Il aura fallu un coup de fil de la BBFA, la Belgian Federation of Football Agents, le 25 août pour éviter au football belge de tomber un cran plus bas dans un été à la dramaturgie circassienne.
...

Il aura fallu un coup de fil de la BBFA, la Belgian Federation of Football Agents, le 25 août pour éviter au football belge de tomber un cran plus bas dans un été à la dramaturgie circassienne. En cause, ce que Pierre François, CEO de la Pro League, qualifiera de formalité. Vrai sur la forme, inquiétant sur le fond. Que se serait-il réellement passé si la BFFA n'était pas intervenue ce 25 août pour signaler à la Pro League qu'un point précis de son propre règlement fédéral - le fameux article B4.66 - n'avait pas été correctement amendé suite à la prolongation du mercato, actée par l'UEFA, du 8 septembre au 5 octobre prochain ? La réponse fait figure d'aberration. Contrairement au reste de l'Europe, la Belgique se serait vue privée de transactions belgo-belges. Un simple oubli en forme de fardeau pour un Pierre François déjà dans l'oeil de la BFFA depuis la publication le 1er juillet dernier d'un nouveau règlement censé réguler le travail des agents en Belgique. Un imprévu qui aura fait bondir en interne et donnera lieu à une rencontre cette semaine. Le but ? Amender un règlement aussi mal reçu par les clubs que par les agents. Un climat ambiant glacial, au sortir de quatre mois de crise dans le football professionnel belge, qui n'a pas empêché Pierre François de solliciter une prolongation de son contrat de deux ans auprès du CA de la Pro League. Une demande audacieuse placée, pour l'instant, au frigo.