Jérôme D'Ambrosio n'était pas censé rempiler comme consultant. Qu'en est-il de sa situation ? Qui le remplacera ?

La situation est un peu compliquée. Jérôme est redevenu l'option numéro 1. A moins de recevoir in extremis un programme automobile, il est disponible. Le souci est d'ordre financier. Jérôme n'est pas gourmand, nous devons juste trouver une solution pour le déplacer lors des Grands Prix. Nous devrions aboutir à un accord mais je vais normalement commencer la saison sans lui. En attendant, je pense à des personnes comme Charles Pic ou Stoffel Vandoorne...

La situation est un peu compliquée. Jérôme est redevenu l'option numéro 1. A moins de recevoir in extremis un programme automobile, il est disponible. Le souci est d'ordre financier. Jérôme n'est pas gourmand, nous devons juste trouver une solution pour le déplacer lors des Grands Prix. Nous devrions aboutir à un accord mais je vais normalement commencer la saison sans lui. En attendant, je pense à des personnes comme Charles Pic ou Stoffel Vandoorne pour le remplacer. Pour le reste, notre couverture ne change pas. Nous diffuserons les qualifications, l'émission Warm-up et la course. Le Grand Prix de Belgique bénéficiera d'un plus large suivi. Le premier aspect, c'est la technique : il n'y a plus eu une telle innovation depuis des années ! Les moteurs passent du V8 au V6, ils deviennent hybrides avec deux systèmes de récupération d'énergie, les pilotes vont se débrouiller avec 100 kilos d'essence, etc. Les constructeurs se soucient de l'environnement mais c'est relatif. On reste en F1, hein ! Les écuries et les pilotes doivent aborder les Grands Prix d'une autre manière, avec des contraintes à gérer en à peine 12 jours d'essai ! Ils ne seront pas prêts et on devrait assister au retour des abandons en début de championnat. Le second aspect, c'est le sportif, avec les points doublés lors du dernier Grand Prix. Dommage que ce ne soit pas au Brésil (une piste de malades !) car Abu Dhabi est un circuit artificiel. La saison dernière, quand le titre a été attribué en Inde, les télévisions ont tiré la langue lors des courses suivantes. Mais on oublie que, lors des quatre précédents championnats, deux titres se sont joués lors du dernier tour du dernier Grand Prix. Mais bon, après tout pourquoi ne pas doubler les points ? On verra ce que cela donne. Je l'espère car, avec ces nouveautés, la saison va être indécise. Je pense que nous allons bien démarrer. Vu les points doublés, le suspense risque d'être intense jusqu'à la fin. Si on analyse les chiffres mondiaux, l'audience de la F1 a baissé en France, en Allemagne... C'est sans doute dû à l'apparition de chaînes à péage et au manque d'attrait des dernières courses. Mais la Belgique a échappé à ce phénomène. PAR SIMON BARZYCZAK" Doubler les points lors de la dernière course ? Pourquoi pas ? "