LA STAR : HAKAN SÜKÜR

Son chrono sur 100 mètres : 10.8. Hakan Sükür est plus rapide que Kim Gevaert. Au Mondial 2002, il a marqué contre la Corée du Sud, en finale B. Ce but reste le plus rapide de l'histoire du tournoi et a augmenté son prestige en Turquie, si c'était encore possible !
...

Son chrono sur 100 mètres : 10.8. Hakan Sükür est plus rapide que Kim Gevaert. Au Mondial 2002, il a marqué contre la Corée du Sud, en finale B. Ce but reste le plus rapide de l'histoire du tournoi et a augmenté son prestige en Turquie, si c'était encore possible ! Sükür est un phénomène. En 2005, le taureau du Bosphore, âgé de 34 ans, a été le troisième Turc à passer le cap des 100 sélections. A Galatasaray, il marque à la chaîne. Avec 231 buts, il est le deuxième meilleur buteur de tous les temps et convoite le record de Tanju Çolak (240). Dans son pays, il a tout gagné. Il a été le meilleur buteur du championnat à trois reprises, a remporté sept titres et cinq Coupes. 2000 a été une année magique pour Sükür : il a signé le doublé avec Galatasaray et surtout gagné la Coupe de l'UEFA, au terme d'une superbe finale contre Arsenal. Il évoluait notamment avec Gheorghe Hagi, Gheorghe Popescu et le gardien Cláudio Taffarel. La phalange turque s'est imposée aux tirs au but. A l'EURO 2000, Sükür a été le bourreau de la Belgique, marquant deux goals. L'attaquant a trouvé que le moment était venu d'aller voir ailleurs. En 1995, il avait déjà tenté sa chance en dehors de ses frontières mais il a échoué au Torino : il a dû y lutter contre la relégation, un combat auquel il n'était pas habitué. Il est revenu à Galatasaray avec cinq matches dans les jambes. Il s'y est ressaisi, devenant le meilleur buteur du championnat trois années de suite et marquant 119 buts en 156 matches. Il était dit que Sükur ne réussirait jamais à l'étranger. En 2000, il a encore cédé au charme de la Série A et a signé à l'Inter. Son passage y a été décevant, comme ses essais ultérieurs, plus brefs, à Parme et aux Blackburn Rovers. Sükür compte 102 sélections nationales. Il a renoncé à sa carrière internationale quand la Turquie a raté sa qualification pour le Mondial 2006, il y a près d'un an. La campagne de Ligue des Champions lui offre une dernière chance de briller sur la scène européenne. E ric Gerets reste partisan d'un 4-4-2classique 4-4-2. Ses arrières centraux, Rigobert Song, souvent comparé à un bloc de granit, et l'international croate Stjepan Tomas, débordent d'expérience. Sur le flanc, des éléments offensifs, Haspolatli Cihan (à droite) et Orhan Ak (à gauche). Le Serbe Sasa Ilic est le meneur de jeu autour duquel l'équipe s'articule. Tous les ballons transitent par lui. L'international turc Ayhan Akman, un battant qui ne recule devant aucun duel et remplace Alioum Saidou, parti à Nantes, évolue en pare-choc devant la défense tandis que Turan Arda et le transfert argentin Marcelo Carrusco écartent le jeu. Devant le but, Gerets mise sur l'opportunisme de Hakan Sükür (35 ans) et de la vedette en forme, Ates Necati. En déplacement, Gerets évolue de plus en plus souvent en 4-5-1 en misant sur le contre. Son principal handicap est l'absence d'alternatives suffisantes lorsqu'un titulaire est indisponible.