LUNDI

Pommes et poires. A défaut d'être concrets au marquoir ou en zone-défense, nos Diables percutent côté négoce : via son trio syndical Kompany-Simons-Vermaelen, les joueurs réclament que les tarifs de la campagne EURO (6.500 euros par victoire) soient... doublés vers le Brésil. Au final, on coupe la poire et on s'accorde sur des primes moyennes... et un gros bonus à la fin. Au fait, c'est qui la poire ?
...

Pommes et poires. A défaut d'être concrets au marquoir ou en zone-défense, nos Diables percutent côté négoce : via son trio syndical Kompany-Simons-Vermaelen, les joueurs réclament que les tarifs de la campagne EURO (6.500 euros par victoire) soient... doublés vers le Brésil. Au final, on coupe la poire et on s'accorde sur des primes moyennes... et un gros bonus à la fin. Au fait, c'est qui la poire ? Bain de jouvence. A la carbonnade, Sidibe préfère clairement la goulash : le griot de Westerlo referme son chapitre belge pour repartir à Debrecen, le club hongrois où il ferra jadis Madame. " Ces derniers mois, j'ai vécu le chaos " : les bains d'eau ferrugineuse locaux pourront noyer ses démêles financiers du Stayen et du Kiel. Vous êtes ici chez vous. Promu en D1, Waasland-Beveren recherche d'urgence des stewards : si l'un des multiples frères Pfaff est intéressé, il peut s'adresser au secrétariat. On ignore si la clause de cumul a été prévue pour Kristof Snelders : le pocket-player anversois rempile au Freethiel pour deux ans. Et le promu négocie avec... Colin Coosemans qui va pouvoir se refaire dans le creuset de Zean-Marie. Rien que ça. Cartier libre. Les amitiés cryptées, ça peut servir. Voisins de micro chez Voo, Albert Cartier et Dominique D'Onofrio signent l'andouillette à Metz, le DT liégeois enrôle le Vosgien comme coach avec mission de refaire palpiter Saint-Symphorien en Ligue 2. Sans job depuis ses balades Galerie Louise d'avril 2011, le roi du cardio retrouve son club de c£ur quitté dans la douleur en 2001. Campeao del Mundo. Le moulin du Breydel fait le plein de rumeurs : après Vossen, Van Damme et Carcela, le dernier bruit évoque la venue de... Carlos Marchena, membre de la Roja championne du monde ! Le Club aime les tapas de luxe : outre Vazquès grand pote à Messi, la gondole blauw en zwart avait accueilli jadis un certain Portillo, pichichi du Real B et grand pote à Raùl. Double choc pour Villareal, où crèche Marchena : sitôt la rumeur lancée, son nouveau coach meurt d'une attaque. Non, Carlos n'a jamais fait rire personne. Balkanismes. Malgré le bide Jelavic déjà buteur à l'EURO, malgré l'arrimage au sol de sa promesse Trajkovski, Zulte Waregem courtise encore le talent slave : il signe le Croate Lendric, meilleur buteur du championnat bosniaque. Mais en liquide un autre : six mois après son C4 l'ex-coach Kalezic touche 250.000 euros de dédit, sans ça le génie bosniaque voulait tout faire péter en justice. Qui a vu Francis ? Le blé penche à Bleid : l'effet Lalanne a fait long feu, les frontaliers mettent le matricule au panier. La potion du druide Charbonnier n'avait donc rien de magique. Décrue aussi en bord de Dendre : trois ans après sa bascule de D1, Dender se met en liquidation, perclus de dettes. Et si c'était les dames blanches de l'ex-coach Boskamp qui avaient coulé la trésorerie ? Bienvenue... Swâ sort son plus bel axel, Collin exhibe le grand écart de son meilleur cru : Wilmots, l'homme qu'on avait tant tergiversé à titulariser, est élu sachem des Diables jusqu'aux jeux de sable de Copacabana anno 2014. Et tout cela alors que le trône d'un barbu limbourgeois commençait à bien tanguer... " Willie a toujours été notre premier choix ", ose quand même Collin. Son président rieur commente pour ses ex-amis Advocaat et Leekens : " L'ère des mercenaires est terminée ". Pour la presse du Nord, ça reste à prouver : Wilmots est sommé de ranger au placard son maroquin de manager. Ah bon ? ... au Cirque Houba. D'emblée Wilmots apparaît tel qu'en lui-même : " Ensemble, on va vaincre ou mourir ". On n'en demande pas tant, Marc : juste aller au Brésil. Avec six petits mois de T1 à Saint-Trond et un trimestre à Schalke, être coach fédéral c'est possible... et pas que chez nous : voyez un poil plus au nord avec Van Basten et Rijkaard. Ceulemans se positionne déjà comme éventuel adjoint : après une saison pourrie à Westerlo, Caje veut tout de suite reprendre du moral. Avec un petit coup de pouce d'Herman Wijnants au comité, ça devrait faire l'affaire. Bien aspirer dans les coins. Les nuits d'Eupen promettent la chaleur : le groupe Aspire signe le rachat du club Panda, l'Académie qatarie y placera ses pépites venues de 15 pays et trois continents. Le patron venu officialiser le bidule a déjà abusé du péquet : " Eupen sera un tremplin vers Chelsea, Barcelone ou le Real ". Le coach n'est pas encore connu, mais il devra prendre son boulier compteur : la D2 impose au moins huit Belges sur la feuille. Libre, Max. Nostalgique du Nederlecht de Rensenbrink et autre Haan, le Parc Astrid repeint sa moquette en oranje : Van den Brom fait engager Max de Jong, son coach des gardiens croisé à La Haye. Une fameuse référence : à ADO, le garçon avait pour mission de préparer ses portiers aux frappes lourdes de Bulykin... à l'entraînement. Le téléphone pleure... Même un champion du monde des avocats n'émeut pas Duchâtelet : après dix ans de services à la cause rouche, Pierre alias Claude François est prié d'aller nourrir ses chevaux, le DG mosan est limogé en pleines vacances ! Dans le conflit larvé entre ses deux dirlos, le président a tranché pour De Sart, le dernier rescapé de l'ère D'Onofrio disparaît en fond de Meuse. Ça fera déjà un salaire de moins : le poste de François est... supprimé dans l'organigramme, ses dossiers seront gérés depuis les boîtes du président. Après l'embauche de Jans, pour sûr le Roland furieux a repris la main. ... chez Vondel ? Un observateur rouche glisse : " Le club tourne à la flamandisation ". Voilà qui devrait consoler Dirk Medved. Treize ans plus tard, l'ex-défenseur rouche perd son procès intenté pour licenciement abusif : l'actuel patron de la buvette de Genk avait traité le Standard de " club anti-Flamands ". Et tous ces Limbourgeois alors ? Un bâton pour Maréchal. Parmi les futures prochaines réformes du Club Bruges, la messe obligatoire du dimanche est annoncée : Bart Verhaeghe engage comme nouvel attaché de presse Pieter Maréchal, le président des jeunes du CD&V. Y aurait-il encore du Zean-Luc Dehaene là-dessous ? Charly Blue. Coup de tonnerre sur le Parc, Anderlecht perd son... magasinier : Charly Musonda ne poussera plus les malles de l'équipe A, il y entasse ses trois fistons et file à Chelsea, un deal négocié à hauteur de cinq millions pour le trio-pack Charly Jr-Tika-Lamisha. Charlie Brown sera donc aussi Charly Blue. Stamford Bridge porte à sept son contingent de Belgian Waffels et profite encore de la non-protection de nos jeunes avant 16 ans. De quoi calmer la colère des fans mauves : la vente des abonnements est ouverte, les tarifs sont gelés depuis trois ans. " C'est la crise pour tout le monde ", dit le service ticketing. Sauf pour Daddy Charlie. In & out. Ivan De Witte est soulagé, son boulot-sparadrap ne lui collera plus au doigt : Ronny Verhelst est élu à l'unanimité boss de la Ligue pro, Pierre François s'est fait limoger juste trop tard. Duchâtelet est content une deuxième fois : Chef Ronny est aussi pour une BeNeLiga. Steven Martens perd quelques tifs de plus : malgré Roland-Garros et les revers de David Goffin, son lifting de la Coupe version tableaux de tennis est reporté à perpète. Tout est fini. Vermeersch ressort son couplet annuel du mois de juin : " Cette fois j'arrête le Brussels, je vais m'occuper de mes petits-enfants ". Notez, en son temps Advocaat aussi voulait langer ses mioches avec juste une petite équipe noire-jaune-rouge du coin pour meubler ses semaines aux heures d'école. Un autre ex du Brussels range ses gants : Sierens, le portier comique chéri des internautes, raccroche à Ostende. A la Bourse, l'action Youtube chute en flèche. D'attaque. Grosse actu chez nos tireurs d'élite. Tchité a encore la bougeotte, Al Shabab et Al Ain se re-pressent au portillon mais le Belgo-bonnet préférerait Francfort, c'est moins loin pour... les Diables Rouges. Comme Claude Leroy a remplacé Robert Nouzaret, Mbokani rejoint le Congo... et Van Holsbeeck de préparer la caisse aux retards. Vossen a ses vacances au panier : le Genkois est touché par l'épidémie de grippe et manquera même la reprise des entraînements. En apnée. A Courtrai, on remplit les cases hexagonales : après le recrutement de Dupuis (Châteauroux) et Kamghain (PSG), jugés clones de Veselinovic et Joseph-Monrose (re)partis vers Anderlecht et Genk, le KVK prépare l'exode de Zukanovic en signant un troisième Français, Romain Reynaud (Châteauroux). Et même un quatrième, le médian Blandel Koussaloka (Monaco) - expirez, puis inspirez calmement. A la blanquette, ajoutez une pincée de Serbie : le sixième renfort, l'arrière Mitrovic, vient de... Metalac Gornji Milanovac. Ré-inspirez prudemment. Buzzez ici. Un Buffalo, ça chante énormément. Benito Raman, la pépite gantoise citée dans les plus grandes écuries d'Europe, a plus d'humour que de voix : le garçon s'essaie au casting flamand de The Voice 2012. Sa version de Mets du soleil dans ton c£ur n'est cotée 2,95 sur 10 mais rallie tout de même 2.225 fans. Passé 2.000, la qualif est possible au 2e tour : Benito a beaucoup d'amis. Ukraine de champion. Consultant télé, c'est encore autre chose que coach fédéral : en vol d'approche de Kiev, l'avion de Wilmots et Degryse manque de peu de s'écraser. Météo oblige, la 7e Compagnie se retrouve à... Dniepr. Où un matelas infesté attend le nouveau T1. Finalement Tubize, même sans hôtel, c'est pas si mal. Caramba. Bolat va devoir rouvrir son bail en Cité Ardente : le traitement au repos n'a pas marché, le Tarasz Bulba rouche doit faire opérer son genou. Adieu transfert, adieu pépettes ? La Meuse re-charrie le nom d'Urko Pardo. Pomm(ett)e d'amour. Mons continue de croire au bon sang flahute : M'Buyu active ses réseaux, l'Albert négocie avec Peter Delorge, refroidi par la bascule de Saint-Trond. Et le toubib montois d'être rassuré : grâce à notre Wasyl, Delorge a une pommette toute neuve. Alin, pour qu'il revienne. Depuis la Roumanie, Stoica (32 ans) commente le renouveau belge avec sa modestie légendaire : " Si Lukaku ou De Bruyne signent à Chelsea, moi je valais bien le Real, Barcelone ou Manchester. " Rayon avenir, le ton reste à l'ambition : " Je me vois bien entraîneur d'Anderlecht un jour. " Pour info, Frutos est déjà dans la file d'attente. Mais avec Coach Alin c'est sûr, le ballon devra courir et pas le joueur. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT" Même pour 100 milliards, je resterai chez les Diables. "Marc Wilmots. " Pour l'argent, Duchâtelet vend l'âme du club. "Un insider du Standard " J'ai perdu toutes mes illusions. "Herman Van Holsbeeck