Demi-finales aller de Ligue des Champions hier et ce soir, mais qui donc voudrais-je voir émerger ? En principe, supporter du jeu et des gestes, je souhaite la victoire finale du plus éblouissant, je souhaite des vaincus qui n'auraient pas d'aigreur, mais bon : c'est hélas un double souhait peu exaucé en foot... Alors, à défaut et en pratique, j'ai décidé de souhaiter cette année la victoire de l'AS Rome !
...

Demi-finales aller de Ligue des Champions hier et ce soir, mais qui donc voudrais-je voir émerger ? En principe, supporter du jeu et des gestes, je souhaite la victoire finale du plus éblouissant, je souhaite des vaincus qui n'auraient pas d'aigreur, mais bon : c'est hélas un double souhait peu exaucé en foot... Alors, à défaut et en pratique, j'ai décidé de souhaiter cette année la victoire de l'AS Rome ! Attention lecteurs belges, pas de déduction hâtive : ce n'est pas parce qu'il y a Radja ! Nainggolan foutra d'ailleurs quelques bâtons de plus dans les roues de Roberto Martinez s'il brandit la Coupe le 26 mai : en Russie, le joueur estimera forcément plus logique encore d'être Diable indiscutable, tandis que le coach continuera d'avoir le coeur qui balance, et la raison aussi ! Pas bon pour la sérénité du groupe, ça... Trois autres raisons me font espérer la Roma. D'abord, budgétairement, c'est le minus des demi-finalistes : Le Soir y calculait récemment la modique ( ! ) somme de 262 millions claqués en transferts sur cette décennie, alors que les 3 autres approchent allègrement les 500 millions ...et le foot sera toujours réconfortant quand le fric ne s'y avère pas souverain absolu ! Dans cette optique, je me dois d'ailleurs de me réjouir du plantage en quarts de Man City et du Barça, situés par Le Soir au plus haut de son tableau, avec 878 et 725 millions claqués... Ensuite, il en faut pour tout le monde dans les palmarès ! Même si parfois ils m'insupportent, je reste supporter des supporters en général, tant j'envie leur envie d'aimer un club en particulier ! Et là, quand je vois que le Real, le Bayern et Liverpool totalisent, depuis 1956 dans cette compète, 22 finales gagnées et 10 finales perdues, je dis qu'il est grand temps que les supporters de la Ville Éternelle puissent bouffer une part du gâteau... Je sais, il y a aussi la Lazio mais elle attendra, Rome ne s'est pas faite en un jour. Enfin, je n'oublie pas que la seule finale atteinte par la Roma remonte à 1984 ...à Rome, et aussi face à Liverpool ! 1-1 après prolongations (un an pile avant que d'insupportables supporters des Reds viennent tuer à Bruxelles...), et double tristesse : première finale de l'histoire de la C1 dont l'épilogue fut cette connerie de tirs au but (il y en a eu 10 autres depuis...), et l'inoubliable Bruno Conti qui fut par malheur un des deux loupeurs romains ! Rappel aux jeunes : ce petit gaucher fut un avant-goût gestuel de Lionel Messi, il a gagné le Mondial en 1982 et, si Francesco Totti est César, vous pouvez au moins l'appeler Auguste. Hier soir, il y a donc eu début de revanche dans l'air d'Anfield et, si la Roma reste en course, Alisson Becker y aura sans doute été pour quelque chose ! C'est aussi le gardien du Brésil et c'était ma transition prévue pour maintenant papoter des keepers. Papoter de Simon Mignolet qui aura fait banquette en face, et réexaminer cet avis de Wim De Coninck voici déjà 15 mois dans Foot Mag, lors des débuts de Loris Karius : " Si Thibaut Courtois n'avait pas été là, Mignolet n'aurait pas perdu sa place à Liverpool. Mais le fait d'être n°2 chez les Diables a modifié la perception de Jürgen Klopp. " Papoter aussi du jeu au pied des gardiens : via Ederson Moraes, même si son tatouage au cou, presque à la joue, me donne des haut-le-coeur ! Je sais, je fais une fixette sur les tatouages. Mais Ederson, qui fait jouette avec sa tronche en la peinturlurant, me fait penser a contrario à tous les pauvres mômes qui naissent avec une tache de vin et voudraient tellement la cacher... Okay, sorry, je sors du sujet, je reviens aux gardiens : j'aimerais papoter de leurs tricheries sur penalty, de ceux qu'on dit gauchers, des passes en retrait qu'on leur adresse ou pas, de la charge sur eux qu'on dit interdite, des prétendues six secondes dont ils disposent pour dégager, de ceux qui franchissent la ligne du grand rectangle lorsqu'ils dégagent, de Gigi Buffon désormais icône, de leur taille ...et de l'agrandissement de leur but, je n'ai pas enterré le souhait ! Mais j'ai plus la place aujourd'hui. Rendez-vous dans 15 jours ?