1 Liège vient de rejouer pour la première fois à Rocourt, 20 ans après avoir quitté son stade historique, et on en a fait tout un foin. On n'en fait pas trop pour un club de D3 ?

C'est quand même logique qu'on en ait beaucoup parlé. Liège, c'est le matricule 4, un des plus grands clubs wallons de l'histoire. Il retrouve Rocourt après une vingtaine d'années de déménagements incessants, sans stade fixe. La symbolique est forte, il suffisait de voir le nombre d'anciens supporters qui sont revenus pour ce premier match. On a attiré près de 3.000 personnes, et c'est la D3 hein ! Le soulagement d'avoir enfin notre propre stade est immense.
...

C'est quand même logique qu'on en ait beaucoup parlé. Liège, c'est le matricule 4, un des plus grands clubs wallons de l'histoire. Il retrouve Rocourt après une vingtaine d'années de déménagements incessants, sans stade fixe. La symbolique est forte, il suffisait de voir le nombre d'anciens supporters qui sont revenus pour ce premier match. On a attiré près de 3.000 personnes, et c'est la D3 hein ! Le soulagement d'avoir enfin notre propre stade est immense. C'est la pire chose que j'ai vue depuis que je suis dans le football ! Chacun peut avoir son avis sur la réforme de la D2 et ses conséquences sur les divisions inférieures, mais pour moi, ça n'a rien à voir avec le sport. N'importe quelle équipe commence ses matches pour les gagner et son championnat pour terminer le plus haut possible. Où est la logique ? On sait déjà que le champion de D3 ne montera pas et que seuls les deux premiers se maintiendront à coup sûr. L'équipe qui finira à la troisième place devra disputer un tour final, sans garantie de rester en troisième division, c'est dingue. On parle de hooligans, pas de supporters du FC Liège. Que ce soit clair : ces gens-là n'ont rien à voir avec notre club. Ils utilisent n'importe quelle manifestation pour semer la pagaille, et là, ils ont choisi un de nos matches. Malheureusement, on ne peut rien faire, c'est la loi, on ne peut même pas les empêcher de nous suivre en déplacement. Même les interdits de stade, on doit les laisser venir jusqu'à l'entrée ! Evidemment, c'est très ennuyeux pour l'image du club. Et ce sentiment d'impuissance est gênant. C'est le genre de déclaration que je n'ai jamais faite pendant ma carrière parce qu'on ne maîtrise pas tout. Guillaume Gillet a joué ici, il est resté supporter, mais entre dire qu'on va revenir dans son premier club et le faire, il y a de la marge. Quand est-ce qu'il a envie de revenir ? S'il se manifeste concrètement à un moment où il est toujours ok physiquement, où il peut nous apporter quelque chose, ce serait une très belle opportunité pour nous. Mais s'il essaie de revenir ici dans dix ans, ce sera un peu plus compliqué... Rejouer dans son club de coeur simplement pour pouvoir dire qu'on rejoue dans son club de coeur, ce n'est pas une solution ! C'est une question d'opportunités, de circonstances. Bruges cherchait un joueur à la Bruges, un gars qui avait marqué l'histoire du club de la même façon qu'un Franky Van der Elst ou Jan Ceulemans. A ce moment-là, Simons était encore motivé à fond et en bonne forme physique. Moi, après Metz, j'avais 35 ans et aucune équipe de ce niveau n'a pensé à moi, on a estimé qu'il y avait meilleur à ma place, donc j'ai arrêté. Par rapport à Simons, j'avais aussi plus de mal pour retrouver toute ma motivation. PAR PIERRE DANVOYE" Le champion de D3 qui ne montera pas en D2, c'est la pire chose que j'ai vue depuis que je suis dans le football. " GAËTAN ENGLEBERT