Les spectateurs allemands suivent avec attention les performances de Fribourg. La saison passée, le modeste club du sud de l'Allemagne a surpris ses partisans en affrontant tous ses adversaires avec le même enthousiasme, sans complexe. Il en a été récompensé par une sixième place au classement et une qualification en Coupe de l'UEFA.
...

Les spectateurs allemands suivent avec attention les performances de Fribourg. La saison passée, le modeste club du sud de l'Allemagne a surpris ses partisans en affrontant tous ses adversaires avec le même enthousiasme, sans complexe. Il en a été récompensé par une sixième place au classement et une qualification en Coupe de l'UEFA. Fribourg est un club jeune et dynamique dont les frais de fonctionnement sont peu élevés et le rendement prometteur, grâce aux joueurs que ce club ne cesse de former. La direction, qui compte pourtant ses sous, n'hésite pas à injecter 400 millions dans le centre de formation. A partir du 1er septembre, on y rassemblera les meilleurs talents de la région. Michael Skibbe, l'actuel adjoint de Rudi Völler en équipe nationale, n'a pas hésité à qualifier cette initiative de "modèle pour l'ensemble du football allemand". Selon les normes allemandes, le club travaille avec un budget modeste, soit 900 millions. Des espoirs internationaux comme Sebastian Kehl, transféré pour 4 millions de Hannovre 96, et Tobias Willi, un produit du cru, ont été enrôlés dans le noyau A pour l'étoffer mais leur valeur est en forte hausse. Ces dernières années, plutôt que de dépenser des sommes folles pour acquérir des vedettes, l'entraîneur, Volker Finke (51 ans) a opté pour un mélange de jeunes du cru et d'étrangers bon marché. Sa tactique est une réussite. Il a déniché quatre Géorgiens parfaitement inconnus, leur a insufflé confiance et demandé de dépasser leurs limites. Finke est aussi à la base du renouveau du Russe Vladimir But (23 ans), qui était barré à Dormtund. A la tête du club depuis onze ans, Finke est peu bavard et ne se départit pas de sa ligne de conduite. Cet ancien professeur a introduit la rotation dans son noyau et rappelle souvent à ses joueurs leurs devoirs. Il n'aime pas les pronostics: "Je ne discute que des choses sur lesquelles j'ai une influence directe. Je n'aime pas les spéculations. Nous aimerions terminer à nouveau aux alentours de la sixième ou septième place". Il doit sublimer le plus jeune noyau de Bundesliga. Seuls cinq joueurs de champ, Zeyer, Sellimi, Müller, Hermel et Ramdane, ont plus de 25 ans. Cet été, un cinquième Géorgien, Zaza Zamtradze, et un international Espoir, Fabian Gerber, ont été les seuls renforts du club. (F. Vanheule)