De noir, la région carolo n'en avait que le nom la semaine passée pour la reprise des entraînements. En pleine canicule, c'est le bleu du ciel qui primait. De quoi encore voir la vie en rose, couleur audacieuse choisie par les dirigeants pour orner les maillots qui seront utilisés lors des matches en déplacement. Pourtant, si le temps était encore aux vacances, il n'en fut jamais question. Dès le premier entraînement, Jacky Mathijssen a voulu faire savoir à ses ouailles qu'on entrait directement dans le vif du sujet. En cause : le 2e tour de la Coupe Intertoto que les Zèbres disputeront à Tampere, en Finlande, dès ce week-end. Si le Sporting ne marche pas dans l'inconnu, toute une série de questions se posent en ce début de saison.
...

De noir, la région carolo n'en avait que le nom la semaine passée pour la reprise des entraînements. En pleine canicule, c'est le bleu du ciel qui primait. De quoi encore voir la vie en rose, couleur audacieuse choisie par les dirigeants pour orner les maillots qui seront utilisés lors des matches en déplacement. Pourtant, si le temps était encore aux vacances, il n'en fut jamais question. Dès le premier entraînement, Jacky Mathijssen a voulu faire savoir à ses ouailles qu'on entrait directement dans le vif du sujet. En cause : le 2e tour de la Coupe Intertoto que les Zèbres disputeront à Tampere, en Finlande, dès ce week-end. Si le Sporting ne marche pas dans l'inconnu, toute une série de questions se posent en ce début de saison. Personne n'aurait pensé que le portier français serait présent à la reprise des entraînements, après les rumeurs des dernières semaines. Pourtant, il était bel et bien là, concentré sur son sujet et nullement perturbé par son possible futur transfert à Marseille. Tenant un discours de capitaine, il a une nouvelle fois fait preuve de son professionnalisme en indiquant avoir son esprit tourné vers Tampere. Mais est-ce que cela signifie qu'il est reparti pour une saison complète à l'ombre des terrils ? Non car Bertrand Laquait n'a pas masqué son intérêt d'aboutir sur la Canebière. " Heureusement que je suis intéressé par une telle aventure sinon je serais très c... Après les galères que j'ai connues en France, si je pouvais recommencer mon aventure française par Marseille, ce serait une belle revanche. Il s'agirait de relever un nouveau défi et de découvrir un des plus grands clubs européens. Je sais par où je suis passé et je serais stupide de refuser une telle proposition ", a-t-il expliqué lors de la reprise. Et même s'il s'agit d'un intérim, Laquait ne s'en offusquerait pas. " L'essentiel pour un gardien est d'être bon sur la période qu'on lui a fixée, quelle que soit cette période ". Mais si cet intérêt le flatte, il apaise les esprits en expliquant qu'il n'a encore rien négocié avec l'OM. " Pour le moment, les contacts se limitent aux clubs et tant qu'ils n'auront pas trouvé d'accord, cette histoire ne me concerne pas. Je ne me suis pas fixé d'ultimatum. Tant que j'arrive à gérer la situation, je ne vois pas pourquoi je placerais une limite de temps. Il n'y aura certainement pas de cas Laquait. Tout cela peut se régler très vite. Les joueurs qui ne savent pas gérer une telle situation sont ceux qui se voient déjà arriver trop vite. Moi, je ne rêve pas. Si cela se précise, ce sera une belle opportunité, sinon tant pis ". Le discours se veut franc et sage. Et pas question pour lui de remettre en cause le contrat conclu fin de saison passée avec le Sporting sous prétexte qu'il est courtisé. " Il n'y aura pas de nouvelle négociation contractuelle avec Charleroi. Cela a été réglé en mai. Maintenant, si MogiBayat veut m'augmenter ( il rit)... " La balle est donc dans le camp des deux clubs. Charleroi a fait une offre (1,5 million d'euros) que Marseille rechigne à payer. " Les chiffres que j'ai lus dans la presse sont erronés ", explique le manager Mogi Bayat, " Nous avons fait une proposition à Marseille et c'est à prendre ou à laisser. Pour le moment, nous ne sommes pas encore tombés d'accord et cela devrait se débloquer d'ici une dizaine de jours ". Mais Marseille est-il réellement intéressé ? Mogi Bayat connaît très bien le nouvel entraîneur de l'OM, Jean Fernandez, depuis plusieurs années. Et l'ancien coach de Metz semble séduit par Laquait qu'il avait déjà visionné alors qu'il travaillait en Lorraine. " Ils recherchaient un gardien pour suppléer Fabien Barthez lors de sa suspension et ils sont naturellement venus vers nous ", ajoute le neveu du président carolo. Mais connaissant sa façon de procéder, il faut supposer que Charleroi a lui-même soufflé dans l'oreille des dirigeants marseillais qu'il y avait un grand gardien français en Belgique... Néanmoins, échaudé par les exigences belges, Marseille, qui suit également de très près Rudi Riou, l'ancien portier de Montpellier et d'Istres, a décidé de faire confiance aux deux remplaçants naturels de Barthez, Cédric Carasso et Jeremy Gavanon pour le suppléer et de ne faire appel à un transfert que si un des deux désirait partir sous d'autres cieux pour trouver davantage de temps de jeu. Souhait émis par Gavanon. Et c'est là que Mogi Bayat s'est engouffré. " Ce qui est sûr, c'est que s'il part à Marseille, il y a un gardien prévu dans le deal ", souffle- t-il. Mais si Gavanon désire du temps de jeu, se satisferait-il de Charleroi ? De plus, dans l'affaire Laquait, il semble qu'il n'y ait pas que Marseille qui soit sur les rangs. " Il y a aussi un autre club qui n'est pas français et là aussi il y a un gardien qui est prévu dans le deal ", ajoute Mogi Bayat. De là à penser qu'Anderlecht aurait déjà prévu une solution de repli en cas d'échec sur le dossier Silvio Proto et que Tristan Peersman débarquerait au Mambourg... Dès l'année passée, Jacky Mathijssen parlait de Coupe d'Europe lorsqu'il évoquait l'Intertoto. Contrairement aux idées reçues voulant que cette joute européenne serve avant tout de préparation pour la reprise du championnat, Charleroi a décidé de préparer cet événement. " J'ai toujours été pour jouer cette Coupe. Il s'agit d'abord d'une récompense de la formidable année passée. Mais cela fournira également de l'expérience à des joueurs qui n'en possèdent pas. Il s'agira d'un match spécial. Beaucoup de membres du groupe vont apprendre ce qu'est l'Europe, ce qu'est l'avion, la préparation d'un match spécial, les différences d'arbitrage d'un pays à l'autre. Bref, cela servira à apprendre toutes ces petites choses qui permettent d'accélérer la formation ", commente Mathijssen. D'où une reprise poussée d'entrée (le premier entraînement a duré plus d'une heure trente). " On doit remettre les joueurs en condition mais j'ai été satisfait de voir que beaucoup de garçons étaient déjà prêts physiquement ", analyse Mathijssen. " Il faut faire un mixte entre une remise qui doit être graduelle et une qui tient compte du fait que nous n'avons que 10 jours avant notre premier grand objectif ", ajoute-t-il. Car, il ne suffira pas au Sporting de paraître pour vaincre en Finlande. Tout le monde en est conscient au club. Les Finlandais sont en pleine compétition et ont disputé cette Coupe à trois reprises. Soit un avantage sur le plan physique et sur celui de l'expérience. De plus, le groupe devra s'acclimater à la réalité finlandaise. " Malheureusement, nous serons obligés de rester presque quatre jours. Or, à cette époque de l'année, il fait clair presque tout le temps. Il faudra donc s'habituer ", dit le secrétaire général Pierre-Yves Hendrickx. En cas de qualification, les Zèbres obtiendront leur match de gala puisque le deuxième tour leur proposera de défier la Lazio Rome. " Cette participation à l'Intertoto ne rapportera rien. Le voyage en Finlande coûte cher puisque nous devrons y rester trois nuits. Heureusement, au 2e tour, il y a une intervention de l'UEFA. Et puis, tout le monde croit qu'en cas de qualification, ce sera banco avec une telle affiche contre la Lazio. Mais ce n'est pas si évident. Nous attendons une belle affluence mais cela se déroulera le week-end du 21 juillet. Beaucoup de gens seront absents. Mais cette présence en Intertoto a été ajoutée au budget qui passera de 4 millions d'euros à 5 ", conclut Pierre-Yves Hendrickx. Charleroi a opté pour la stabilité. Pourtant, deux pions importants sont partis. Ibrahim Kargbo a surpris tout son monde en filant en Turquie et Laurent Macquet a quitté le club pour la Grèce sur une fausse note, suite à son altercation avec Mogi Bayat. Dans le système de Mathijssen, il s'agissait de deux pions centraux. Pourtant, les solutions existent. Dans l'entrejeu, Mathijssen a déjà montré en fin de saison passée qu'il pouvait se passer de Macquet. Le triangle peut se développer avec Sébastien Chabaud, Toni Brogno et Nasredine Kraouche. Mais également avec Madjid Oulmers qui, six mois après sa blessure encourue en sélection avec le Maroc, est revenu dans le groupe. Les premiers entraînements ne laissent planer aucun doute : il faudra compter avec le format de poche carolo. " Je ne ressens plus aucune gêne et je vais au duel sans appréhension ", explique-t-il le sourire aux lèvres. Il pourrait débuter d'entrée de jeu en Intertoto. La partie médiane sera renforcée également par Fabien Camus, issu de Marseille, qui a signé un contrat d'un an après avoir disputé trois matches amicaux avec les Zèbres. Mais c'est la défense qui a été particulièrement renforcée. " On a misé sur des gauchers ", commente Raymond Mommens, responsable du recrutement. Le Slovène Vélimir Varga et le coriace français Remi Ribault entreront en concurrence avec Loris Reina, bien seul sur son flanc la saison passée. Mais que valent les deux nouvelles recrues ? " Varga a disputé plus de 150 rencontres dans la compétition slovène. Nous l'avons visionné à plusieurs reprises. C'est un gage de stabilité. Et puis, il dispose d'un excellent pied gauche ", ajoute Mommens. Quant à Remi Ribault, prêté par Marseille, il doit encore fourbir ses armes mais sa jeunesse plaide en sa faveur. " Ribault et Camus n'ont pas su s'imposer à Marseille où on préfère appeler des stars confirmées plutôt que des garçons issus du centre de formation. Et puis Ribault a quand même été placé en concurrence avec un international du calibre de Bixente Lizarazu, ce qui n'est pas rien. Mais, ils ont été formés à bonne école ", éclaire le journaliste de L'Equipe, Dominique Rousseau. L'arrivée des deux Marseillais témoigne de la bonne entente entre les deux clubs mais est indépendante du transfert de Laquait. Reste maintenant à voir si ce sera suffisant pour suppléer au départ de Kargbo. Même si Varga peut jouer en défense centrale, il faudra certainement encore faire venir un pion supplémentaire. " On garde encore quelqu'un au frigo ", sourit Mommens. Le mercato n'est donc pas encore totalement clos du côté de Charleroi. Enfin, le Sporting a également misé sur les jeunes de la région. Le gardien de Couvin-Mariembourg, Damien Lahaye et le jeune espoir Fabian Cremers, promu en A, sont venus renforcer ce secteur. A l'attaque, la direction espère rééditer avec François Sterchele, arrivé en droite ligne d'Oud Heverlee, le même coup que celui réalisé l'année dernière avec Izzet Akgül. Stéphane Vande Velde" Je sais par où je suis passé et JE SERAIS STUPIDE DE REFUSER une telle proposition " (Bertrand Laquait) " Il faudra S'HABITUER à LA FINLANDE où il fait clair tout le temps " (Pierre-Yves Hendrickx)