Huit points sur 27: c'est l'affligeant bilan à domicile de La Louvière après la défaite (0-3) face au Lierse. Un camouflet qui s'inscrivait dans le prolongement de deux autres résultats décevants: 3-0 à Bruges, puis 3-1 au Standard en Coupe. Difficile de digérer des chiffres pareils quand on possède la troisième meilleure défense du pays. Ariel Jacobs reconnaissait, samedi soir, que la défaite contre le Lierse risquait de faire très mal.
...

Huit points sur 27: c'est l'affligeant bilan à domicile de La Louvière après la défaite (0-3) face au Lierse. Un camouflet qui s'inscrivait dans le prolongement de deux autres résultats décevants: 3-0 à Bruges, puis 3-1 au Standard en Coupe. Difficile de digérer des chiffres pareils quand on possède la troisième meilleure défense du pays. Ariel Jacobs reconnaissait, samedi soir, que la défaite contre le Lierse risquait de faire très mal.On a eu droit, en fin de match, à une scène tout à fait inhabituelle: Frédéric Tilmant, chouchou du Tivoli, pointa un doigt menaçant en direction de quelques supporters qui l'avaient insulté. Tout fout le camp!Frédéric Tilmant: Dans les chiffres, c'est la cata. Mais il faut voir la réalité en face: on perd à Bruges qui écrase le championnat, on perd au Standard qui est en plein renouveau, puis on perd contre le Lierse qu'on a largement dominé pendant une bonne partie de la première mi-temps. Par moments, on aurait pu se demander qui était deuxième du classement. Si nous avions mené après 45 minutes, il n'y aurait rien eu à redire. Malheureusement, un but sur contre-attaque nous a assommés. Après cela, vous n'avez jamais donné l'impression de pouvoir relever la tête.Si nos supporters nous avaient aidés au lieu de nous siffler, cela aurait déjà été moins compliqué. A les entendre, on aurait pu avoir l'impression que nous faisions exprès de mal jouer. Ils nous ont traités de chômeurs et d'un tas d'autres trucs. C'est incompréhensible. Ensemble, il est pourtant possible de faire de grandes choses. Après notre victoire à Mons, fin décembre, ils nous voyaient en Coupe d'Europe. Aujourd'hui, nous ne sommes plus bons à rien. Qu'on arrête un peu ce cirque.Votre réaction menaçante vis-à-vis de quelques supporters, c'est un tournant de votre carrière, non? Vous, le monument de La Louvière!J'ai beau être un monument, je suis avant tout un homme. Et tout le monde a le droit de péter les plombs. Comme tous les autres joueurs qui étaient sur la pelouse ce soir, je travaille dur pendant toute la semaine pour jouer le meilleur match possible. Et je n'accepte donc pas qu'on me traite de tous les noms. Je n'aurais peut-être pas dû faire ce geste, mais je ne peux pas être hypocrite non plus: je devais montrer mon mécontentement. Je suis déçu du résultat et de la manière, mais surtout de nos supporters. Mais bon, j'en ai vu d'autres et le monde ne va pas s'arrêter de tourner parce qu'on a perdu contre le Lierse. La semaine prochaine, on gagne peut-être à St-Trond et on est repartis. (P. Danvoye)