Pouvez-vous décrire Victor Fernandez en trois mots ?

FrankBoeckx : Direct, discipliné et respectueux. Il sait ce qu'il veut : remporter les play-offs II grâce à un pressing haut. Il ne cesse de répéter que nous devons avoir une attitude professionnelle sur le terrain comme en dehors et sa carrière fait en sorte que tout le monde l'écoute. C'est un homme chaleureux et passionné. Il nous apporte beaucoup.
...

FrankBoeckx : Direct, discipliné et respectueux. Il sait ce qu'il veut : remporter les play-offs II grâce à un pressing haut. Il ne cesse de répéter que nous devons avoir une attitude professionnelle sur le terrain comme en dehors et sa carrière fait en sorte que tout le monde l'écoute. C'est un homme chaleureux et passionné. Il nous apporte beaucoup. C'est simple : les résultats sont meilleurs et il a instauré un meilleur équilibre entre les jeunes et les plus anciens, même si le noyau reste fort jeune. C'était le noeud du problème. Aujourd'hui, on réfléchit davantage sur le terrain. J'ai encore dit cette semaine à mon frère que DavidHubert me fait penser à BerndThijs : il est intelligent, il a les pieds sur terre, un bon placement, il perd peu de ballons, il a été champion et a joué en Ligue des Champions. Et puis, quelle classe ! Non, pas vraiment. Il nous demande de soigner la relance de l'arrière et d'éviter les longs ballons. Il faut soigner ses passes et cela me convient car j'ai une bonne lecture du jeu, je suis perfectionniste et je peux jouer plus haut. Honnêtement, je l'avais senti avant même le début du championnat. Je suis ici depuis cinq ans et j'avais constaté à l'entraînement que la vitesse d'exécution avait diminué. Nous avions perdu tout notre entrejeu, alors que c'était notre point fort l'année dernière. Thijs et PeléMboyo étaient blessés. Les jeunes affichaient un bon état d'esprit mais ils allaient dans le mur. Evidemment, je ne m'attendais pas à ce que ce soit aussi grave. Maintenant, nous devons nous concentrer sur les play-offs II et y décrocher le meilleur résultat possible. C'est difficile à dire. Pelé est un attaquant très complet, que ce soit en pointe ou sur le flanc. Un joueur qui inscrit dix buts sur une saison apporte toujours une plus-value à l'équipe et c'est à nous de le mettre sur orbite. Bien, je vous jure. On a fait tout un foin de l'incident qui nous a opposés à l'entraînement mais cela arrive toutes les semaines. Ma seule erreur a été de shooter dans une poubelle parce que j'étais fâché. Le lendemain, nous avons mis les choses à plat avec l'entraîneur et Bernd Thijs, qui voulait que nous réglions ça entre adultes. On ne m'a rien dit à ce sujet et ce n'est pas moi qui vais me prononcer. Je ne joue pas pour me faire remarquer par d'autres clubs mais pour moi-même et pour l'équipe. Pour moi, il n'y a pas de hiérarchie, sans quoi je n'aurais jamais progressé. Mais il y a de la concurrence et de l'estime. Bien sûr, j'aimerais jouer toutes les semaines, même si je commets une petite erreur. C'est pourquoi je pense avoir ma place au plus haut niveau. Sans (il rit). Pour que tout soit bien clair : je ne m'étais pas laissé pousser la barbe parce que j'étais sur le banc mais parce que, avec un ami, on trouvait ça chic et cool. Un peu de rock and roll attitude ne fait jamais de tort. Rire, ça fait du bien et ça ne coûte rien. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE