Le 30 mars dernier, c'est officiel. Le Royal Star Fléron FC, entité de P2 liégeoise, s'associe avec l'Alliance Sportive Verviers, située un étage en-dessous. Le Racing Club Star Verviers voit le jour - en hommage à l'historique RCSV - et conserve le matricule de Fléron, l'un des plus vieux du pays (le 33), ainsi que son joueur vedette : Mémé Tchité. Gonflé à bloc, le RCSV 2.0 veut mettre le grappin sur la Royale Entente Durbuy. La RED, active en D2 Amateurs, est orpheline de son président Paul Tintin, parti au Royal Football Comblain Banneux Sprimont, en D3 Amateurs. Mais l'affaire coince. L'ACFF, fatiguée des fusions ubuesques, impose un maximum de trente kilomètres entre les deux centres d'exploitation. Ici, il y en a trente-deux. Le Royal Esneux Sport, qui en compte vingt-deux, décide alors d'entrer en jeu. Le RES, relégué au plus bas niveau provincial liégeois, a de potentiels repreneurs. Ils posent une condition : racheter Durbuy pour rebondir directement en P1. Ce qui, là aussi, serait contraire aux règles de l'ACFF. Bilan des courses : Esneux devrait disparaître et le FC Bomal renaître, cinq ans après avoir pactisé avec Durbuy.

Le 30 mars dernier, c'est officiel. Le Royal Star Fléron FC, entité de P2 liégeoise, s'associe avec l'Alliance Sportive Verviers, située un étage en-dessous. Le Racing Club Star Verviers voit le jour - en hommage à l'historique RCSV - et conserve le matricule de Fléron, l'un des plus vieux du pays (le 33), ainsi que son joueur vedette : Mémé Tchité. Gonflé à bloc, le RCSV 2.0 veut mettre le grappin sur la Royale Entente Durbuy. La RED, active en D2 Amateurs, est orpheline de son président Paul Tintin, parti au Royal Football Comblain Banneux Sprimont, en D3 Amateurs. Mais l'affaire coince. L'ACFF, fatiguée des fusions ubuesques, impose un maximum de trente kilomètres entre les deux centres d'exploitation. Ici, il y en a trente-deux. Le Royal Esneux Sport, qui en compte vingt-deux, décide alors d'entrer en jeu. Le RES, relégué au plus bas niveau provincial liégeois, a de potentiels repreneurs. Ils posent une condition : racheter Durbuy pour rebondir directement en P1. Ce qui, là aussi, serait contraire aux règles de l'ACFF. Bilan des courses : Esneux devrait disparaître et le FC Bomal renaître, cinq ans après avoir pactisé avec Durbuy.