Dans quelques jours, GauthierRemacle fêtera ses 39 ans. Déjà... On se souvient du Bastognard qui débuta très jeune en D1 au Standard, puis qui passa à Charleroi avant de partir discrètement en Allemagne pour enfin finir au grand-duché du Luxembourg. On se souvient aussi de ses coupes de cheveux à la DavidBeckham qui faisaient de lui l'une des coqueluches des supporters. Désormais, l'Ardennais est retourné dans sa région d'origine et dirige une boîte d'intérim qu'il a lancée avec deux amis en 2011. Sacrée reconversion !
...

Dans quelques jours, GauthierRemacle fêtera ses 39 ans. Déjà... On se souvient du Bastognard qui débuta très jeune en D1 au Standard, puis qui passa à Charleroi avant de partir discrètement en Allemagne pour enfin finir au grand-duché du Luxembourg. On se souvient aussi de ses coupes de cheveux à la DavidBeckham qui faisaient de lui l'une des coqueluches des supporters. Désormais, l'Ardennais est retourné dans sa région d'origine et dirige une boîte d'intérim qu'il a lancée avec deux amis en 2011. Sacrée reconversion ! " A 28 ans, quand j'ai quitté l'Allemagne, je me suis posé la question de savoir ce que j'allais faire une fois que le foot serait terminé ", explique-t-il. " J'avais entamé des études en sciences de gestion et des potes de l'époque m'avaient proposé quelque chose. En mon âme et conscience, j'ai donc décidé de faire un pas en arrière au niveau du foot et j'ai opté pour le Luxembourg, où j'avais des propositions intéressantes. J'aurais encore pu jouer en Belgique, où des clubs s'étaient manifestés mais je ne le sentais plus. Au Grand-Duché, le niveau était en légère progression et j'ai estimé que la transition serait parfaite. En signant à Wiltz, je me suis dit que je nouerais les contacts nécessaires pour entrer dans une structure stable et dans ce club, on m'a promis monts et merveilles mais la réalité fut un peu plus compliquée. " Gauthier Remacle espérait imiter son père, qui a fait toute sa carrière professionnelle en banque, mais il n'y parvint pas. C'est alors que d'autres portes se sont ouvertes devant lui. " Je me suis heurté à de nombreuses complications et j'ai alors décidé de chercher un emploi moi-même. J'ai suivi une formation en tant qu'agent d'assurance mais le problème, c'est qu'il fallait que j'aille rencontrer les gens chez eux en soirée et cela compliquait la vie footballistique. C'est alors que je me suis présenté dans une société d'intérim, Vedior, qui faisait du recrutement pour TDK, une société qui oeuvrait notamment dans les cassettes et autres. Je suis tombé sur un directeur charmant, qui me connaissait de l'époque où je jouais en D1 et dont le frère avait été un camarade de classe. Notre discussion a duré plus de six heures et à la fin, il m'a proposé d'intégrer l'agence qu'il venait d'ouvrir à Wiltz. J'avais l'avantage de parler trois langues et mon profil lui plaisait. C'est ainsi que tout a débuté si je puis dire. " En conciliant cet emploi avec le football, tour à tour à Ettelbruck puis Vianden, où il a chaque fois été joueur-entraîneur, Gauthier Remacle s'est découvert une vocation : " C'est un bonheur de pouvoir côtoyer des gens et de leur rendre service. Je pouvais rencontrer un Portugais qui ne parlait pas français et n'avait pas de voiture mais qui avait envie de bosser, puis un mec qui avait un Bac +5 et qui parlait quatre langues, puis encore un directeur de banque qui gérait plus de 100 personnes. " Voilà désormais dix ans que l'ancien Rouche est dans le monde de l'emploi. Et depuis cinq ans, il est son propre patron. " Il y a quelques années, Randstad a racheté Vedior. Entre-temps, j'étais devenu chef d'agence mais avec deux amis, nous craignions de ne devenir que des numéros, et avec HervéEtienne notamment, nous avons décidé de nous lancer en équipe. Nous avons alors fondé Trio Intérim Luxembourg. En juin 2014, j'ai choisi de raccrocher les crampons. Mon fils avait quasiment 4 ans et je ne le voyais presque pas grandir. J'ai donc tranché. " Parler avec Gauthier Remacle est un pur bonheur. Sympathique, souriant, son discours apporte un vent de fraîcheur dans un univers souvent aseptisé. Malgré un regard pertinent et dur sur ce monde qui lui a permis de se lancer, il conserve de bons souvenirs : " Le foot professionnel, c'est la vie de rêve quand on est jeune. J'ai deux souvenirs forts : le premier c'est mon but en coupe du Monde des U20 en Malaisie, le second mon assist pour MboMpenza quand nous avons gagné 0-1 à Anderlecht avec le Standard. Mais c'est loin tout ça... " PAR DAVID DUPONT" C'est un bonheur de pouvoir rencontrer des gens et de leur rendre service. " - GAUTHIER REMACLE