Si Hugo Broos n'est pas un partisan des PO2, il ne l'est pas davantage des PO1. Du moins, pas dans leur formule actuelle.
...

Si Hugo Broos n'est pas un partisan des PO2, il ne l'est pas davantage des PO1. Du moins, pas dans leur formule actuelle. Si l'on suit votre raisonnement, le champion cette saison, c'est Anderlecht puisque le Sporting a terminé la phase classique en tête avec un point d'avance sur Genk ?HugoBroos : Exactement. C'est un championnat, donc le premier doit être considéré comme le champion. Je ne serais pas opposé à l'idée que Genk, La Gantoise, Bruges et le Standard jouent des play-offs pour le deuxième ticket de Ligue des Champions et les places en Europa League, comme cela se fait en Grèce, mais le titre, c'est autre chose. Ivan De Witte prétend que l'erreur commise aux Pays-Bas est précisément de ne pas avoir intégré le premier de la phase classique dans les play-offs et que c'est la raison pour laquelle ce fut un échec...Ah bon ? Et vous trouvez que les play-offs soient une réussite en Belgique ? On y trouve, cette saison, les cinq grands du championnat, et malgré cela les stades ne sont pas pleins. Parce qu'on oblige les supporters à mettre, une fois encore, la main au portefeuille...C'est bien la preuve que les play-offs n'ont pas été créés pour améliorer la qualité sportive, mais uniquement pour faire rentrer de l'argent. Anderlecht aurait-il mérité d'être champion ?Cela, c'est un autre débat. Sur la base du spectacle produit, non. Trop de joueurs de qualité sont partis sans être remplacés. C'est la raison principale de la saison décevante livrée par le Sporting. Le manque de confiance, c'est une deuxième raison, qui est une conséquence de la première : les joueurs ont senti qu'ils n'étaient plus aussi forts que la saison précédente et ont perdu leur sérénité. Quelle est la raison principale de la saison décevante livrée par Bruges ?Le vestiaire. A mon époque, c'était précisément la solidarité du groupe qui faisait la différence. Aujourd'hui, le groupe est composé d'individualités à l'ego surdimensionné et le travail d'un entraîneur devient difficile. On dit toujours qu'un bon entraîneur doit être capable de maîtriser son vestiaire, mais lorsque Nabil Dirar - pour ne citer que lui - est renvoyé à plusieurs reprises dans le noyau B sans qu'il comprenne la leçon, que faut-il faire ? Infliger des amendes ? Oui, peut-être. J'ai été obligé de le faire avec quelques joueurs de Zulte Waregem également, mais cela ne résout pas tout. Il faut aussi tenir compte de l'aspect financier : si Dirar reste dans le noyau B jusqu'au terme de la saison, il ne vaudra plus rien sur le marché des transferts. Aujourd'hui, il vaut peut-être encore deux ou trois millions. Le Standard est-il la meilleure équipe, actuellement ?Sur la base des derniers matches, sans doute que oui. Le Standard a récupéré les blessés au bon moment, Axel Witsel a retrouvé son meilleur niveau au bon moment également et il a résolu ses problèmes défensifs. Cette équipe a tout : la puissance, la technique, la jeunesse et l'expérience. Mais trouvez-vous logique que les Rouches, qui n'ont terminé que 6e et n'ont arraché leur billet pour les PO1 que lors de la dernière journée, soient sacrés champions ? Et ce ne serait pas immérité, car le parcours qu'ils ont réalisé ces deux derniers mois est phénoménal. Mais peut-on sacrer un champion sur deux mois ? Qui mériterait le titre alors ?Genk, selon moi. Si le Standard est l'équipe la plus complète, je trouve le Racing encore meilleur. Les Limbourgeois ont, d'abord, un très bon entraîneur avec Frankie Vercauteren, qui a réussi à former une très bonne équipe qui pratique un football offensif. Ils ont des joueurs de talent et d'indéniables arguments offensifs : avec Kevin De Bruyne, Jelle Vossen et Marvin Ogunjimi, pour ne citer qu'eux, le club possède de l'or. N'oublions pas non plus, un jeune et bon gardien comme Thibaut Courtois. Genk possède, surtout, des joueurs qui ont faim : peu d'entre eux ont déjà remporté des trophées.