...et c'est logique : en haussant le record/transferts à 100 millions, Gareth Bale est devenu ce qu'on nomme un mouton à cinq pattes, quelqu'un d'extrêmement rare ! Ceci dit, ceci ri, ouf : nous voici tranquilles jusqu'à Noël, rapport à ces emplettes de merde ! Rien à faire, qu'il soit estival ou - pire - hivernal, je vomirai le mercato jusqu'à ma mort : car dès qu'une compète a démarré et jusqu'à son issue, on ne modifie plus les forces en présence. Tout manquement à ce principe est une incursion minable du business pognoneux dans les valeurs du sport qu'on se targue de défendre !
...

...et c'est logique : en haussant le record/transferts à 100 millions, Gareth Bale est devenu ce qu'on nomme un mouton à cinq pattes, quelqu'un d'extrêmement rare ! Ceci dit, ceci ri, ouf : nous voici tranquilles jusqu'à Noël, rapport à ces emplettes de merde ! Rien à faire, qu'il soit estival ou - pire - hivernal, je vomirai le mercato jusqu'à ma mort : car dès qu'une compète a démarré et jusqu'à son issue, on ne modifie plus les forces en présence. Tout manquement à ce principe est une incursion minable du business pognoneux dans les valeurs du sport qu'on se targue de défendre ! Le seul truc rassurant durant cette pitrerie est que les plus riches continuent d'être largement les plus cons... ce qui permet aux modestes d'encore pouvoir rivaliser : d'encore un peu rêver de créer la surprise s'ils ont su être fute-fute dans leurs emplettes à plus petite échelle ! Connard d'Or cet été, le Real Madrid évidemment. Pas seulement parce que le Gallois est le nouveau détenteur (provisoire) du record immonde : mais surtout parce que rien ne garantit que, si spectaculaire soit-il quand il perfore sur 50m ou plus, il apportera davantage au collectif que cet autre gaucher dont il devrait, dit-on, piquer le poste à droite de l'attaque madrilène. A savoir Angel Di Maria, malin, mésestimé, pas malhabile du tout : pour lequel, je l'avoue, j'ai un faible car je lui vois des ondoyances voûtées me rappelant Robbie Rensenbrink ! Ajoutons à cela qu'Isco l'autre nouvelle star, a priori positionnée entre Bale et Cristiano Ronaldo, est certes brillant et prometteur...mais jusqu'à preuve du contraire pas plus brillant que Mesut Ozil filé à Arsenal. Au Real, derrière Karim Benzema si gras, on bazarde un trio pas moche, et on le remplace par un autre en pariant sur d'immédiates étincelles : nouvelle preuve qu'en foot, le coup des automatismes offensifs patiemment travaillés, c'est une légende dorée. Sport bizarre : au Real, si Ronaldo ne veut pas jouer en pointe, Benzema, espoir de bientôt 26 ans, est un target man sans grosse concurrence, maintenant que Gonzalo Higuain est en périple à Naples. Tandis que notre Romelu Lukaku s'est taillé de Chelsea parce qu'il y était le QUATRIÈME choix pour le même poste ! Je reste mitigé quant au fils de Roger, mais je lui souhaite d'avoir scoré en Ecosse, tant ça m'a fendu le coeur de le contempler si contrit, si paumé, si ado gaffeur, suite à son tir au but loupé face au Bayern : ce plat du pied tout mou roulant sur Manuel Neuer, c'était pire qu'un obus direction Jésus ! Mais c'était mieux que s'être débiné pour ne pas botter, ce qu'ont fait des briscards comme John Terry et Branislav Ivanovic... avec la bénédiction de José Mourinho que j'aurais cru plus autoritaire en pareille circonstance ! Puis j'ai imaginé l'inverse : le Bayern a loupé un tir au but, Romelu va botter le dernier, il pète une patate en pleine lucarne, et tous les Blues s'entassent sur le héros de cette Super Coupe remportée ! La suite ? Super-héros reste of course à Chelsea... et il flippe assis durant toute la saison ! Car même étant roi du péno, il est plus mal barré qu'affilié au Real : strictement impossible d'à la fois supplanter Samuel Eto'o, Fernando Torres et Demba Ba ! Conséquence : adieu veaux, vaches, Brésil. Non, sérieusement, valait mieux que Lukaku loupe : le voilà maintenant à Everton pour marquer des buts, plutôt que les laisser à Nikica Jelavic, davantage à sa portée, rival de loin préférable ! Si j'étais tordu, je finirais même par penser à la préméditation : croire que ce péno face à Neuer fut délibérément mou pour que Mou fasse la moue !... Je rigole, Romelu, lol, lol, cool ! Je termine en soulignant, par le constat qui suit, la perversité des tirs au but. Quand vous n'avez rien vu d'un big match et que vous demandez le résultat à un pote qui vous renseigne, vous lui demandez, juste après, le nom du ou des buteurs : c'est un réflexe normal de footeux. Mais quand le pote vous apprend que la victoire s'est jouée sur les tirs au but, votre réflexe sera de lui demander d'abord l'identité du rateur décisif ! Sport cruel, va ! BERNARD JEUNEJEAN" Le seul truc rassurant, c'est que les plus riches continuent d'être les plus cons. "