LUNDI CHRIS DECRASSE

Kanu(l). Le buzz Praet a ses effets pervers, le réserviste Kanu dérape au Pub 2000, un boui-boui carioca du quartier Midi en tête des favoris GPS de l'ambianceur du Parc. La nuit suivant le 6-1 mauve face aux Gazelles, le Brésilien est taxé de ratonnade et menace avec flingue sur un gus qui aurait palpé sa gonzesse. Kanu nie les faits, le Parc supplie la discrétion mais le buzz est trop tentant : une enquête est ouverte, la presse racole. Qui a dit que Kanu manquait de niaque et de gâchette ?
...

Kanu(l). Le buzz Praet a ses effets pervers, le réserviste Kanu dérape au Pub 2000, un boui-boui carioca du quartier Midi en tête des favoris GPS de l'ambianceur du Parc. La nuit suivant le 6-1 mauve face aux Gazelles, le Brésilien est taxé de ratonnade et menace avec flingue sur un gus qui aurait palpé sa gonzesse. Kanu nie les faits, le Parc supplie la discrétion mais le buzz est trop tentant : une enquête est ouverte, la presse racole. Qui a dit que Kanu manquait de niaque et de gâchette ? Chris est cigare. " En cuisine il n'y a pas place pour deux chefs ", avait dit Chris Janssens. Le patron choisit la sauce dromadaire, le T1 lierrois doit dégager pour son conseiller Ramzy, ex-T2 de Gerets à K'Lautern. Pour le Chris déchu " tenir ici 1,5 an vaut 5 ans ailleurs " mais même au Lisp, les 7 vies du chat sacré pèsent que dalle. Les cigares du pharaon Samy enfument tout : Van Meir repart vers le noyau B et est remplacé par Simmes, une ex-gloire locale justement libéré 2 jours avant par Turnhout... le club-filiale. Long terme. Losada a du temps pour tchatcher avec Coulibaly : touché au ménisque, l'Argentin stoppe son exercice fiscal 2012. Toujours ça de primes en moins à payer pour Vanoppen... qui gagne un procès de plus : Coulibaly, encore lui, attaque au tribunal pour C4 abusif. Verdict dans... 12 mois : " Je ne rejoue pas avant que mon honneur soit lavé. " RV au mercato hivernal... 2014 ? DJ Flupke. Vraiment, ces Diables de djeuns ne respectent rien : en tournage pour le sponsor-voiturier, De Bruyne et Mertens défoncent le capot arrière bourré de ballons. De Bock bizute avec Rapper's delight, le 1er tube rap : preuve que même les vieux blancs savent slammer, Philippe Collin se serait trémoussé. Cérémonie sans l'Oscar. Le Club Bruges souffle ses 121 bougies. Pere Guardiola s'en fout : le frère-agent du Rey Pep est dans l'hôtel bruxellois... des Diables pour négocier le contrat de son poulain Oscar Garcia. Au final le coach de Tel-Aviv décline, Mannaert passe au plan B, un certain Garrido. L' Oscar de la sape est attribué à Tchité : Mémé passe à la presse avec... un doigt d'honneur sur son T-shirt, tiens donc. Non, Clement ne voulait pas tuer Jorgacevic au Parc : Bojan a les adducteurs bouillis et stoppe un mois, Kujovic va rejouer son Dirk Vekeman, doyen des doublures éternelles vouées aux spots fugaces avant retour à l'ombre. Les vieux sont jeunes : Hoefkens termine 1er des tests physiques. Oui, Bruges est mal. Belgique, nous voilà. La BBC annonce The Belgium Revolution, les Diables seront l'équipe à battre en 2014. A relativiser : le rédac' chef politique est viré pour infos-bidon sur un ministre pédophile. Bruxelles postule pour l'Euro 2020 en tournante de Platini, CEO Martens nomme un manager des stades pour booster le secteur. Platoche nous veut au Brésil, il promet l'exclusion de la Serbie et de la Croatie au prochain acte raciste : de là à faire nous-mêmes les banderoles ? Les 90 % de Leekens ne passent toujours pas chez Wilmots : Willie ira à Salvador de Bahia vérifier que l'hôtel de Georges est vraiment si tof. C'est pas moi, c'est l'autre. C'est la semaine des quiproquos : pendant que Kanu passe au gril chez DG Herman pour sa lambada musclée, Benteke est blanchi pour son faux car-jacking et Witsel obtient 1.000 euros d'une ex qui le disait père de sa bimbo. En route pour Bucarest, Fellaini est forfait pour le sketch de Pirette prévu le lendemain... à l'heure du match : le tourneur n'avait pas vu le calendrier. Les sosies de Legear sévissent encore : une victime en béquilles du " drive-in " de Tongres réclame toujours réparation pour son job au magasin de chaussures. Dire que Jona collectionne les pompes - en cuir, pas à essence. Dèches... Au Standard Vainqueur ne l'est plus : il perd contre Moris la finale rouche de Fifa 13... aux pénos - non, Anthony ne jouait pas pour Anderlecht. Comme à Bruges, le 11 de l'infirmerie sera bientôt plus fort que l'équipe A : Fryers se tourne l'épaule, Biton les ischios. Les entraînements durcis à la sauce Mircea ? ... à gogo. Le foot reste maudit pour certains : Vargas rechute pour 15 jours, ses adducteurs cette fois. Tarif 3 mois pour Ruiz (Malines) : opéré du pied, l'ex-pichichi de Westerlo rajoute une ligne à son CV de blessures. Au Kuipje Wijnants ricane, encore un de ses ex-boiteux recyclé à temps. Dugary (OHL) a le tendon d'Achille en filets : il a marché... sur un plat en verre dans sa cuisine. Ils sont fous, ces Roumains. 5e visite, 5e revers : à chaque fois qu'ils approchent le palais de Ceaucescu, les Diables baissent les cornes (2-1). Point positif : fini d'être les rois des amicaux, on se réserve pour les vrais matches. Benteke gagne sur poto Lukaku le duel des puncheurs : Chris invente le double petit pont, Big Rom bute sur le flipper rom, Vertonghen propose le péno-Softenon aux 17 fans belges présents, famille Courtois incluse. Witsel tire son Win for Life : 35e fois Diable, Axel a son libre-parcours pour voir les matches. Et y suivre sa marmaille officielle ? Samba carolo. Sans son président retenu sans doute en salle de muscu, mais avec le maïeur Magnette, Charleroi enflamme les sponsors : staff et joueurs font VRP, des danseuses brésiliennes font suinter les pommettes. Et sans baston : Kanu-le-mauve est resté chez lui. Sponsors, bougez-vous : le trou du club approche les 10 millions... Dixit Hendrickx : " Abbas Bayat rêvait de découvrir un 2e Mourinho, il n'a fait que dilapider notre trésor de guerre. " Español... Deux entretiens-canon avec psycho-tests : Juan Carlos Garrido survit à la batterie de Verhaeghe et intègre la fosse aux lions brugeoise. Pour le profil-type, les yuppies locaux avaient copié-collé le faciès de Daum, sans la moustache, et... van den Brom : jeunesse, communication et pogne de fer. Promis-juré, le 23 février pour le retour, Jean-Charles de Villarreal tape du 6-1 aux Mauves... s'il n'a pas sauté d'ici là - avec Tonton Bart, ne jurons de rien. Mais le garçon a sa botte secrète : il kiffe le triathlon, la vraie passion du boss. La bécane dans la gondole, nous sommes bien en Venise du Nord. ... con Jean-Charles. Verhaeghe rembobine la K7 ayant servi Leekens : " Garrido est le coach idéal, le meilleur est à venir, on va lutter pour le titre. " De Courtrai, Vanhaezebrouck a ses doutes : " Garrido ? Il n'a jamais rien prouvé. " Mais comme chez Bart, un jour sans remaniements internes est un jour perdu, le Club s'offre aussi l'ex-coach physique du Real, un T1 pour les Espoirs et bientôt, oui oui, un manager sportif. Mais pas Zean-Marie : Pfaff est juste passé vendre au cuistot sa recette. Pour des Gazelles fermes, ébouillanter 12 minutes. Fast-foot. Un peu comme Verbist (Cercle), chopé jadis au Quick par de Boeck un milk-shake à la main, Patosi (Lokeren) évoque ses kg perdus : " J'étais trop accro aux chicken wings du McDo. " Daknam revoit grand : il signe l'arrière danois Scholtz, un international espoir qui avait stoppé sa carrière... pour faire le tour du monde. Daknam, tu parles d'un périple. Bis repetita. Duchâtelet aime tant les calicots de Sclessin, qu'il laisse son siège communal trudonnaire et stoppe sa carrière politique. De la création de Vivant vers un Standard renaissant, il n'y a qu'un pas : " Le Président a investi et continuera à le faire ", claque De Sart. Depuis son Qatar, Gerets re-presse son tube mondial : " Je finirais bien ma carrière à Liège, aux dirigeants de voir. " Même son dogue Georges, à force, connaît la chanson. Les Bas de Hurluvent. Il y a de ces clubs damnés. A peine remis de la faillite de l'Excelsior, le Canonnier revoit l'orage : le président lillois se retire, le LOSC revend ses 51 % de Mouscron-Péruwelz. Custovic hèle Vandoren, Dugardein et Seynhaeve pour relancer les Hurlus... " même en P4. " Avec Leekens et les Mpenza Brothers comme au temps béni ? Déjà, Georges et Emile n'ont rien à faire. Slow-motion. Praet serait pisté par Ajax, Van Holsbeeck tacle : " Ils ne pourront jamais payer le prix. " Pour le touriste Al Hawsawi, c'est retour minaret : encore nickel en semaine sur Messi lors d'Arabie-Argentine, le roi de la vidéo signe à Al-Ahli. Et est remercié : DG Herman palpe pour son cheikh venu gratos un chèque d'1,5 million. Mogi a 6 mois pour rafraîchir le DVD et refourguer son gus à un autre pigeon. Raffut chez les refs. Sale coup pour la campagne I Like Referees : à Idegem-Kerksken (U19) un gamin de 17 ans, boxeur amateur à ses heures et casier judicaire reconnu, assomme l'arbitre de 16 ans pour une carte jaune mal digérée. Le ref est commotionné, le voyou emmené au cachot. Il y a un mois les refs provinciaux avaient fait grève contre la violence. En 6 ans, 2.000 des 8.000 arbitres ont rangé leur sifflet ! Jérem Perbut. Le vrai buteur ne meurt jamais : Ibou s'en rend compte, Perbet croque OHL, chez les brasseurs Chatelle re-trinque au Bar Jupiler (1-3). Mons revoit le top 6, les Students filent en 2e session se consoler au concert de la diva locale Selah Sue. Au Mambour la lingerie de Tatiana Silva enflamme même un Zèbre sobre : Charleroi joue frivole mais simonise l'alu malinois (1-1). Victoire garantie si au prochain coup, Mehdi & Mogi défilent en Chippendales. Vous avez dit... Juste pour consoler son T2 du 6-1 du Parc, Garrido rafle l' Open du Freethiel au rythme corrida : Lestienne (4 assists, 1 but) partage les tortillas, Bacca plante ses picots sur le Taureau Doré, même le soc Vleminckx a tracé son sillon (2-6). Le choc psychologique est une affaire brugeoise : Booy boit du lolo contre Genk et cède sa lanterne, Eidur quintuple, Portier (auto-but) fait encore rire l'assemblée (3-1). ... choc psychologique ? Sous les yeux d'Ahmed Hassan, candidat à la pige-amitié, le comique Ramzy impose son sketch de rentrée : fini les chameaux, Hazurov coule le yaourt bulgare dans les trous de l'emmenthal gantois (2-0). Les fans bloquent le bus buffalo, le régime-minceur promu par Peeters en semaine via les tests physiques ne percole pas : " On peut oublier les PO1. " A la limite, Bob s'en fiche : payé par le Cercle, il double deux salaires jusqu'en 2014. Avec Leekens et Peeters, les organisateurs du Salon du Cumul peuvent faire l'édition 2013 au Breydel. Et Di Rupo de suer sur la norme salariale... Eternel tourniquet. Le tambour-lessive de Waasland tourne sans fatigue : après les 124 transferts de l'été, c'est T1 Geeraerd qui s'y colle, Garrido taille déjà dans sa nouvelle corporation. Coach Dirk la joue crise mondiale : " Des chômeurs, il y en a aussi plein en Espagne. " Les Editions De Boeck reclassent leur invendu : Glen retrouve un job, copain Frankie n'aura pas son T2 chéri. Eiji, profession paratonnerre. Le Standard craignait un nouvel orage sous l' Arc-en-Ciel : Sclessin repart de Zulte doté d'un point chahuté, Kawashima a gommé les floches à Goreux, devant les finisseurs étaient en récup (0-0). Chauffés par Rednic (" A Sclessin, ils ne supportaient pas la pression "), Berrier & Leye échouent à gicler du rouche : ça ne marche pas chaque fois. Pater Noster. " Juventus de Belgique " (dixit Jova), Courtrai n'est pas pour rien le meilleur béton de D1 : à Anderlecht Coach Hein coule le ciment, Keet rejointoie, Biglia relance la tradition du péno-navet stoppée juste une semaine. Mais St-Guidon reste très pote avec Dieu : Mbokani creuse le fossé en tête, Milan peut se pointer au Parc (1-0). AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT PAR ERIK LIBOIS