Parti de RTL, où il était directeur général, Freddy Tacheny a créé sa société, FTacheny, spécialisée en marketing et développement média. Il a déjà conclu des accords avec le Standard, le Spirou Charleroi, Antibes basket ou encore l'écurie de moto Tech3.
...

Parti de RTL, où il était directeur général, Freddy Tacheny a créé sa société, FTacheny, spécialisée en marketing et développement média. Il a déjà conclu des accords avec le Standard, le Spirou Charleroi, Antibes basket ou encore l'écurie de moto Tech3. Freddy Tacheny : Ce n'est pas un hasard. Nous subissons une révolution digitale. Avant, la communication n'allait que dans un sens. Aujourd'hui, des millions de personnes sont capables d'obtenir une info et d'interagir avec elle. L'info vient même parfois du public. Cela influence la relation d'une marque avec les gens. On réfléchit donc aux manières d'optimiser ces nouveaux outils avec les valeurs véhiculées par un club comme le Standard, par exemple. Mais il y a d'autres axes sur lesquels nous allons travailler avec le club liégeois. Notre partenariat prévoit une action marketing. La marque Standard dépasse le cadre de la région liégeoise. Le but est de la consolider ici et à l'étranger tout en réfléchissant au positionnement des différentes instances (les jeunes, le Fémina,...). Nous voulons aussi aider le Standard à définir une stratégie de communication à long terme et à diversifier les axes, notamment les outils digitaux, pour amener de nouvelles recettes. Notre réflexion vient de débuter. Mais nous savons que les fans sont exigeants vis-à-vis de cet outil. Des lois nous en empêchent alors que les entraves techniques n'existent plus. On doit trouver une solution. C'est un sujet qui dépasse le cadre du Standard. Non, car mon propos n'est pas de communiquer pour eux. Je viens dans ces clubs pour suggérer de nouvelles manières de faire. Après, la direction décide. J'ai 25 ans d'expérience dans les médias. Il y a des points communs avec le sport. Dans les deux cas, on véhicule une émotion et on essaie de la rentabiliser, au travers de la pub. J'agis de façon exclusive. Pas question de proposer mes services à Anderlecht ou à Charleroi. Cet aspect concerne surtout le domaine moto. Pour percer, un pilote a besoin d'un gros budget financier. Ce qui implique la recherche de sponsors. Ce n'est pas le cas du footballeur. Chaque pilote a une marque spécifique et mon objectif est de développer cette image.