Le football bruxellois est en ébullition. Frappés de plein fouet par la crise, parfois noyés par leurs ambitions dévorantes, souvent mis à mal par une gestion laxiste, les clubs de la capitale doivent trouver vaille que vaille une bouée de sauvetage. Le FC Brussels, le White Star Woluwe et Bleid Gaume, officieusement rebaptisé Bleid Molenbeek, sont les principaux concernés. L'Union Saint-Gilloise a déjà donné dans les investissements étrangers, étant même la première à s'y lancer avec des dirigeants italiens qui n'ont, depuis la semaine dernière, plus rien à dire au sein du conseil d'administration, remplacés par un homme d'affaires allemand du nom de Jürgen Baatzsch.
...

Le football bruxellois est en ébullition. Frappés de plein fouet par la crise, parfois noyés par leurs ambitions dévorantes, souvent mis à mal par une gestion laxiste, les clubs de la capitale doivent trouver vaille que vaille une bouée de sauvetage. Le FC Brussels, le White Star Woluwe et Bleid Gaume, officieusement rebaptisé Bleid Molenbeek, sont les principaux concernés. L'Union Saint-Gilloise a déjà donné dans les investissements étrangers, étant même la première à s'y lancer avec des dirigeants italiens qui n'ont, depuis la semaine dernière, plus rien à dire au sein du conseil d'administration, remplacés par un homme d'affaires allemand du nom de Jürgen Baatzsch. Le FC Brussels, dont le nom a encore été tourné en bourrique à la suite d'une sortie télévisée de son président, Johan Vermeersch, qui a fait le buzz (NDLR : il était visiblement éméché sur le plateau de Télé Bruxelles), s'oriente vers une piste venue du Golfe. " J'ai tout payé ", martelait l'homme fort du stade Machtens la semaine passée lors de ladite émission. Et pour cause, il s'est décarcassé pour que l'interdiction de transfert dont son club était victime, soit levée et a donc apuré quelques dettes et arriérés de salaire. Juste à temps pour se renforcer. Nous avons appris sous le manteau que les nombreux joueurs affiliés et acquis en toute dernière minute par l'entité molenbeekoise ne coûtaient quasiment rien au FC Brussels. En l'occurrence, c'est un manager français, appelé à jouer le rôle d'intermédiaire dans les discussions avec le repreneur dubaïote, qui aurait mis les joueurs à disposition du club dans l'espoir qu'ils se mettent en évidence. Loïc Damour et Karim El Hany, pour ne citer que ces deux-là, ont des références en France. A tel point que l'on se demande ce qu'ils sont venus faire à Molenbeek... C'est bien entendu le White Star qui est le plus mal en point. Il a frôlé le dépôt de bilan, perdu deux joueurs importants et a vu la motivation de ses troupes réduite à néant mais l'annonce d'un repreneur issu du milieu médical a sauvé ce qui pouvait encore l'être. Après plusieurs réunions du conseil d'administration tendues, tout semble rentré dans l'ordre. Michel Farin, le président woluwéen, a même pu partir en congé aux sports d'hiver à heure et à temps alors que son club attendait encore que les derniers détails de l'accord ne soient paraphés. Le week-end dernier, sportivement parlant, l'équipe de Felice Mazzu a touché le fond et perdu sur le terrain de la lanterne rouge. La spirale est brisée, la confiance ébranlée. Le tour final, que le club disputera dans quelques mois, risque d'être pénible. A moins d'un incroyable retournement de situation. Reste alors Bleid Molenbeek. L'ancien club gaumais n'a pas encore confirmé officiellement la venue de Vincent Kompany en tant que nouveau propriétaire mais le nom du Diable Rouge est sur toutes les lèvres et le seul fait de l'évoquer rend le sourire à ceux qui se démènent pour que le pensionnaire de D3 sauve sa peau. Notez que le club devrait perdre sept points sur tapis vert pour un quiproquo administratif impliquant Enzo Bellia (ex-Charleroi et Anderlecht), ce qui l'enfoncerait à la dernière place du général. Vincent Kompany nourrit un projet social d'envergure et l'instaurer en D3 ou en Promotion ne change rien en ce qui le concerne, dans la mesure où c'est essentiellement au niveau d'un centre de formation qu'il veut s'impliquer. L'idée est de faire " sponsoriser " des générations de jeunes joueurs sous différents labels mais le projet n'est encore qu'une esquisse. Kompany ne négligera pas l'équipe fanion pour autant. Selon diverses sources, c'est un montant de 250.000 € étalé sur plusieurs saisons qu'il s'apprête à injecter au club. De nombreux jeunes issus du... FC Brussels devraient passer sous les couleurs de Bleid Molenbeek la saison prochaine. Ce pseudonyme ne devrait d'ailleurs pas demeurer bien longtemps et le " Brussels United " que nous vous avions annoncé il y a quelques semaines devrait revenir sur le devant de la scène. Un FC Brussels et un Brussels United dans la même ville, distant de quelques kilomètres, avouez que ce serait surprenant... ?PAR SERGE QUINETBientôt le golfe Persique, Vincent Kompany et le monde médical au secours du foot à Bruxelles ?