1Tu étais nominé pour le Trophée Raymond Goethals. Tu ne l'as pas eu, Felice Mazzù non plus, et Michel Preud'homme est reparti avec le prix. Le jury a toujours raison ?

Tout à fait. Preud'homme est un vainqueur mérité. Il a ramené le titre à Bruges. Il possède les valeurs que Goethals aimait : l'engagement, la grinta, l'identité qu'il a su mettre sur le Club depuis qu'il y travaille. Et puis ce jury, ce n'est pas n'importe qui. On y trouve des anciens entraîneurs, ils savent de quoi ils parlent. Je pense pouvoir dire que je fais du bon boulot à Waregem, Mazzù le fait aussi à Charleroi et il y en a d'autres. Je pense à Hein Vanhaezebrouck, à Yves Vanderhaeghe mais aussi à un nom qui va sans doute plus surprendre : Jordi Condom. Ce qu'il fait avec un Eupen qui découvre la D1, c'est beau.
...

Tout à fait. Preud'homme est un vainqueur mérité. Il a ramené le titre à Bruges. Il possède les valeurs que Goethals aimait : l'engagement, la grinta, l'identité qu'il a su mettre sur le Club depuis qu'il y travaille. Et puis ce jury, ce n'est pas n'importe qui. On y trouve des anciens entraîneurs, ils savent de quoi ils parlent. Je pense pouvoir dire que je fais du bon boulot à Waregem, Mazzù le fait aussi à Charleroi et il y en a d'autres. Je pense à Hein Vanhaezebrouck, à Yves Vanderhaeghe mais aussi à un nom qui va sans doute plus surprendre : Jordi Condom. Ce qu'il fait avec un Eupen qui découvre la D1, c'est beau. Bonne question. Je dois alors comparer avec nos saisons précédentes. Il y a eu sept éditions des play-offs, on a été quatre fois dedans. Rien que ce résultat d'ensemble, c'est joli parce qu'il faut aussi voir la concurrence. Avant, il y avait quatre grands plus Gand qui s'en rapprochait. Aujourd'hui, on a cinq grands plus Ostende. Malgré ça, Zulte Waregem joue la tête. Avec un budget compris entre onze et douze millions alors qu'Ostende est à dix-huit millions, par exemple. Que le coach de l'équipe belge assiste à des matches du championnat de Belgique, c'est quand même normal, non ? Il doit apprendre à connaître l'identité de notre football, même si les Diables sont presque tous ailleurs. Mais on ne doit pas oublier que Marc Wilmots était aussi fort présent dans nos stades. Seulement voilà, c'était devenu tellement habituel qu'on ne le voyait même plus. Dès que Martinez est là, les caméras se braquent sur lui. Une expression flamande dit que les nouveaux couteaux coupent bien... Très bonne remarque ! Mais c'est inévitable. Je prends l'exemple de mon club. Il y a deux ans, nos U14 étaient en tête du championnat. Au mois de mars, on était déjà sûrs de perdre sept joueurs, que des agents allaient placer à Gand, à Bruges, à Anderlecht. Maintenant, on a Soualiho Meïté qui est arrivé comme inconnu en janvier et que toute l'Europe veut déjà. Comment veux-tu construire quelque chose sur le long terme dans des conditions pareilles ? Comment veux-tu fabriquer une équipe belge et la conserver ? Impossible. C'est toujours l'argent qui gagne. Si un coach ne peut plus s'exprimer quand son équipe a été pénalisée, il faut arrêter ! Si tu acceptes tout, toutes les erreurs, tu n'es plus un sportif de haut niveau. On me reproche d'avoir parfois été très critique ? Je dois rappeler les situations ? La saison dernière, le même soir, on se fait avoir par l'arbitre dans notre match à Courtrai pendant que le Standard a un but validé en ayant quatre joueurs hors-jeu. Je devrais me taire ? Il y a un an, le Standard gagne à Charleroi grâce à ses supporters qui ont interrompu le match. On dit que ça ne peut plus arriver, on trouve un accord pour qu'il y ait éventuellement des matches où aucune équipe ne reçoit de points. C'est ce qu'on décide maintenant pour le dernier Charleroi - Standard mais les Liégeois vont en appel. Des appels, toujours des appels. Et il y a cette Review Commission qui remet chaque semaine en cause certaines décisions arbitrales. Tu penses que tu aides l'arbitre en le dévalorisant comme ça ? Qu'on leur donne des moyens vidéo pendant le match, on tranche et c'est définitif. Il suffit de penser au but qu'on nous a annulé injustement ce week-end à Ostende. PAR PIERRE DANVOYE" Il y a cette Review Commission qui remet chaque semaine en cause certaines décisions arbitrales. Tu penses que tu aides l'arbitre en le dévalorisant comme ça ? "