Le week-end dernier, Genk avait déjà écoulé 17.000 des 20.000 billets mis à sa disposition pour la finale de la coupe. Les abonnés étaient prioritaires, jusqu'ici, mais à partir d'aujourd'hui, le club contacte les autres candidats acheteurs. Comme ils sont 8.000, sur la liste d'attente, le Racing ne pourra les satisfaire tous mais leur proposera aussi un mini-abonnement pour les PO1. Malgr...

Le week-end dernier, Genk avait déjà écoulé 17.000 des 20.000 billets mis à sa disposition pour la finale de la coupe. Les abonnés étaient prioritaires, jusqu'ici, mais à partir d'aujourd'hui, le club contacte les autres candidats acheteurs. Comme ils sont 8.000, sur la liste d'attente, le Racing ne pourra les satisfaire tous mais leur proposera aussi un mini-abonnement pour les PO1. Malgré les places vides cette saison, le club reste populaire. Il y aura donc plus de monde au Heysel qu'en championnat. Sur les 15.500 abonnés à Genk, un chiffre stable, plusieurs milliers ont fait défaut à chaque match à domicile. Stephan Poelmans, le directeur commercial, ne dramatise pas : " Après le titre conquis avec Sef Vergoossen, nous avons vendu 21.000 abonnements. C'est notre record mais il était dû à la règle établie pour la LC : il était difficile d'obtenir une place pour les rencontres européennes sans abonnement. Le scénario s'est reproduit après le titre obtenu par Franky Vercauteren. Nous devons quand même améliorer l'ambiance et le vécu, pour tirer les gens de leur fauteuil. " Pour la cinquième fois d'affilée, Genk va écouler tout son contingent de billets. Il a remporté ses quatre finales précédentes avec un goal-average de 13-1. La première fois en 1998, face au Club Bruges (4-0). Les clubs n'avaient alors reçu chacun que 10.000 tickets, le stade Roi Baudouin étant en cours de rénovation. En 2000, Genk avait battu le Standard 4-1 et chaque club avait reçu 20.000 billets, de même qu'en 2009, quand Genk avait surpassé Malines. En 2013, le Cercle, finaliste perdant (2-0), n'avait pas écoulé toutes ses places et Genk avait vendu le surplus pour atteindre les 30.000. Ce rush contraste avec la demi-finale, disputée contre Courtrai devant à peine 8.000 personnes. Ce n'est pas un problème spécifique à Genk, précise Poelmans : " C'est ce qui arrive quand on doit jouer un mardi soir à 20h45 pendant la période la plus froide de l'année. "