Le ticket Léon Semmeling- Régis Genaux, engagé par La Louvière il y a un an, a fait du bon boulot mais restera sans lendemain. Genaux entraînait les -18, Semmeling s'occupait des Espoirs et était sur le banc lors des matches de l'équipe Première vu qu'il possède le diplôme belge qu' Albert Cartier n'a pas. En fin de saison, la direction les a écartés.
...

Le ticket Léon Semmeling- Régis Genaux, engagé par La Louvière il y a un an, a fait du bon boulot mais restera sans lendemain. Genaux entraînait les -18, Semmeling s'occupait des Espoirs et était sur le banc lors des matches de l'équipe Première vu qu'il possède le diplôme belge qu' Albert Cartier n'a pas. En fin de saison, la direction les a écartés. " Je ne suis même pas déçu ", signale Semmeling. " Il avait clairement été question d'une collaboration d'un an, je savais que je recevais cette chance d'abord parce que j'étais diplômé par l'U.B. Je suis content de mon boulot : plusieurs jeunes ont débuté en D1, c'est la preuve que nous avons bien travaillé. J'espérais rester au club dans un autre rôle car il avait été prévu que Régis prenne ma place à la tête des Espoirs pour la nouvelle saison : tant pis ". Le son de cloche est bien différent chez Genaux : " Albert Cartier et Stéphane Pauwels m'avaient promis que je serais entraîneur des Espoirs et coach de la Réserve à partir de cet été. Mais ceux qui les remplacent ont clairement décidé de faire table rase de la période Cartier-Pauwels. Ne me demandez pas pourquoi. La Louvière a dit un peu tout : je serais trop cher, j'aurais trop d'ambition, j'aurais eu trop de difficultés à décrocher mon diplôme, etc. Je regrette surtout qu'on m'ait fait traîner en longueur, qu'on m'ait annoncé aussi tard que je ne faisais plus partie des plans du club. Je sais maintenant que mon sort était réglé depuis longtemps mais on n'a pas eu le cran de m'en avertir directement. C'est encore plus grave pour mon frère Terrence, qui paye lui aussi les pots cassés. En février, La Louvière l'a fait signer pour une place dans le noyau A. Aujourd'hui, il se retrouve en Espoirs avec un entraîneur qui s'occupait... des -10 d'Anderlecht. Il faut arrêter de rire. Comment voulez-vous qu'il progresse dans ces conditions ? Il a le niveau pour qu'on lui donne une vraie chance en D1 mais il paye parce qu'il est mon frère et qu'il a été attiré par Albert Cartier et Stéphane Pauwels ". Régis Genaux s'est recasé à Verviers où il devrait s'occuper des Juniors et des Espoirs, et être adjoint de Benoît Thans en équipe Première. (P. Danvoye)