LUNDI

Boule et mabouls. Sacrilège au Pays Noir : lendemain de Charleroi-Standard, on retrouve Boule et Bill... cisaillés aux pieds et aux pattes. Preuve que même avec images et phylactères, les vandales restent illettrés. De la lecture en revanche pour Poco : le planteur de drapeau rouche prend un P-V pour provoc. Mehdi Bayat traduit : " C'est de l'incitation à la haine. " Parole d'expert vu l'ambiance aux derniers poulets-compote chez Tonton.
...

Boule et mabouls. Sacrilège au Pays Noir : lendemain de Charleroi-Standard, on retrouve Boule et Bill... cisaillés aux pieds et aux pattes. Preuve que même avec images et phylactères, les vandales restent illettrés. De la lecture en revanche pour Poco : le planteur de drapeau rouche prend un P-V pour provoc. Mehdi Bayat traduit : " C'est de l'incitation à la haine. " Parole d'expert vu l'ambiance aux derniers poulets-compote chez Tonton. Le Roland mielleux. En attendant de retrouver du minutage, Juhasz organise son crédit-temps : " Je finis mon contrat et je retourne chez moi. " D'évidence, la dèche des Rangers a rendu le Magyar modeste. Sauf pour Kouyaté : " Cheikhou doit partir cet été. " Et libérer une place pour son Roro ? Pour plus tard, le Hongrois se voit déjà yuppie : " Je vais investir dans l'immobilier bruxellois. " Des mini-maquettes du futur stade sont dispo au fan-shop. Angola 0, Norvège 1. Orphelin de Vetokele parti chez Ariel de Copenhague, Bob Peeters toque avec succès au Spelershome voisin : Bakenga débarque sur la planète verte... avec interdiction de croiser la Gazelle - pas déconner non plus. Lange Bob aime le neuf avec du vieux : il sonne Herman du Parc pour ravoir son Reynaldo si inspiré quand il se vêt de pomme en plein polders. Mais le Brésilien décline. Willy coupe le son. Marre des défis dingues des fans : tout repeindre en rouge passait encore, chantera Brabançonne dans les trois langues non merci. Pour Wilmots, pas question de risquer la casserole à Cardiff : le match requiert le focus de chacun, mettre la main sur le c£ur au son des cuivres suffit amplement. Si même le dernier des Belges range son clairon... Mati au lancer franc. José Huylebroeck a tout filmé sur DVD pour son Herman : Suarez se fait refaire la jambe par un vrai chirurgien de Cordoba... affecté aux basketteurs et volleyeurs argentins. Juré : au réveil, Mati n'a pas joué avec les mains. D'autant qu'à Moscou, le coach reprend un ticket pour le mercato de janvier : d'un coup, Van Holsbeeck se ressent tout léger. Biglia agite toujours sa sébile en Premier League : sauf qu'après ManU, Liverpool et Arsenal, on évoque... Southampton et Norwich. Prends ça, l'ego. La chanson de Jacky. Quand Mathijssen s'ennuie sur son trône syndical, il flingue à vue. Un 1er tableau (très) noir pour le duo Jans-De Sart : " Acheter Ogunjimi, c'est stupide quand on joue en 4-3-3. " Et un second pour l'ami Abbas : " Ferrera ne peut pas coacher en D1 s'il n'est pas inscrit au cours d'entraîneur. " En attendant, ça fera 1.336 euros d'amende mensuelle, 64 % du salaire-poche du brave Yannick. On parie que Tonton ne paiera... pas ? Docs en stock. Où l'on recause de nos médecins foireux : Mboyo dézingue le toubib gantois, accusé d'avoir foiré ses plans de relance. A voir : Eriksson (Atvidabergs) réussit ses tests, c'est le buteur de D2 suédoise dont les boulettes IKEA arrachent 500.000 pépettes à Louwagie. A OHL, le Doc s'inspire des collègues de Munich : Ali Bamba est renvoyé en fond de caverne, l'Ivoirien a raté son passage au stéthoscope. Le téléphone pleure. Au Parc, Vargas rejoue contre l'Etoile de Bruxelles : une frappe des 35 mètres, le Narco mauve s'en repart sous les vivats du pelé et des tondus. Et sans bobo cette fois. Pas comme au Lisp : le Ghanéen Bekoe, déjà découpeur face au Standard, sort la faucheuse à l'entraînement sur les collègues Davids et Dachelet, direction l'infirmerie. Au besoin Sonck est dispo : " J'attends qu'on téléphone. " Tête de canari. C'est parti en D2 : devant son fan-cinéaste Michaël Roskam ( Tête de b£uf, nominé Oscar du meilleur film étranger) St-Trond force les hormones contre Ostende (3-1). Le boiler de l'autre déchu était tiède : Westerlo a placé 500 panneaux solaires sur ses toits et offre la douche bio mais Goor & Cie restent secs et froids contre Audenarde (0-0). A Tubize-Lommel, le ref ignore les nouveaux règlements : des sept joueurs du banc, il en remet trois en tribune. Déjà un bon recours de fin de saison quand tout aura foiré. Bal... N'importe quel designer vous le dira, le jaune arrache avec le mauve : après les rinçages Fenerbahçe et Borisov, Anderlecht dérape sur les carreleurs canaris de Limassol, tout remontés après le réveil matinal forcé par les 58 fans bruxellois (2-1). Van den Brom fait son Ariel en virant sa cuti 4-4-2 en 4-3-3 bétonné, sur la banquette De Sutter a dû se dire que le calvaire recommençait. Jova ajuste mieux de la canette que du cuir : Milan se fait rincer par un ref homonyme... en attendant l'amende interne. ... ou pas Bal ? Encore heureux que Mbokani, dont le team-manager avait oublié le boarding-pass au départ, soit venu glisser son drop divin. Passé voir ça avec ses potes, Lolo Fassotte s'est dit que le foot donnait parfois des matches... bizarres. Roger VDS devra rebattre ses cartes : le Monopoly annoncé vire aux Mille Bornes tendance Tournez manège. Seule bonne info de la soirée : personne n'a dû taper de péno. En vérité, Jules vous le dit. Malgré l'annonce que les achats c'était fini, De Sart rentre du Brésil, négocie avec Habibou et signe un... Briton : le prophète Imoh ne prêchera plus seul sur sa butte, le petit nouveau Fryers se prénomme Ezekiel et vient d'Old Trafford. Le garçon valait sept briquettes aux Iles mais... peau de balle sur le marché étranger : bien vu, Jules. A condition de pas se vautrer comme aperçu sur internet... Bon, Poco se trace maintenant ? Pour Gershon, si fuite il y a, ce sera... à béquilles : l'Israélien se fait cureter le ménisque et prend six jeudis. Europa... A Debrecen l'ex-duo trudonnaire Coulibaly-Sidibe subit le meilleur Bruges relooké Leekens : Blondel joue les GO jojos pour le 400e euro-pion du Club. Dans le stade du Spartacus... Nyiregyhaza, Bruges résout facile la dictée locale, les Gazelles peuvent préparer le caquetage avec les poules de C2 (0-3). Déchiré, Zimling décroche la floche pour l'infirmerie. Aux avant-postes aussi, ça rigole moins : seul sur son île, Tchité a mordu sur sa langue d'autant que Joker Bacca a encore enfourné. Pour Vleminckx c'est pire, il a tout suivi... de la tribune. Si Mannaert veut exhiber son tracteur, c'est trop tard pour Libramont : la Foire, c'était en juillet. ... bide... Pour garder ses marques entre l'hôtel et le stade de Lucerne, Genk avait fait venir du Limbourg son chauffeur avec son bus. Mais rien n'y fait : le team du proprio égyptien local, sorte de Maged Samy des alpages, fait sauter la banque minière, seul Köteles préservant le secret bancaire de Degraen & Co (2-1). Encore merci à Vossen pour sa 11e bûche en 16 euro-piges. Et Benteke n'est pas encore en Premier League. ... et vide. Lokeren transhume vers Laeken et vit son Drame du Heysel : une semaine après un Derby de feu, et malgré le subside communal pour payer les bus, le Roi Baudouin sonne creux contre Plzen. Les 4254 fans célèbrent les trois points, déjà ça de pris pour le coefficient (2-1). Depuis la Chine, Drogba avait bien raison de soutenir son pote Copa via textos. Et les chançards présents ont pu zieuter les poignées d'amour du visiteur Horvath : un profil pilier de bar passé jadis par les bras de Mme Koller, des rondeurs aussi mais pas placées pareil. Je te tiens, tu me tiens. Après avoir subi Bon Jovi à Wolverhampton, Mujangi Bia va pouvoir tester les tenues flashy d'Elton John : le médian rouche est prêté à Watford. Le Standard ne fait pas que recaser des types tout juste achetés, il prolonge aussi parfois à distance : Ngawa (St-Trond) resigne jusqu'en 2017. Certificat vert. Son compteur D1 restera calé à ses 99 pions : Vandenbergh (Malines) rejoint Westerlo en D2, où tout avait si bien débuté au siècle défunt. Kevin rebutera-t-il enfin à l'énergie solaire ? Amour au poil. Aux Salons de Romree à Grimbergen, le petit personnel repère des crins de renard argenté sur la moquette : Michel Verschueren célèbre ses noces d'or avec sa Marie-Louise, rencontrée lors d'un bal au même endroit... en 1952. Resté malin, Mister Michel a invité ses vieux potes politiques... des trois bords. Bravo Bravo. Comme Bruges jadis avec Portillo le grand pote à Raùl, comme Charleroi et son Martos intime d'Iniesta, le Beerschot nourrit la lignée des pipole et retente le filon Kagelmacher : le Kiel obtient l'accord verbal de Raul Bravo, ex-doublure de Roberto Carlos et voisin de casier de Zizou au sein du Real galactique. Y avait pas des soucis financiers au Bee ? Plans B. Preuve que John ne clone pas Ariel, Anderlecht sort le plan B pour le crochet à la succursale OHL. Mais la rotation fait tourner bourrique aux huit doublures : Iako fesse ses ex sur un but PES, Ibou signe son quintet, Jova cadre mieux les gourdes chypriotes, Odoi brille plus sur Twitter qu'à Den Dreef, les bois complètent, au final les Mauves échappent à la 2e sess (1-1). Au moins pour son énième retour, Vargas ne s'est pas re-craquelé. Bob et Dirk à la tonte. Des cancres de fond de classe, seul le Beerschot est en progrès : premier bouquet pour Koster-le-chevelu qui coiffe le Zèbre avec Losada pour rayer ses ex, le béton rapide labellisé Ferrera aurait peut-être tenu sans un ref fantaisiste (2-0). Les chauves passent à la coupe d'été : Peeters et Geeraerd sont tondus par le Lierse (0-3) et Courtrai (2-1), Cercle et Waasland gardent le bonnet d'âne. Un soir taché de rouge : les refs ont beurré cinq biscottes, Lepoint a honoré son retour, Kumedor ne méritait pas sa sortie. Patience et longueur de temps. Le poste 6 reste agité au Parc. Pazienza (Juventus), en cul-de-sac à Turin, est cité. Marecek négocie à Heerenveen où Van Basten pourra lui prévoir un atelier Volée croisée aveugle. Négoce, suite : Veselinovic espère le nec à Nimègue, Chavarria la relance à Lens. Dites neuf. Contre Malines, le Standard applique le temps partiel : le jeu avant la pause, les buts après, le duo Ezekiel-Buyens repasse le couvert du Mambourg, Gonzalez et Jans se marrent en découvrant le péno léger façon CCA (3-2). Bulot sauve sa crête : Vainqueur avait juré de le crêper en cas de but. Neuf points sur neuf : malgré les temps toujours troubles du mercato, le rouche est encore de saison. N'est pas européen qui veut. Pas le feu au lac : retour de Lucerne, Gorius et Vossen font le taf, en 120 secondes Genk douche les illusions de Zulte (2-0). Contre Lokeren pour le derby, Gand percute mieux à dix qu'à onze : Kola (exclu) fait son grand zéro, Thijs fête son retour, Brüls embrase, Lokeren bûche sur le cadre local (2-1). Le G5 remet de l'ordre en tête de meute. La patte à Mémé. Le tournante façon Leekens marche mieux que chez John-le-mauve : le Club-bis prend la tête au Tondreau, Vazquez régale pour Tchité (1er but en Gazelle) et l'inévitable Bacca (1-3). Le coup de gueule d'avant-match de Scifo n'a porté ni sur le ref, ni sur Sapina qui re-broute du rouge pareil qu'au Parc la fois d'avant. Remonté pour les retrouvailles, Van Gijseghem a mieux causé dans la gazette que sur le carré vert. Perbet n'est même plus sorti du banc : " On n'a plus le choix, on doit le vendre ", tranche Lommers. AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORTPAR ERIK LIBOIS