Porté vers sa dernière demeure vendredi passé, sous les regards du monde entier, le prince Rainier III était un personnage incontournable de son club, donc du football français. La saison passée, Monaco prit part à sa première finale de la Ligue des Champions. L'AS Monaco constitue un phénomène à part en L1. Admiré, ce club est également contesté en raison des avantages d'une taxation réduite à sa plus simple expression autour du célèbre rocher. Le président de Lyon, Jean-Marie Aulas, entre autres, a ...

Porté vers sa dernière demeure vendredi passé, sous les regards du monde entier, le prince Rainier III était un personnage incontournable de son club, donc du football français. La saison passée, Monaco prit part à sa première finale de la Ligue des Champions. L'AS Monaco constitue un phénomène à part en L1. Admiré, ce club est également contesté en raison des avantages d'une taxation réduite à sa plus simple expression autour du célèbre rocher. Le président de Lyon, Jean-Marie Aulas, entre autres, a parfois affirmé que cela faussait la donne sur le marché des transferts. Monaco a souvent attiré des stars séduites par le régime fiscal. Le maigre public n'a jamais généré assez de recettes pour entretenir une grande équipe. Dès lors, la famille princière soutient souvent son club. Rainier III a vite compris que le football, à l'image de la Formule 1, pouvait donner une magnifique image de marque à sa principauté. En 1960, un entraîneur légendaire, André Leduc, qui entraîna aussi le Standard, lui a offert le premier de ses trophées : la Coupe de France. Le prince Rainier III n'était pas qu'un mécène. Il entretenait des idées afin de favoriser un football positif : suppression du mur sur les coups francs, expulsion temporaire, fin du hors-jeu, touche au pied, etc. Le Tournoi Juniors de Monaco fut un laboratoire intéressant dans ce contexte. Même si aucun de ces thèmes n'a été retenu jusqu'à présent par l' International Board, d'aucuns affirment que ces visions ont généré des processus de réflexion. (P. Bilic) ZINéDINE ZIDANE a confirmé sa décision de ne plus jouer avec l'équipe nationale contrairement aux rumeurs faisant état d'un retour chez les Bleus. FABIEN BARTHEZ : l'arbitre marocain, Abdellah El Achiri, qui dirigeait le match amical Wydard-Marseille, le 12 février, a demandé " une sanction raisonnable " à l'encontre du gardien qui cracha dans sa direction. JEAN-PIERRE ESCALETTES, président de la Fédération française de football a affirmé que la FFF est entrée dans une phase de rigueur et d'économie, ce qui justifie le report du match amical du 2 juin de la France en Chine. JEAN-MICHEL AULAS, le président de Lyon, imite José Mourinho et a évoqué des discussions entre certains membres du PSV et les arbitres couverts, selon lui, de cadeaux par les Néerlandais. GUY LACOMBE, l'entraîneur de Sochaux, est courtisé. Annoncé au PSG, à Nantes ou Porto, il affirme ne se soucier que de son club. LUCIEN LAURENT est mort à 98 ans. Cet international français fut le premier buteur de l'histoire des phases finales de la Coupe du Monde en 1930. BUTEURS : 1. Frei (Rennes) 16 buts ; 2. Pauleta (PSG), Ilan (Sochaux), Pagis (Strasbourg) 12 ; 5. Juninho (Lyon), Kallon (Monaco), Feindouno (St-Etienne) 11.