" Je suis content d'avoir pu former moi-même l'équipe une fois encore. " Vendredi soir, Pierre Denier a réagi d'un clin d'oeil à nos affirmations. La semaine dernière, nous avions écrit que le directeur technique, Gunter Jacob, avait dicté la composition de l'équipe genkoise contre le Cercle - lors du premier match suivant le renvoi d'Emilio Ferrera. D'après l'entraîneur intérimaire, qui s'exprimait après le nul blanc face à Lokeren, c'était bien lui qui avait fait l'équipe, avec Hans Visser.
...

" Je suis content d'avoir pu former moi-même l'équipe une fois encore. " Vendredi soir, Pierre Denier a réagi d'un clin d'oeil à nos affirmations. La semaine dernière, nous avions écrit que le directeur technique, Gunter Jacob, avait dicté la composition de l'équipe genkoise contre le Cercle - lors du premier match suivant le renvoi d'Emilio Ferrera. D'après l'entraîneur intérimaire, qui s'exprimait après le nul blanc face à Lokeren, c'était bien lui qui avait fait l'équipe, avec Hans Visser. Dans ce cas, le duo nous a réservé une surprise vendredi. Contre Lokeren, Hervé Kagé et Sergej Milinkovic-Savic, entrés au jeu contre le Cercle, n'étaient même pas sur le banc. Ils n'étaient pas en forme, paraît-il, ce qui soulève encore plus de questions quant à leur rapide début la semaine précédent. " Nous n'avions personne d'autre ", s'est défendu Denier, ce qui entraîne d'autres questions, cette fois sur la qualité du noyau de Genk, pourtant étoffé. Ferrera puis Jacob avaient jugé qu'il était trop large et devait être réduit. Pour l'heure, cet amincissement se limite au renvoi dans le noyau B de Jeroen Simaeys. Son écartement, après la défaite contre Malines, est une décision de Jacob. Lors de cette même réunion avec le staff technique, Jacob a également décidé que l'entraîneur des espoirs, Domenico Olivieri, ne ferait plus partie de l'encadrement de l'équipe A. Dimitri De Condé a pris place sur le banc lors des deux derniers matches. Il vient d'avoir une promotion éclair, étant passé en un rien de temps des U17 aux U19 puis à l'équipe A. Olivieri, un monument du Racing, a fait part de sa déception. Il n'a pas eu d'explication. Vendredi, Denier a répété son souhait d'être délivré le plus vite possible de son mandat d'entraîneur principal. A l'issue du week-end, la probabilité que Frank Vercauteren reprenne rapidement ses tâches s'est amoindrie. Dimanche, il a mené le Krylia Sovetov Samara à une victoire 0-2 face au FC Sibir. Après six journées, il est premier ex-aequo de Division Deux russe. Lors de la conférence de presse qui a suivi, il n'a pas été interrogé une seule fois sur ses contacts avec le RC Genk. Après un vol de trois heures de Novosibirsk à Samara, Vercauteren n'a pas dispensé d'entraînement le lundi, comme prévu. " Il ne se passera rien ", a fait savoir le club russe le matin. Le ministre régional du Sport l'avait déjà dit avant le week-end, sur base d'un entretien avec l'entraîneur - il est président du conseil d'administration du Krylia. Pourtant, Genk conserve une lueur d'espoir : Vercauteren n'aurait pas encore eu l'occasion de parler avec le CEO du club russe. Par ailleurs, Genk refuse de confirmer être en contact avec Vercauteren et avoir déjà trouvé un accord verbal. Seule certitude, aucune signature n'a été apposée la semaine dernière. Sur la liste de Genk figurent également Huub Stevens et Peter Maes. C'est le président, Herbert Houben, qui s'occupe du dossier. Il n'a pas assisté au match contre Lokeren mais il revient en Belgique cette semaine. Entre-temps, il y a de plus en plus de chances pour que Pierre Denier soit encore T1 samedi à Courtrai, où Genk tentera de décrocher sa première victoire de la saison. " Deux sur neuf, c'est trop peu ", a déclaré le T1 malgré lui vendredi. " Surtout avec deux matches à domicile. " PAR JAN HAUSPIE