Vous aviez déclaré il y a quelques années que vous souhaitiez vous reconvertir en consultant. Pourquoi avez-vous dû attendre si longtemps ?

Ce n'était pas un objectif en soi. Je n'ai sollicité personne mais c'est vrai que le monde des médias m'a toujours plu. Stéphane Pauwels m'a invité à son émission radio et j'ai aussi participé à un plateau télé de RTL lors d'un match de l'équipe nationale belge. Mes interventions ont plu aux responsables de RTL qui ont fini par me demander de travailler pour eux cette saison. ...

Ce n'était pas un objectif en soi. Je n'ai sollicité personne mais c'est vrai que le monde des médias m'a toujours plu. Stéphane Pauwels m'a invité à son émission radio et j'ai aussi participé à un plateau télé de RTL lors d'un match de l'équipe nationale belge. Mes interventions ont plu aux responsables de RTL qui ont fini par me demander de travailler pour eux cette saison. Oui, c'est un peu mon ange gardien ! Je le connais depuis l'époque où il a travaillé à Mouscron. On est resté en contact quand il est parti en Algérie avec Leekens, etc. Entre les deux, la différence est énorme. Dans Va y avoir du sport, j'ai l'impression d'être le gars qui débarque dans un café le lundi pour refaire l'actu du week-end avec ses potes. Nous sommes quatre ou cinq autour du micro, chacun a un avis différent. Trouver sa place demande du temps. En Europa League, je suis plutôt là pour analyser le match. J'ai entraîné Havré pour rendre service. C'était mon club de c£ur et j'en étais le président. L'aventure s'est arrêtée et, aujourd'hui, je n'ai pas d'ambition particulière. C'est vrai qu'un poste d'entraîneur des gardiens m'intéresserait. J'avais d'ailleurs un accord avec Enzo Scifo pour une collaboration. Mais le fait qu'il se soit recasé à Mons a rendu la chose impossible. Ce n'est pas une obsession. Chaque matin, j'ai des choses à faire. Je suis responsable d'une société de titres-services qui emploie 50 personnes. J'ai beaucoup de plaisir à l'idée de donner du travail aux gens de ma région. Je peux voir mes potes et je suis libre. Le temps, cela n'a pas de prix ! C'est en stand-by en raison d'une situation compliquée avec l'un de mes anciens clubs. (Il est en procès avec Mons, NDLR). Non, car je suis resté la même personne. Je peux regarder tout le monde droit dans les yeux. J'ai le respect des anciens joueurs et des supporters. Je le vois quand je retourne à Gand. " Stéphane Pauwels est un peu mon ange gardien. "