S am De Munter (18 ans) a joué à Oosterzele jusqu'à 16 ans. En 2004, Beveren lui a offert un contrat de trois ans, qu'il vient de reconduire pour une durée identique. Suite à la nomination de Walter Meeuws au poste de directeur technique et entraîneur, un vent nouveau souffle sur le Freethiel. Les jeunes prometteurs ont désormais leur chance, même si les Ivoiriens restent nombreux.
...

S am De Munter (18 ans) a joué à Oosterzele jusqu'à 16 ans. En 2004, Beveren lui a offert un contrat de trois ans, qu'il vient de reconduire pour une durée identique. Suite à la nomination de Walter Meeuws au poste de directeur technique et entraîneur, un vent nouveau souffle sur le Freethiel. Les jeunes prometteurs ont désormais leur chance, même si les Ivoiriens restent nombreux. " Ce sont de chouettes gars, ces Ivoiriens, mais mon français n'est pas assez bon pour entretenir des contacts réels avec eux ", explique le jeune Sam. Avant-centre de formation, De Munter est devenu médian offensif sous la direction de Meeuws. Son bagage technique et son abattage lui permettent d'évoluer avec un égal bonheur aux deux postes. " Après un temps d'adaptation, je me sens vraiment bien derrière les attaquants ". Le noyau de Beveren recèle moult attaquants : Gervinho, Arunina, Bozic, Dissa, Buskiewicz. Pourtant, après s'être rétabli d'une fracture au pied, De Munter est entré à plusieurs reprises au jeu durant le premier tour. Il a effectué ses débuts contre Roulers. En sept minutes de jeu en D1, il a été à la base du but égalisateur de Beveren, qui a cependant perdu la joute 2-1. " Je me fixe toujours de nouveaux objectifs. D'abord, je voulais être sur le banc. Ensuite, entrer au jeu. Désormais, je rêve d'être titularisé. Pour l'instant, mes ambitions se limitent cependant à émerger à Beveren ". De Munter a également disputé plusieurs matches en équipe nationale -19 ans. Il a notamment pris part à la double confrontation avec la Turquie en août dernier (victoire 2-1 en Belgique et nul 1-1 là-bas). " Jouer en Espoirs est une formidable expérience mais c'est aussi très difficile car je découvre beaucoup de joueurs avec lesquels je n'ai pas l'habitude d'évoluer ". En septembre, De Munter a entamé des études de kinésithérapie à Gand et Meeuws (un enseignant de formation) lui permet de brosser l'un ou l'autre entraînement en période de bloque. Ses professeurs sont aussi disposés à arranger le programme de ses examens mais il n'a pas encore eu recours à cette facilité. La combinaison du sport de haut niveau et des études n'est pas une sinécure. Le programme des entraînements l'oblige souvent à brosser et il se plie à une stricte autodiscipline pour étudier seul : " Je consacre l'essentiel de mes loisirs aux études mais je m'octroie quand même des pauses pour jouer au foot avec mes copains ou m'offrir une partie de Playstation ". STEVE VAN HERPE