La semaine dernière, Marcelo Bielsa, l'entraîneur de l'Argentine, dévoilait sa sélection pour le match amical contre le Japon. Surprise, Batistuta ne figurait pas sur cette liste. L'attaquant a cependant immédiatement fait taire le bruit selon lequel il avait été écarté.
...

La semaine dernière, Marcelo Bielsa, l'entraîneur de l'Argentine, dévoilait sa sélection pour le match amical contre le Japon. Surprise, Batistuta ne figurait pas sur cette liste. L'attaquant a cependant immédiatement fait taire le bruit selon lequel il avait été écarté.Gabriel Batistuta: J'ai donné tout ce que je pouvais pour le maillot blanc et azur de l'Argentine. J'ai donc décidé de mettre un terme à ma collaboration avec l'équipe nationale. Cette décision est motivée par mon âge, 33 ans, et aussi par le fait qu'il n'y aura pas de rendez-vous important dans un avenir proche. Ce que j'ai déclaré à chaud après le match contre la Suède lors du Mondial, je continue à le penser aujourd'hui encore, à tête reposée. Il ne restait plus qu'une seule possibilité que je continue mais pour cela il fallait que la Copa America reste au calendrier: sans ce rendez-vous international, je n'avais plus aucune perspective d'avenir. Cette décision apporte de l'eau au moulin de ceux qui prétendent que Batistuta est fini.Je ne répondrai rien à ces gens Chacun a le droit de penser du bien ou du mal de moi. De toute façon, il y a toujours quelqu'un qui me critique parce que j'habite à l'extérieur de Rome ou que je ne m'arrête pas toujours au centre d'entraînement de Trigoria pour signer des autographes. J'accepte que l'on puisse dire que Batistuta est un désastre parce que je suis conscient que c'est le prix que je dois payer pour le choix que j'ai fait en début de carrière: je ne veux pas être ennuyé dans ma vie privée et ça déplaît. Que je sois professionnel jusqu'au bout des ongles sur le terrain, pour certains, cela ne compte pas. Et, dès qu'ils en ont l'occasion, ils me le font payer. Moi je n'aime pas participer aux shows télévisés et à la vie mondaine. C'est ce qui explique le comportement de toutes ces personnes parce que je n'entre pas dans leur jeu. Cela ne plaît pas mais c'est la philosophie de vie que j'ai choisie quand j'avais 18 ans.Pourtant quand vous montez au jeu, le public vous ovationne, un tel traitement n'est généralement pas accordé à un joueur fini.Ceci est un des avantages de mon comportement. Les supporters ne jugent que ce je fais sur le terrain. Cette saison, il vous est arrivé de rester sur le banc. L'acceptez-vous volontiers?J'ai démontré que je ne faisais pas de problèmes. Je l'ai accepté avec philosophie. Il est vrai que, plus jeune, je ne l'aurais pas supporté. Capello vous a toujours défendu même quand les choses allaient mal.L'entraîneur me voit tous les jours à l'entraînement.Quel est votre rapport avec lui?Il y a un grand respect entre deux grands professionnels.Mais ce football-ci vous plaît-il toujours?Je me suis toujours senti peu concerné. C'est un monde comme tant d'autres. Et je vis à l'extérieur de celui-ci. Le football est mon métier et j'en accepte les règles même si je ne les partage pas. (ESM)