Qu' Hein Vanhaezebrouck mette donc la pression sur les Limbourgeois : Genk a tiré des leçons de la saison passée. Cette fois, ce n'est pas la direction qui a formulé des ambitions. Elles sont venues de l'intérieur, constate le directeur sportif Dimitri de Condé : " On sent que le groupe vit. Je ne vois que des visages souriants à l'entraînement. "
...

Qu' Hein Vanhaezebrouck mette donc la pression sur les Limbourgeois : Genk a tiré des leçons de la saison passée. Cette fois, ce n'est pas la direction qui a formulé des ambitions. Elles sont venues de l'intérieur, constate le directeur sportif Dimitri de Condé : " On sent que le groupe vit. Je ne vois que des visages souriants à l'entraînement. " Genk ne dépend pas d'un seul joueur : chaque match révèle d'autres hommes. Après Leandro Trossard, c'est au tour d' Ally Samatta, qui marque à la chaîne. Un des nombreux joueurs que De Condé a convaincus d'opter pour le Racing : " Son exemple nous rappelle à quel point l'aspect mental est important. Les attaquants doivent marquer. Ils sont alors en confiance. S'ils ratent des occasions, ils sont écartés et perdent confiance. Les footballeurs sont très sensibles. " Le défenseur central colombien Jhon Lucumi, qui s'est blessé dimanche, a remplacé Omar Colley sans difficulté. De Condé l'a également aidé. " Jhon hésitait à rester six mois de plus dans son club. Nous avons réussi à le convaincre de nous rejoindre dès l'été. Les défenseurs centraux gauchers et rapides ne sont pas légion. Mais nous ne savions pas combien de temps son intégration prendrait. " Joseph Paintsil aussi apporte une plus-value immédiate. " L'année passée, nous manquions de vitesse sur les flancs. Il est explosif mais il peut encore faire mieux. S'il garde la tête froide, il va devenir un tout grand. " Bref, avec Alejandro Pozuelo et Ruslan Malinovski qui profitent de la vitesse sur les flancs et des arrières qui montent bien, c'est toute une machine qui s'est mise en route. " Genk est un puzzle qui se met progressivement en place ", observe de Condé. Ce n'est pas, pour autant, qu'il se frotte les mains parce que la valeur financière des joueurs augmente. " Ça ne peut pas être notre ambition. Ce qui compte, c'est que notre travail avec les jeunes et notre football fonctionnent bien, ce que certains qualifiaient de naïf. Ça améliore notre image en Europe. " De Condé ne redoute pas d'exode pendant le mercato hivernal. " Pas du tout. Pozuelo est le seul sur lequel nous n'avons pas d'emprise à cause de la clause de départ qui figure dans son contrat. Nous voulons conserver notre noyau jusqu'en fin de saison. Mais nous sommes suffisamment réalistes pour commencer à préparer la saison suivante, au cas où des piliers nous quitteraient. " Dans l'atmosphère de scandale qui règne dans le football belge, il est particulièrement heureux que Genk ait adopté une politique différente. " Presque tous les titulaires ont un manager différent. Nous ne dépendons donc pas des agents. Nous en sommes très fiers. "