A l'instar des partis politiques avant les élections, les équipes cyclistes composent leurs listes pour le Tour de France. Les leaders sont assurés de leur sélection depuis belle lurette mais une partie du peloton attend encore avec impatience le verdict. C'est le cas de Serge Pauwels, le seul Belge de la prestigieuse équipe Sky. " Je dois accepter cette incertitude. Elle est inhérente à la préparation au Tour ", expliquait l'Anversois avant de prendre le départ du Tour de Suisse, samedi dernier....

A l'instar des partis politiques avant les élections, les équipes cyclistes composent leurs listes pour le Tour de France. Les leaders sont assurés de leur sélection depuis belle lurette mais une partie du peloton attend encore avec impatience le verdict. C'est le cas de Serge Pauwels, le seul Belge de la prestigieuse équipe Sky. " Je dois accepter cette incertitude. Elle est inhérente à la préparation au Tour ", expliquait l'Anversois avant de prendre le départ du Tour de Suisse, samedi dernier. " Je sais que Kevin De Weert chez Quick-Step et Jurgen Van Goolen chez Omega Pharma-Lotto sont également en ballottage avec d'autres coureurs. " Pauwels a entamé le Tour de Suisse avec des sentiments mitigés : " Je réfléchis au conseil que m'a prodigué le dernier vainqueur belge du Giro, Johan De Muynck, qui m'a dit de ne pas dépenser trop de forces durant les cinq premiers jours. D'autre part, je ne veux pas rouler en deçà de mes possibilités tant que je ne suis pas assuré de ma participation au Tour. " Pauwels a soif de se distinguer. Son printemps n'a été qu'un enchaînement de contrecoups : grippe intestinale, chute, bronchite, inflammation du genou, abandons... " Je me suis laissé entraîner par mon enthousiasme et j'ai voulu reprendre la compétition trop vite. Heureusement, la direction est intervenue et m'a accordé le temps nécessaire. Elle m'a encouragé à travailler sans pression, pas à pas. "Pauwels n'a pu achever son premier tour qu'en Romandie, début mai. " Depuis, je suis à nouveau en pleine possession de mes moyens ", commente le talentueux grimpeur. " Après le Tour du Luxembourg, je m'octroyais même un sept sur dix. J'espère atteindre un huit en Suisse. Je me sens vraiment bien. Je suis parfaitement dans les temps pour arriver en forme au Tour. "Pauwels espère confirmer sur les routes françaises les performances signées il y a un an lors de ses débuts au Giro, son premier grand tour. " Pouvoir assister Bradley Wiggins en haute montagne comme je l'ai fait il y a un an en Italie pour Carlos Sastre serait fantastique. " Pauwels a une autre raison d'être très motivé à la perspective de son premier Tour. La première étape en ligne, le 4 juillet, passe par Edegem, à 500 mètres de sa porte. " De toute ma carrière, je n'aurai peut-être qu'une occasion de vivre ça. Il m'arrive de songer à ce moment. Par exemple, vais-je rouler un peu en tête pour saluer ma famille ?"Pauwels a bon espoir de faire partie de la caravane qui s'ébranlera de Rotterdam. " Je ne peux pas envisager d'autre scénario. Le seul moyen de préparer le Tour est de s'y consacrer à 100 %. "