"Coup de sifflet final, pas de prolongations. J'ai mené le bal, repasse-toi mes actions. " On est en 1995 et Doc Gynéco inonde le rap-jeu de son Passement de Jambes fleuve, issu de son premier album, Première Consultation. Entre les références à Bebeto, Dino Zoff, Papin, Platini, Cantona, un fin clin d'oeil à l'affaire VA-OM et même une intro concoctée par Basile Boli himself, il ne le sait pas encore mais il vient d'inscrire sur galette le tout premier morceau de référence liant rap et foot en francophonie. Pour l'éternité. Oxmo Puccino, Booba, Kery James, NTM, IV My People, IAM, R.E.D.K. , les Psy4 de la Rime... Tous y vont de leurs sons et de leurs punchlines dédiés à leurs joueurs, entraîneurs ou clubs favoris. De là, les clips mettant en relation les deux disciplines apparaissent. Les joueurs rappent, les rappeurs jouent, se montrent ensemble, et cuir et micro n'ont jamais été aussi indissociables, là où la tradition anglaise a plutôt été de mêler l'ambiance Kop sur un air de pop.
...

"Coup de sifflet final, pas de prolongations. J'ai mené le bal, repasse-toi mes actions. " On est en 1995 et Doc Gynéco inonde le rap-jeu de son Passement de Jambes fleuve, issu de son premier album, Première Consultation. Entre les références à Bebeto, Dino Zoff, Papin, Platini, Cantona, un fin clin d'oeil à l'affaire VA-OM et même une intro concoctée par Basile Boli himself, il ne le sait pas encore mais il vient d'inscrire sur galette le tout premier morceau de référence liant rap et foot en francophonie. Pour l'éternité. Oxmo Puccino, Booba, Kery James, NTM, IV My People, IAM, R.E.D.K. , les Psy4 de la Rime... Tous y vont de leurs sons et de leurs punchlines dédiés à leurs joueurs, entraîneurs ou clubs favoris. De là, les clips mettant en relation les deux disciplines apparaissent. Les joueurs rappent, les rappeurs jouent, se montrent ensemble, et cuir et micro n'ont jamais été aussi indissociables, là où la tradition anglaise a plutôt été de mêler l'ambiance Kop sur un air de pop. En 1988, les Reds sont peut-être justement les premiers à rapper le ballon rond, avec Liverpool Rap. On y découvre les talents de MC de John Barnes, le mythique ailier anglais qui posera ensuite son flow chaloupé pour un rap groovy, devenu classique outre-Manche, censé encourager ses Three Lions au Mondial 90. S'ensuivent des essais plus ou moins réussis que l'on range sans trop s'en soucier dans la catégorie " Hip-Hop ". C'est le We've got a feeling de Basile Boli et Chris Waddle en 1992, le bide Tape dans un ballon de Pascal Olmeta en 1994, ou encore le très étrange Vivre dans ta lumière de Youri Djorkaeff en 2002. Le rap semble accessible à tous et s'installe donc aisément dans le milieu. Plus récemment, en 2010, Karim Benzema s'était prêté au jeu dans Fais-moi la passe, en featuring avec le rappeur français Rohff. KB9 assure alors qu'il " transperce les filets du Barça ", chose qu'il ne faisait pas vraiment à l'époque et qui lui avait valu quelques moqueries. La dure loi du Rap Game. " C'est le milieu de la rue. Je ne veux pas dire qu'on est des enfants abandonnés mais notre passe-temps après l'école, c'était soit tu vas au parc jouer avec tes amis au ballon, soit tu descends dans la cave et tu vas écouter de la musique, écrire des chansons ", rembobine Dieumerci Ndongala, cousin du défunt Romano Daking, légende dans le rap bruxellois. " Quand j'étais petit, je n'avais pas de Playstation. C'était le foot ou le rap. " Mêmes quartiers, même classe sociale, pas mal de footballeurs et de rappeurs se reconnaissent dans les mêmes valeurs. Certains se sont aussi fréquentés avant de " percer " à un niveau professionnel. C'est le cas de Nicolas Anelka et La Fouine, qui ont grandi à Trappes, en banlieue parisienne. Le rappeur à la barbichette compte aussi parmi ses potes Yassine El Ghanassy et Mehdi Carcela, ambianceur avéré dans le clip Tu m'reconnais d'EN2K, MC liégeois, où se montraient également Christian Benteke et Hans Dibi. Mais si le parallèle social joue son rôle, le rap est devenu un phénomène de mode clairement générationnel. Renié au début des années nonante, il est aujourd'hui un genre à part entière et lâché à la masse. " Aujourd'hui, t'as de plus en plus de meufs qui aiment les deux ", pose Jeanjass, rappeur carolo et ancien échassier espoir d'Action 21. " Pour moi, foot et rap, c'est vraiment indissociable. On a grandi avec ça. Un peu comme rap et ciné. J'aime énormément placer des joueurs de foot ou des expressions du foot dans mes textes, c'est un truc qui me vient naturellement. Si je devais faire un morceau sur Charleroi, il me faudrait absolument Dante Brogno dans le clip... " Si " le plus beau crochet du Royaume " n'a pas encore repris le service, Cristiano Ronaldo s'est déjà affiché avec une casquette de la marque de Booba, nouveau pote de Benzema, décidément dans tous les bons coups. A l'heure actuelle en Belgique, New School est probablement le meilleur exemple de la liaison des deux domaines. Ce crew du nord de Bruxelles commence à se faire un nom, si bien qu'il se place parmi les figures artistiques bruxelloises les plus écoutées. Peut-être aussi parce que plusieurs invités de marque apparaissent dans ses clips : Eden Hazard, Anthony Vanden Borre - également proche de Red Cross (voir l'encadré des punchlines) -, Hervé Kagé... Mais aussi Michy Batshuayi - qui s'est récemment affiché avec le rappeur marseillais Soprano, lui aussi proche du groupe -, Julien Vercauteren, Pelé Mboyo et Geoffrey Mujangi-Bia, quand la génération 94 de Junior Malanda, avec Joris Kayembé et Brice Ntwambé, se montre dans le clip Blessure et quand un de ses rappeurs, qui s'affiche masqué, est tout simplement un joueur pro, ancien du Standard. En clair, New School rassemble une bonne partie de Bruxelles, d'où la création toute récente du collectif " Made in B ", qui a pour but de fédérer tous les talents de la capitale, des footballeurs, des rappeurs, mais aussi des comiques. La bande se réunit souvent et " Batsman " serait même plutôt à l'aise micro en main... Dans l'épisode 8 des Diables Au Coeur, diffusé par la RTBF, on voyait déjà Romelu Lukaku interpréter Niggas in Paris, de Jay-Z et Kanye West, sous la danse approbative de Daniel Van Buyten. " Big Rom " n'hésite pas non plus à rendre hommage au groupe du Nord de BX, à l'image de Paul Pogba avec Kaaris ou Blaise Matuidi avec Niska (Matuidi Charo), en célébrant son but face à la Suède par le signe de ralliement (voir photo). " Tupac, Notorious BIG, Jay-Z, Mobb Deep... Des gars dont les textes avaient un sens ", affirmait-il en juillet dernier dans Sport/Foot Mag. " Je ne suis pas trop fan des paroles qui ne veulent rien dire et qui ne parlent que de bling-bling ou de bitches. " A la trappe les plastiques rebondies et les grosses chaînes en or qui brillent. Le foot et le rap sont deux disciplines populaires, aisées à la pratique, compliquées au résultat. " Il y a un rapport intéressant avec le foot, mais également avec le sport en général ", lançait Rocé pour So Foot en 2013. " Dans les deux cas, c'est de la performance. On s'en fout de qui tu es, d'où tu viens ou de ta couleur, l'important c'est ce que tu vas faire. " Surtout quand on part de loin. " Les quartiers m'ont forgé un caractère et un mental ", pose de nouveau Ndongala, " Didi " à la ville, " DMC " sur le beat. " Je jouais dans la rue, uniquement avec des plus grands que moi. Si je n'étais pas bon, ils m'engueulaient... C'est pareil dans le rap, tu dois toujours te donner au maximum pour évoluer. " Et rien n'empêche de combiner les deux passions. A Rome, Luis Pedro Cavanda avait l'habitude d'occuper son temps libre en studio, à telle dose qu'il en oubliait presque le foot, et si Steeven Langil, proche de Maître Gim's, ne régale pas avec ses pieds, c'est qu'il compose au piano avec ses doigts et soutient le rap DOM-TOM. Dans l'autre sens, Kool Shen (NTM) savait user de la semelle et Sefyu a effectué un bref passage à Arsenal, époque Anelka, Vieira, Bergkamp, Overmars et Tony Adams. Quelque part, un gimmick bien placé est comme une virgule qui fait mouche. Quelque part, foot et rap sont deux disciplines de solistes entourés. " Je vois un peu ça comme un sport collectif. Là, je sors des trucs tout seul, mais on joue en équipe. Avec mon DJ, mes musiciens, et les scènes avec mon groupe ", abonde Jeanjass. " Et puis, on disait souvent qu'on jouait en D1 belge. Là, maintenant, on veut performer en Ligue des Champions. " Comme au début des années 80... PAR NICOLAS TAIANA AVEC THOMAS BRICMONT - PHOTOS BELGAIMAGE" Quand j'étais petit, je n'avais pas de Playstation. C'était le foot ou le rap. " " DMC " NDONGALA