Gaby avait 26 ans seulement mais la puissance de plus en plus marquée de jeunes stars en devenir accéléra sa décision : "Ce n'est pas une décision prise sur un coup de tête. J'y pensais depuis un moment et je sais qu'il est à présent venu. Mes dernières performances n'y ont rien à voir".
...

Gaby avait 26 ans seulement mais la puissance de plus en plus marquée de jeunes stars en devenir accéléra sa décision : "Ce n'est pas une décision prise sur un coup de tête. J'y pensais depuis un moment et je sais qu'il est à présent venu. Mes dernières performances n'y ont rien à voir".Plus jeune vainqueur de l'Orange Bowl des moins de 18 ans, la fille de Buenos Aires arpentait les tournois depuis 1983 déjà. 13 années durant lesquelles elle aura marqué de sa grâce l'histoire du tennis féminin. Gabriela Sabatini avait été un personnage à part entière sur le Tour féminin où elle avait amassé quelque neuf millions de dollars en gains officiels et près du double en contrats publicitaires.Il est impossible de ne pas mentionner son succès à Flushing Meadow en 1990. Opposée à Graf, Sabatini avait surpris tout son monde en venant cueillir son trophée à la volée, elle qui s'était toujours cantonnée dans un jeu défensif du fond du court. Ce succès, le plus beau car le plus inattendu, Gaby l'avait dû en grande partie à Carlos Kirmayr, l'entraîneur brésilien qui avait succédé à Dennis Ralston et à Juan Nunez, et qui avait complètement métamorphosé le jeu de son élève. C'est de cette période particulièrement faste que date la quasi-intronisation de Gabriela Sabatini à la première place mondiale. Une victoire majeure de plus et l'affaire aurait été entendue. Malheureusement, en finale à Wimbledon en 1992 contre Graf, elle dut déchanter. Sabatini, c'était aussi une fille capable du meilleur comme du pire. D'étonnantes défaites succédaient aux victoires. Ainsi, celle qui survint à Roland Garros en 1993 face à Mary-Joe Fernandez. Aujourd'hui encore, cette rencontre reste comme la plus longue jamais disputée par deux femmes en Grand Chelem. Tandis qu'elle menait par 6-1 et 5-1, la nina de oro connut un véritable trou noir avant de se reprendre et de lutter jusqu'au bout. Elle s'inclina 1-6, 7-6 (7/4), 10-8. Une fois sa raquette rangée, Sabatini prit du bon temps dans le ranch qu'elle possède dans son pays natal et sa maison à Colony Key, en Floride. "Passer un mois entier avec ma famille, me coucher et me lever tard, manger ce que je veux, rendre visite à une amie: autant de choses que j'ai envie de faire maintenant", disait-elle quelques mois après sa retraite bien méritée. Parce qu'elle restait une des femmes les plus photographiées du monde, Sabatini se dit très vite que le temps était venu d'entamer une carrière de femme d'affaires. Ses succès sur les courts connurent un étonnant prolongement: GSB, pour Gabriela Sabatini Perfumes, la gamme de parfums lancée par l'ancienne championne, est distribuée dans plus de 70 pays. "Bolero" reçut même l'Oscar de la parfumerie en 1998. Un des derniers produits de la gamme se nomme Wild Wind (vent sauvage). Comme celui qui, sur les courts, gonflait son épaisse chevelure noire. Florient Etienne, ,Gaby a marqué le tennis féminin de sa grâce pendant 13 saisons