscronnois trop peu entreprenants, les meneurs du championnat ont enlevé une petite victoire logique malheureusement obtenue sur un penalty plus que douteux Enfin, je ne crois pas que les visiteurs auraient pu tenir 120 minutes : la décision serait probablement tombée côté limbourgeois. par Étienne delangre