LUNDI

Full job. Au Parc, l' Employé du mois se nomme Wasyl. Grâce à son Polak, le service presse tourne à plein régime. Steegen communique : cette fois, son Marcin n'a pas joué du coude lors des éructations éthyliques de son pote colonais Peszko. A Neerpede, Coach Ariel philosophe : " Si la personne avec qui je mange en poignarde une autre après, qu'y puis-je ?" Droit de réponse à Benteke et ses copains car-jackeurs. Kaminski se rebelle à son tour : le salarié mauve d'OHL ne veut pas rentrer cet été, il veut être re-prêté pour jouer. Schollen prévoit une gardienne pour ses iguanes.
...

Full job. Au Parc, l' Employé du mois se nomme Wasyl. Grâce à son Polak, le service presse tourne à plein régime. Steegen communique : cette fois, son Marcin n'a pas joué du coude lors des éructations éthyliques de son pote colonais Peszko. A Neerpede, Coach Ariel philosophe : " Si la personne avec qui je mange en poignarde une autre après, qu'y puis-je ?" Droit de réponse à Benteke et ses copains car-jackeurs. Kaminski se rebelle à son tour : le salarié mauve d'OHL ne veut pas rentrer cet été, il veut être re-prêté pour jouer. Schollen prévoit une gardienne pour ses iguanes. Boxing Day. Tout fait farine pour rejoindre Stamford Bridge : cacheté par Refaelov, Bailly reprend l'entraînement coiffé du casque... de Cech. Boskamp flingue le prochain bizutage de De Bruyne au vestiaire blue : " Si Kevin joue à ce niveau, Frank Lampard peut demander son transfert ". Keep cool Frankie : ce n'est que Bossie, pape d'Ingelmunster. Les contacts, y a que ça. Reza aurait un deal de quatre ans à Sclessin, reste plus qu'à coincer les penseurs du Stayen : avec un bras armé nommé Duchâtelet, le suspense est minime. Bolat est cité à l'AC Milan : malgré Onyewu et le toubib Meersseman, coupé vu les... 14 blessures de Pato, les Rossoneri kiffent encore le produit Jupiler. Luciano y serait-il pour quelque chose ? Celui qui l'a fait bosser dans son magasin se recase : 34 ans après, Henri Depireux redevient coach à Tilleur. Ça change des donzelles du Femina. Ceci n'est pas un boycott. Biglia repeint René Magritte : l'aphonie mauve n'était pas un black-out, juste une pause-média au nom du respect universel, amour pour tous, amen. Pour une fois, la troupe mauve ferait bien d'écouter son Jacobs : " Je ne lis jamais la presse, je suis donc très heureux ". Mais Ariel Dupneu garde le réflexe pompiste : il veut plus de pression dans les gommes mauves, son groupe lui semble trop cool à l'aise. Pour des vacances confort, poussez à 2,4 bars. Ouvrez les portes. A Genk, le président-DJ Houben est bien l'anti-Jacobs, surtout le... moins de tension possible : " Been restera coach... même si on prend des 6-0 jusqu'en fin de play-offs ". Reste plus qu'à rappeler Sarr, Masuero et tous les joyeux noceurs de Chelsea et Valence. Quoique : " Je préfère payer cher une grosse pointure que des centimes pour des boiteux ". Taravel (Lokeren) et Berrier (Zulte) sont annoncés en bord de mine : dans quelle catégorie, président ? Véhicules utilitaires. " Dans la dèche, il faut parfois investir pour le futur " : parole mémorable de notre De Keersmaecker au temps d'Advocaat. Saint-Trond adhère à fond : la cheftaine du Stayen double la prime de maintien pour ses Canaris. Et jure à Vander Elst que même en cas de descente, il restera coach -Franky, sors déjà l'apéro. Boffin devient coach des U21, au parking faudra prévoir un emplacement Mobylette. Et Wilmots est démarché pour... les U16. Entre Laeken et son tracteur de Dongelberg, Willy réfléchit : il débusque déjà les bettes chez les jeunes de Tirlemont. À poil. A Bruges, on lit désormais Playboy pour les articles. Dans l'édition allemande, Daum se rêve réincarné en neurochirurgien, en casque bleu afghan ou... en femme. Mais femme à moustache : " Je ne la raserais pour rien au monde, je me sentirais tout nu ", glisse-t-il façon Jean Rochefort - justement, Playboy veut du nu. Retour viril : le coach a prévu un team-building... chute libre en parachute mais la direction reporte la date en fin de saison. Encore heureux que Verhaeghe ne vise pas le titre : les joueurs auraient peur de monter là-haut en cas de plantage. Full pression. " C'est le moment idéal de les prendre " : El Ghanassy aurait mieux fait de la boucler et zieuter sa coupe Balotelli. Jacobs tranche dans le lard mauve, Jova s'en va compter les nervures du banc en sapin gantois, Kanu émerge de huit mois de diète futchebol et de full cocktails. La force noire mauve Mbokanu-Patou-Kanu danse au bandonéon de Mati-le-chaussé-doré : Jacobs voulait plus de pression dans la chambre à air, le coup de pompe était pour les Buffalos (1-4). Gand perd son axe Melli-Arzo, Louwagie relit Sartre : " Si Dieu existe, il nous punit ". A Genk-Courtrai, KevinLampard fait son box-to-box et démontre la Toute-Puissance du Dieu ballant : Vossen enfile, Martin marque toujours à l'envers, les éperons du KVK ne piquent plus (2-0). Tic-tac-toe. La grande Maison de l'éthique a donc osé : Anderlecht va en appel pour Wasilewski, 15 briques de Champions League valent bien quelques dérives. Le comité des sages a tout calculé : avec un dossier bien épais pour freiner le comité sportif, la suspension sortira en mai... en pariant que les matches ne seront plus que de bois. Pour sûr, jamais Wasyl ne se serait cru si crucial dans le jeu mauve... Encore ceci : " Le Sporting s'abstient de tout commentaire ". Ça y est, ça les reprend. Giorgio Mojito. Leekens prend 26 mois d'avance sur ses Diables burgerivores et tourne au Brésil. Big Georges a fait croire à son trésorier qu'il allait repérer les piaules sur place, le budget est passé tranquille. Long Couteau en a pour six jours à l'£il et 15 sites à lorgner. Pour info, la Série A locale ne reprend que fin mai mais ce jeudi soir, il y a un alléchant Gremio-Ipantiga en Coupe. Inter-générations. Au moins côté salons feutrés, Anderlecht fréquente le top européen : Verschueren fait blinquer ses médailles, Copain Michel est promu vice-président de l'ECA, un bidule qui défend les clubs face à la FIFA et l'UEFA. Après avoir manqué Kevin, le Sporting se console avec Alexander : un certain... Debruyn (17 ans), issu de Neerpede et déjà suivi par les scouts ritals, signe pro. Délit de malice. " J'en ai marre, merde !", claque Van Damme. Plus classe, Riga traduit : " On n'est pas assez malins ". De fait, Sclessin repasse contre Bruges le disque rouillé du Clasico : la domination reste mutique face au cadre même si Tchité ouvre le compteur rouche en PO1. Restons chez les mémés : revenu de justesse du cimetière d'Amsterdam, Donk passe sur le tard sauver ses collègues moribonds (1-1). Le Parc remercie Sclessin, Fraulein Daum en boufferait son jupon. Placebo blues. Après Wasyl, Anderlecht peut prévoir le ticket-combi pour Laeken : le Procureur a sorti ses DVD et charge Mbokani pour une semelle au derme à Pocognoli, la théorie du grand complot n'est plus très loin. Faute de Preud'homme, Van Holsbeeck rapatrie du Saoudien : le défenseur central Hawsawi (Al Hilal, 54 caps A) signe deux ans. Au fait, des nouvelles d'Al-Oweiran ? Juan Mendoza, l'homme qui faisait boiter le héron Frutos plus loin que les autres, est back d'Argentine pour le genou de Suarez. Sur demande, Jova peut prêter du placenta de chez sa copine Mariana de Belgrade. Histoire d'ex. Koster est bien l'amant planqué dans le placard à Jacky : Kiel après Breydel, le chevelu batave pique encore l'ex à Mathijssen et signe au Beerschot. En attendant de recevoir des tickets de match de son copain Adrie, Jacky espère toujours... 144.040 euros : c'est le solde du dédit non-payé par Abbas Bayat. Et plus si affinités. Scoop d'enfer pour les vidéastes collectionneurs de fous rires, cauchemar naissant pour Louwagie : Hapoel Tel-Aviv ignore l'option sur Suler, la chèvre slovène rapplique sur Gentbrugge. Sonck perce toutes les défenses : le sniper lierrois suit l'entraînement... à huis clos de Sollied. Officiellement pour son cursus d'entraîneur. Officieusement aussi ? Vas-y Franky, c'est bon. C'est dans la cave qu'ils brillent le plus : Reynaldo fournit assists et buts, cet ingrat de Sidibe plume ces Canaris qui lui avaient jadis offert le nid et le couvert (4-0). Westerlo peut préparer la loterie du tour final, sans un six sur six Saint-Trond va retrouver Alost et Visé. Pour qui sonne le glas. En 1983, le PSG de Luis Fernandez, en route vers Waterschei, avait confondu Gand et Genk sur la carte routière : Jacobs se blouse pareil, il ressort face à Genk sa compo... gantoise. Vossen joue les nettoyeurs, Vanden Borre fait voleter son aile de pigeon, ce maudit soir l'iceberg était limbourgeois pour le Titanic mauve. Jova creuse sa fosse face aux sceptiques : dans la plus pure tradition mauve, le Bisou sorti du banc reste bancal des onze mètres (1-3). " Milan n'était pas désigné !", tonne Coach Ariel, la guerre est déclarée... Sous la moustache, Daum dévoile ses bridges. Bon : qui le veut, ce titre ? Et avec ceci... Vous reprendrez bien une tranche de PO2 ? Mons ahane contre Lokeren qui prend sa 11e rouge et finit à neuf, l'arbitre Ottevaere s'est offert sa grande Nuit du carton (1-1). Malines et Zulte raflent un premier succès : le jeune local Van Tricht a sorti la sienne contre OHL (2-1), Berrier a fait tourner ses copains et le Beerschot itou, une rentrée tranquille pour Ref Loeman qui n'a même pas dû trafiquer son rapport (2-0). On est les champions. Seul dans sa Tour Louise, Abbas doit savourer sec : Eupen et Ostende calent, Charleroi est champion de D2 sans jouer. Au fait, est-ce vraiment permis par le règlement ? Un étage plus bas, Mouscron-Peruwelz ramène de Virton son sésame pour la D2, allumez les feux de la Saint-Jean. Entre deux dunes de sable fin, MPH est champion saoudien avec Al Shabab et annonce : " Je peux resigner pour quatre ans... mais je reste ouvert à toute proposition ". RVDS, prépare ton pipeline. Loi des séries. Charleroi champion, le reste suit. Hendrickx annonce la licence prochaine, les peanuts ad hoc ont été payés. Bayat aurait même trouvé son repreneur : le holding Bakrie, déjà actif à Visé. En dégustation prochaine aux business-seats : nems de Zèbre au lait de coco. Van Wijk ne digère pas : " Je ne suis pas le Sporting en D1, les nouveaux patrons vont placer leurs hommes ". Retour à Mons alors ? C'est pour rire, Enzo. Osso Bacca. Rien de tel qu'un bon vieux score Daum : Bacca passe à Gand sa première moelle, le Club ferme derrière, Gumienny fait le reste en oubliant un péno pro-buffalo (1-0). La Gazelle talonne le Ketje mauve d'un petit point, Hoefkens provoque déjà Bruxelles : " Il paraît qu'Anderlecht va en appel de notre victoire ?" Rien ne va plus à Gand : pour sa 31e compo différente, Sollied prend son troisième revers de suite, Thijs a refusé le brassard. Almebäck n'a pas joué, il avait les... testicules enflammés : " Pas besoin de ça pour jouer au foot ", aurait précisé le coach. Ce Daum quand même, la première femme si bien burnée. Et de trois nuls. Face aux paralytiques courtraisiens et son noyau de... 16 joueurs valides, le Standard ne peut que boiter bas : les Rouches pataugent encore en finition, Bolat a les gants pleins de purée, toujours pas de succès en PO1 pour la Maison Sclessin (1-1). Néo-titulaire Ezéquiel n'a pas dépassé la marge de la feuille de match, l'Europe des Rouches commence à filer mou. PAR ERIK LIBOIS - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT" Romelu Lukaku doit revenir à Anderlecht. "Paul Van Himst " Je ne lis les journaux qu'après les matches, pour voir ma cote. "Yassine El Ghanassy " La tactique est une carte routière. Après, il faut conduire. "Christoph Daum