Selon Het Laatste Nieuws, Nicolas Frutos " serait prêt à demander la naturalisation belge afin de jouer aussi avec les Diables Rouges ". C'est n'importe quoi, et c'est symptomatique de la sottise ambiante dans le monde du fast-foot de consommation. D'abord, d'un point de vue strictement footballistique, Frutos n'a pas à prétendre aux Diables Rouges vu qu'il n'a rien prouvé : faire ses preuves implique une durée minimale que l'Argentin n'a pas encore prestée.
...

Selon Het Laatste Nieuws, Nicolas Frutos " serait prêt à demander la naturalisation belge afin de jouer aussi avec les Diables Rouges ". C'est n'importe quoi, et c'est symptomatique de la sottise ambiante dans le monde du fast-foot de consommation. D'abord, d'un point de vue strictement footballistique, Frutos n'a pas à prétendre aux Diables Rouges vu qu'il n'a rien prouvé : faire ses preuves implique une durée minimale que l'Argentin n'a pas encore prestée. Ses débuts de buteur furent tonitruants, mais n'attestent jusqu'à présent que d'une courte période faste : 10 matches sont statistiquement insuffisants pour l'entériner en tant que buteur fiable définitif. Des tas d'autres goal-getters avant lui ont tonitrué d'abord avant de dégringoler dans l'oubli... Si Frutos débute 80 % des matches en 2006-07 et parvient à planter 25 buts toutes compétitions confondues, je cesserai d'être circonspect. Pour l'instant, je crains qu'Anderlecht ait davantage transféré un vrai fragile qu'un vrai buteur... Ensuite et surtout, la naturalisation belge ne se demande pas afin d'être Diable Rouge, elle se demande afin d'être Belge ! Ma main au feu que si Frutos avait atterri kif à Bâle, il serait en train de dire à la presse footeuse suisse (ou la presse suisse serait en train de lui faire dire...) qu'il envisage la naturalisation helvétique ! Mais une naturalisation, c'est du sérieux : ça doit découler d'une envie réelle et mûrement réfléchie de s'intégrer pour un long laps à une communauté qu'on apprécie, et dont on a été jusqu'alors que l'invité momentané ! Quoi de plus normal qu' Enzo Scifo soit devenu Belge et Diable, quoi de plus triste que Juan Lozano ne l'ait jamais été : ces deux-là étaient des gamins de chez nous, leur enfance fut belge tout comme leurs débuts de footballeurs, leurs émerveillements de gosses avaient leurs racines sur nos terrains ! Rien à voir avec des naturalisations comme celles hier de Josip Weber ou de Branko Strupar : ceux-là n'ont fait que transiter par chez nous pour raisons professionnelles, et se sont retaillés ensuite dans le pays qu'ils n'avaient jamais cessé d'aimer comme le leur. Nous nous sommes prostitués à les naturaliser dans un but bassement chauvin, ils se sont laissés prostituer dans un but bassement mercantile. Pourvu que ce grand con de Frutos n'en arrive pas là, via un plan de carrière rationnel mais minable : son rêve de gosse, c'était de porter le maillot de Diego Maradona, pas celui de Jan Ceulemans ! Mieux vaut qu'il joue à fond sa chance sur 1.000 de devenir un jour international argentin véritable, plutôt que sa chance sur 10 de devenir un jour faux Diable Rouge. Les naturalisations de complaisance sont une saloperie supplémentaire pendant au nez du monde du foot. Ça tente les fédérations/grenouilles rêvant de devenir aussi grosses que le b£uf. Et ça tente les joueurs de seconde zone des grandes fédérations, via la perspective de cape internationale voire de Coupe du Monde, bien qu'ils soient trop juste pour l'équipe représentative de leur vraie patrie : du PortugaisDeco au JaponaisAlex et au TunisienSantos, en passant par Ailton que le petit Qatar riche envisagea un moment d'inclure dans un processus de naturalisations en série, les Brésiliens sont les plus sollicités... Je n'aime pas ça, et ne voyez là nulle xénophobie. Je n'ai rien contre les compétitions, à commencer par notre championnat belge, où toutes les équipes sont multi ethniques et pluri culturelles. Au contraire ! Mais faut savoir ce que l'on veut : maintenir ou pas, à côté des compétitions réservées aux clubs, des compétitions " différentes " parce que réservées aux nations. Pas de problème pour moi si on ne les maintient pas : vu que le nationalisme qui découle des nations a souvent quelque chose d'étroit et d'imbécile. Mais si l'on choisit de les maintenir, faut contrôler les critères d'admission pour conserver la différence... Science-fiction pour mieux réaliser : admettons que, depuis 7 ou 8 ans, l'URBSFA ait naturalisé toute la p'tite jeunesse prometteuse non autochtone qui s'est épanouie dans notre championnat. Et qu'en conséquence, dans 15 jours face au Kazakhstan, René Vandereycken choisisse d'aligner le 11 suivant : Runje ; Eboué, Onyewu, Tihinen et Klukowski ; Wilhelmsson, Zokora, Ceh et Boussouffa ; Dindane et Frutos. Même si ces Diables-là font la loi sur l'Europe, serons-nous aux anges pour autant ? par bernard jeunejean