La saison dernière, Eddy Casteels avait dû composer une équipe avec un noyau qu'il n'avait pas lui-même choisi. C'est dire si les observateurs attendaient l'entre saison pour voir quelles orientations le coach allait donner à son équipe pour la saison 2002-2003. Le moins que l'on puisse écrire est que le chemin fut long. Les départs de Tomas Van den Spiegel et d' Ed Cota étaient attendus. Le premier avait trop de soucis à cause de sa blessure au genou et de plus grandes ambitions. Quant au distributeur américain, il fit des étincelles aussi bien en dehors des parquets que dessus. Les départs in extremis de Virginijus Praskevicius et d' Andrius Giedraitis - la filière lituanienne - furent par contre accueillis avec nettement plus de surprise.
...

La saison dernière, Eddy Casteels avait dû composer une équipe avec un noyau qu'il n'avait pas lui-même choisi. C'est dire si les observateurs attendaient l'entre saison pour voir quelles orientations le coach allait donner à son équipe pour la saison 2002-2003. Le moins que l'on puisse écrire est que le chemin fut long. Les départs de Tomas Van den Spiegel et d' Ed Cota étaient attendus. Le premier avait trop de soucis à cause de sa blessure au genou et de plus grandes ambitions. Quant au distributeur américain, il fit des étincelles aussi bien en dehors des parquets que dessus. Les départs in extremis de Virginijus Praskevicius et d' Andrius Giedraitis - la filière lituanienne - furent par contre accueillis avec nettement plus de surprise. "C'est vrai", avoue Eddy Casteels. "Praskevicius nous avait donné sa parole mais la proposition assortie d'un juteux contrat dans un club turc l'a fait changer d'avis. C'est malheureusement le sort d'une équipe championne dans un petit pays et qui attire l'attention des équipes du top européen. En ce qui concerne Giedraitis, nous souhaitions également le conserver. Il sortait d'un an de revalidation chez nous et retrouvait progressivement sa forme d'antan. Nous lui avons donc fait une proposition, il est vrai, inférieure à celle de l'an dernier parce qu'il représente tout de même une importante masse salariale. Il n'a pas voulu signer et a opté pour Wroclaw".A cela se sont ajoutés l'absence prolongée de Peter Van Paassen (un mois d'indisponibilité suite à une opération au genou) et le départ de Sam Rotsaert à Estaimpuis. Bref, Ostende devait prospecter le marché et trouver un remplaçant pour chaque poste dans l'équipe. Les nouvelles recrues ont pour noms Mike Nahar, Virgil Stanescu, Rimantas Kaukenas, Tony Dorsey et Alton Mason. Mike NaharNationalité : Néerlandais Né le : 7 mai 1971 à Haarlem Position : pivot, ailier de pénétration Taille et poids : 2m11, 115 kg Clubs précédents : Den Helder (P-B), Wright State University (USA), Queluz (Por), Benfica Lisbonne (Por), Aris Thessalonique (Grè), Iraklis Thessalonique (Grè), Montecatini (Ita), Dafni Athènes (Grè). Mike Nahar : Je pense que je dois apporter essentiellement de l'expérience à l'équipe. J'ai tout de même déjà disputé des joutes européennes. En tant que pivot, mon rôle sera surtout de prendre le plus de rebonds possibles et de marquer sous l'anneau. Avec mes 2m11, j'ai la taille avec moi et je l'utiliserai à bon escient dans les duels entre pivots. Je suis assez mobile sur le terrain, ce qui signifie que je peux également jouer comme n°4, en tant que trailer. Pourquoi avoir choisi Ostende?J'ai 31 ans et cela fait 13 ans que je suis éloigné des Pays-Bas. J'estimais qu'il était temps de me rapprocher des miens. J'ai acheté une maison cet été en Hollande puisqu' en septembre ma femme donnera naissance à notre premier enfant. Il me paraissait donc mieux d'être en Belgique qu'en Grèce. Lorsque j'appris via mon agent qu'Ostende me proposait un beau contrat, je n'ai pas hésité une seule seconde. En tant que Néerlandais, nous suivons la compétition belge et je connaissais donc le riche passé de Sunair Ostende. L'organisation ici m'épate d'ailleurs, tout est très professionnel. J'ai connu bien pire en Grèce, croyez-moi ( il rit). Et qu'en pense le coach ?Eddy Casteels : Mike fut l'un de nos premiers transferts cet été. Quand j'ai entendu son nom, j'ai dit: -N'hésitons pas, prenons-le ! De tels états de service, à l'étranger, en disent plus qu'un long discours. Mike est un professionnel accompli, avec des énormes capacités de leadership sur le terrain. Très mobile, il lit très bien le jeu et dispose également d'un bon shoot à mi-distance. Et contrairement à ce que j'ai pu entendre, il est toujours très motivé et déploie une saine agressivité sur le terrain. Certains ont pensé qu'il venait ici en roue libre, pour préparer la fin de carrière. Croyez-moi, ils ont tort et je pense que Nahar sera incontournable. Il l'était d'ailleurs dès avant que j'apprenne le départ de Praskevicius. Virgil StanescuNationalité : Roumain Né le : 9 janvier 1977 à Bucarest Position : pivot (centre) ou ailier de pénétration Taille et poids : 2m07, 121 kg Clubs precedents:: Soced Bucarest (Rou), University of South Alabama (USA), Frankfurt Skyliners (All). Virgil Stanescu : J'effectuerai certaines tâches qui sont moins mises en lumière sur le terrain, mais qui doivent être bien faites pour gagner. J'aime bien faire le "sale boulot" : prendre des rebonds, placer des blocs, des écrans. Bien sûr, j'aime aussi marquer mon quota de points mais je pense que d'autres sont mieux armés pour cela. Je suis un joueur très physique, je recherche souvent le contact et je réclame souvent le ballon dans la raquette, près de l'anneau. Pourquoi avoir choisi Ostende?Virgil Stanescu : Ce club représente une opportunité en or pour moi. Après Francfort, c'est une étape logique dans ma carrière. Je voulais jouer dans une équipe championne et évoluer en tant que joueur. Je suis agréablement surpris par l'ambiance familiale qui règne à Ostende. Ici, ce n'est pas chacun pour soi, tout le monde travaille au service du collectif. Et qu'en pense le coach ?Eddy Casteels : Virgil a bien sûr un grand atout : son corps. Un costaud, qui utilise intelligemment son gabarit. Honnêtement, je l'aurais cru moins mobile mais j'ai constaté qu'il n'éprouve aucun problème à faire la transition attaque-défense. En ce qui concerne son placement dans la raquette, nous allons y remédier les prochains mois avec Jan Bourgeois. Il est habile des deux mains, dispose d'une intelligence de jeu et d'une bonne prise de balle. Il n'est pas encore un aussi bon comédien que Roger Huggins, mais je lui apprendrai cela ( il rit). Il a suivi une formation de trois ans aux Etats-Unis et fait partie de l'équipe nationale roumaine depuis quelques années. Pour son jeune âge, il dispose déjà d'une solide expérience. Rimantas KaukenasNationalité : Lituanien Né le : 11 avril 1977 à Vilnius Position : distributeur-shooteur, ailier Taille et poids : 1m94, 96 kgClubs précédents : Seton Hall University (USA), Galil Elyon (Isr), Lietuvos Rytas (Lit). Rimantas Kaukenas : Je suis un joueur complet, je peux jouer à plusieurs places. En fait, peu importe où le coach me place sur le parquet, je joue toujours "très agressif" et je travaille beaucoup. Ma position préférée, c'est l'ailier n°2, celui qui assure la couverture et mes points forts sont le shoot à trois points et la défense. Un aspect négatif auquel je dois remédier, c'est mon état de forme plutôt fluctuant. Il m'arrive parfois durant plusieurs semaines de rater complètement mes tirs. A ce moment-là, plus rien ne rentre dans le filet, comme en Supercoupe contre Charleroi. Pourquoi avoir choisi Ostende?Rimantas Kaukenas : Lorsque le club côtier s'est manifesté, j'ai demandé l'avis de Giedraitis et de Praskevicius, les deux Lituaniens qui m'ont précédé ici. Ils étaient très enthousiastes à propos du club. Ils m'ont aussi dit que le championnat de Belgique était meilleur que ce que l'on en croit à l'étranger. L'an dernier, nous avons affronté Pepinster avec Lietuvos et l'agressivité des Belges m'avait frappé. J'espère faire beaucoup de progrès ici au contact de joueurs meilleurs que moi. Et qu'en pense le coach ?Eddy Casteels : Il faut voir en Kaukenas le remplaçant de Giedraitis. Comme Andrius, il est très habile dans les shoots à distance. Ne le laissez pas seul car il marquera, peu importe l'angle. Son principal atout réside dans sa polyvalence. Il sait un peu tout faire. Il a un grand coeur, est avide de travailler et a une solide musculature. Du point de vue athlétique, il constituera même une plus-value par rapport à son compatriote qui l'a précédé ici. Tony DorseyNationalité : deux passeports : Américain et Britannique Né le : 15 juillet 1970 à Atlanta Position : ailier Taille et poids : 2m01, 100 kg Clubs précédents : North Alabama (USA), Southern Tech (USA), Birmingham Bullets (G-B), Bayreuth (All), retour aux Birmingham Bullets (G-B), Manchester Giants (G-B), Hapoel Jerusalem (Isr), Cholet Basket (Fra). Tony Dorsey : Je suis un scorer (un marqueur), je dois utiliser ma grande connaissance du jeu et mettre à profit mon expérience en Euroligue. Je pense que j'aurai un rôle moins en vue à Ostende qu'à Cholet. Cette équipe belge est bien mieux balancée et les joueurs se partagent davantage les points marqués. Mais si le coach me demande d'être une machine à marquer, bien sûr je le deviendrai. Le seul point faible, c'est que j'ai un pu perdu un peu de précision lorsque je dois shooter de l'extérieur, vu qu'à Cholet, l'entraîneur me demandait surtout de jouer inside. Pourquoi avoir choisi Ostende?Tony Dorsey : Pour remporter des trophées bien entendu. Je connaissais déjà Ostende et la compétition belge, vu qu'il y a pas mal de Britanniques en Belgique. Et qu'en pense le coach ?Eddy Casteels : Si Tony peut nous apporter ce qu'il a apporté à Cholet, alors nous aurons déniché l'oiseau rare. Il a créé lui-même ces attentes en marquant plus de 20 points de moyenne dans tous les clubs où il est passé. L'an dernier, il fut élu Joueur de l'Année en France. Je pars du principe qu'il aura autant à prouver à Ostende que dans l'Hexagone. Tony doit devenir le leader avec un grand L de notre équipe. Il ne faut plus lui expliquer le basket, il marquera toujours ses points et prendra des rebonds au passage J'aime à le comparer avec Ron Ellis : très difficile à contrer lors d'un match-up. Il peut vous entraîner à l'extérieur puis avec une vitesse folle couper inside. Tony fait partie du top, il a une mentalité de gagneur. Il fut chaque fois le meilleur, dans tous les clubs précédents, mais après tout il n'a pas encore vraiment décroché beaucoup de prix. Alton MasonNationalité : Américain Né le : 2 août 1977 en Louisiane Position : distributeur Taille et poids : 1m85, 84 kgClubs précédents : Arizona State University (USA), Tournai-Estaimpuis. Alton Mason : Je dois avant tout être le relais du coach sur le terrain. Ma tâche principale consiste à faire tourner l'équipe, à appliquer la ligne tactique. C'est le grand contraste avec Estaimpuis, où je devais surtout songer à marquer. Si j'en ai l'occasion, j'aime aussi pénétrer dans la raquette pour aller marquer sous l'anneau. J'espère remédier à un élément plus faible de mon jeu, à savoir le tir à trois points. Pourquoi avoir choisi Ostende?Alton Mason : Parce que j'ai découvert la saison dernière avec Estaimpuis que c'était la meilleure équipe de Belgique. Qui plus est, nous aurons davantage de chances de disputer des compétitions européennes, ce qui ne peut que favoriser la suite de ma carrière. Et qu'en pense le coach ?Eddy Casteels : Mon objectif est de ne pas lui couper les ailes. Je ne vais pas le brider pour en faire un setguard. Soyez tranquilles, Alton marquera et fera marquer à Ostende. En même temps, il sait qu'il doit s'adapter à une nouvelle façon de jouer. Il aurait très bien pu resigner pour cinq ans à Tournai et finir chaque fois meilleur marqueur de la saison, mais il a choisi un nouveau défi à Ostende. Il sait donc à quoi s'attendre. Il devra être mon assistant sur le terrain. Talentueux, il l'est certainement, mais il est encore jeune et dispose encore d'une belle marge de progression. Matthias Stockmans"Alton Mason devra être mon assistant sur le terrain""Si Dorsey nous apporte ce qu'il a apporté à Cholet, nous aurons déniché l'oiseau rare"