LUNDI

Pile poil. A Sclessin et Gladbach, on partage les phases à chaud et les rastas cariocas : Felipe est en visite au Borussia qui cherche un joker-sosie pour Dante, un autre ex-Rouche pisté... par Man Utd ! Un conseil à de Camargo : laisse repousser tes crolles. A Anderlecht, Gillet a laissé ses mèches chez le barbier : " Au vestiaire, on m'a même pris pour un nouveau joueur ". Depuis Boussoufa, on sait au Parc que les mercatos ne referment jamais.

Sous le soleil. Certaines vacances débutent au printemps. Hubert (Genk) passe ses abdos au bistouri et Soumahoro (Gand) se fait tailler les adducteurs : saison terminée pour les deux. Celle de Blondel reprend : cinq mois après sa cheville broyée de Birmingham, Jo-le-sécateur reprend en Réserve face au Beerschot. Qui a fini sans blessé.

Inter/exter. A Malines, le contrat du Roumain Alibec passe à la broyeuse : après avoir cartonné la bagnole d'un collègue et revendu son... costume officiel à un pote, la bourre du zigue avec Cordaro était la ruade de trop. Denis aurait dû le savoir, qu'il créchait dans des ex-Casernes.

Cherche Iseult. Herk est douzième en Promotion C, la pression devrait y être supportable : le grand inquiet du ballon belge Tristan Peersman reprend le turbin. L'ex-protégé d'Anthuenis (4 caps A !) jure avoir gardé la condition... même si : " S'envoyer tout seul des ballons pour un gardien, c'est dur. " Après le gardien stressé, voici le portier-jokari.

MARDI

Always walk alone. Au Kiel, Patrick Vanoppen avait déjà fait l'Ours en peluche et joué Obama avec son propre State of Union, le voici adepte de Gumienny : le boss du Beerschot dégaine cartes jaunes et rouges pour " la presse perverse et déstabilisatrice " ( sic). Les médias sont bannis pour avoir débusqué les mamours secrets avec Koster... et Mathijssen de brosser sa propre séance. Vanoppen donne le change en annonçant un partenariat avec Liverpool. A Genk aussi, ils y ont cru l'an passé : seul Carcela s'en souvient, forcément c'était Mavinga.

Chouette, une amende. Le tiercé gagnant des flemmards mauves Mbokani-Kouyaté-Kanu rapporte gros : le contenu de la caisse aux amendes file aux enfants de l'Hôpital Fabiola pour acheter un laser chimio-thérapeutique. Proto détaille sa contribution : " Un test urinaire a révélé que je m'hydratais mal, ça m'a coûté... 100 euros ". La Madame Pipi mauve fait péter ses barèmes.

Tarif habituel. Le Lierse reste un village global : le flanc gauche égyptien Farag (5 caps A) débarque, Vandooren est sommé de faire le gonzague ailleurs. Mardi de routine, le club crochète par le comité sportif : le Parquet requiert 2.500 euros pour la neige et le porte-pintes balancés du public. Dans trois mois, après moult appels et évocations, tout ça aura sûrement fondu.

Ascenseur du haut. Malgré les ingrats, Van Buyten aide encore son foot belge : le Bayern dézingue Bâle de la C1 (7-0), l'élimination suisse assure à notre champion 2013 un pass direct pour le Bal des Champions. Pour... 2012, rien n'est encore sûr : le prochain lauréat du trophée devra faire un bon classement national pour libérer une place. Quoi, Nicosie décollerait les grandes oreilles ?

MERCREDI

Ce n'est que du foot. Drame de Sierre, la Belgique se réveille groggy : la Ligue pro décrète minute de silence et brassard noir, Alost-Lommel (D2) du dimanche suivant est reporté. Harm van Veldhoven avait sa nièce dans le car, la fillette en réchappe miraculeusement, même sort pour la fille du speaker du stade d'OHL. Les joueurs louvanistes visitent l'école meurtrie d'Heverlee, Wim Mennes (Saint-Trond) se souvient avoir potassé sur les bancs de Lommel, sous la conduite de Meester Raymond, l'une des victimes du tunnel de la mort.

Racisme intégral. Même en ses States d'adoption, Abbas Bayat semble déranger : World Soccer le classe 4e boss le plus zarbi d'Europe, entre les collègues de Sion et Anzhi. Au Pays Noir, des entrepreneurs locaux veulent cogérer : " Bayat pourra rester président... mais nous pensons qu'il a déjà un acheteur ". L'intéressé ne nie qu'à demi-mots : " Dans un an, maximum deux, je suis parti ". En coulisses enfle le rumeur d'un ticket D'Onofrio-Tapie... Après les clowns, Tonton Abbas tâte des clones : son ami Tibor Balog rebondit à Woluwé-Zaventem (D3). Après vérification ce n'est qu'un homonyme magyar. Ouf.

Vieilles canailles. Les vieilles rancunes ne meurent jamais : furieux de s'être fait chiper son Alouad, Vermeersch envoie le néo-transfuge mauve direction noyau B et déchire le partenariat signé avec son vieil ami-ennemi Herman. Remuez les braises, le feu reprend illico.

JEUDI

Reviens Nabil. A Bruges, Vleminckx pleure à chaudes larmes : s'il a perdu sa place c'est la faute à Dirar qui lui servait tous ses pions. Vazquez doit aussi faire les bouche-trous : il mène un clinic pour des élèves ébénistes d'Evere, lauréats d'un concours de celui... qui arrivait à l'heure à l'école. Du Nabil tour craché. Lequel parade sur son Rocher.

Signez ici. Van Holsbeeck passe une soirée ottomane à zieuter le Tchèque Sivok (Besiktas), appelé à relayer Juhasz. Sa dame pourra causer fonds de teint avec Miss Kljestan, elle joue les WAGS pour la jet-set pragoise. Odoi écorche le râble de Coach Ariel, façon Chatelle ou De Sutter : " J'ai prouvé que j'avais le niveau mais je ne me fais plus d'illusions ". Les deux Congolais sont plus vernis : Mbenza et Kabangu n'ont plus qu'à signer, leur contrat de quatre ans est prêt. Un paraphe, et c'est fiesta totale à Matongé. Dieu fournit les Ferrari.

Flop 200. " On va se battre à la Wilmots, façon Kampfschwein ", avait dit Capi Van Damme. A Hanovre, le Standard sort plutôt les baudets (4-0) : Kanu joue les flippers, Poco zappe les basics du throw-in sans hors-jeu, Vainqueur s'englue où il s'était révélé, Gakpé frotte à retardement, Ciman se réinvente " bouc émissaire ". A l'arrivée, Riga propose la révision des lois du jeu : " J'aurais aimé faire plus de trois changements ". Les Rouches célébraient leur 200e match européen : sympa, le jubilé.

VENDREDI

Testez le cocktail. 1 Marocain + 1 Sud-Coréen = 1 Argentin. Le Metro britannique annonce un plan échangiste entre Wenger et ses copains de Bruxelles : Suarez rejoindrait Arsenal contre le duo Chamakh-Park . Au final, l'info trempait bien dans le flan. Pour la rotule du Soulier d'Or, ce serait plutôt du formol : " S'il force, ce sera l'opération ", résume Jacobs. Au fait Dr Ariel, des news de la blessure de Deschacht ? " Oli le tweetera lui-même en temps utile ". Ah ces mythiques points-presse du vendredi, ils nous manqueront bientôt.

Mas que un brol. OHL tape haut : le club student veut fédérer tous les clubs louvanistes (foot, basket, volley, hockey, athlétisme) sous un blason unique avec gestions médicale, administrative et financière communes. " Notre modèle, c'est un grand club omnisports comme... Barcelone ou le Real ", résume le président d'OHL. Très mauvais signe pour débuter : le club prolonge son bélier Bjorn Ruytinx, le roi du pain-saucisse ballant. Même qu'en futsal, il jouait gardien-réserve... de Stijnen. Vous parlez d'un styliste.

Sergent-chef. Le voisinage de Bob Peeters a percuté : Sergeant (Cercle) signe coach des Espoirs de Gand, un job prometteur si l'on suit le parcours-éclair de Cousin Bob. En plus, ça fait plaisir à Madame : le beau-père à Tony crèche au scouting buffalo.

SAMEDI

Respect, Président. Depuis ses tapotages-clavier, la mouise ne quitte plus Stijnen : après trois mois pour sa main, le cyber-gardien se retourne le genou et retrouve sa chaise longue. Le président d'Hasselt aura le temps de relire les comptes annuels. Son exemple percute : Stéphane Demol décroche le trône de Beersel-Drogenbos (P2), le site de sa première buvette.

Age pas tendre. Rien ne va plus à Bleid : pendant que les joueurs, boules quiès en poche, filent à Nancy pour le crochet du futur boss, l'Union belge poste un avis de radiation pour manque de dirigeants déclarés. Et depuis son iPhone Matt Pokora slame des quatre fers : " Ma venue à Bleid ? Bullshit !" Francis, débite-nous cette tête de bois.

L'estocade du Zèbre. L'équidé carolo bondit vers la D1, le Panda eupenois n'y a vu que du feu (3-0). Gumienny aussi : Gnohéré passe la manita du Bison, sur ce coup-là, Bayat a préféré sans vidéo, une raison de plus de se re-chamailler avec copain Blatter. En tribune, Luciano aurait apprécié : bientôt le passage d'un vestiaire vers l'autre ?

DIMANCHE

C£ur en vrille. Ces derniers temps sont durs côté chamade : après Elejiko (ex-Westerlo) en décembre et Muamba (Bolton) la veille, un joueur d'Arquet (P1 Namur) s'écroule à l'échauffement victime d'une arrêt cardiaque. Le Brussels dote son école de jeunes d'un défibrillateur cardiaque. Enfin du concret.

Le grenier... Daum console Jacobs : "Anderlecht sera quand même champion ". Pas sûr : six points d'avance repassés à la calculette des PO, une défaite d'emblée et Coach Ariel va revivre son cauchemar de l'an passé. Au Stayen, le Sporting rejoue son frigide face aux sans-grades, de quoi râper le retour à Molins (2-2). Wasyl fait son bigleux : tête ou coude, cuir ou tronche à Delorge, tout ça c'est kif. En visite sur ses propres brins d'herbe, le Club Bruges plante son fanion dans le cercle du Cercle, Akpala casse l'ambiance, dommage pour la perle de Van Eeno (1-2). L'Amicale des Jaunis Béats due au trio Stijnen-Van Damme-Juhasz accueille deux nouveaux membres : bienvenue au duo Hoefkens- Vazquez.

... le salon... Au Bar Jupiler, tout reste plus facile : contre OHL le Standard reprend la formule d'Hanovre, quatre buts des flancs pour stopper huit matches d'insuccès, et à nous les PO1 (4-0). Cyriac et Tchité repartent craquelés, Jelle Tatoo a repris le job au tableau-marquoir. Battu à Gand (3-1), Courtrai peut célébrer Saint-Joseph... et Saint-Bart : sans les gospels d'Akpala et de Goor, les PO1 s'évaporaient. Car Genk a encore foiré, le champion s'écrase à Westerlo (3-2). Been se décompose, les fans réclament le scalp roux et les jantes du bus. L'année d'après-titre est toujours pourrax. Pas vrai, Standard ?

... et la cave. Troc de lanterne dans le bas : malgré son point mauve, Saint-Trond se fait tailler depuis le Kuipje par les ex du Parc Reynaldo et Goor, Westerlo passe aux Canaris la moche place du fond. Saluons aussi les gestes justes : la 21e chipolata de Perbet que personne ne lui piquera cette fois, et la tendance rétro confirmée de Veselinovic.

PAR Erik Libois - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT

" Le Stayen est un très mauvais investissement. " Roland Duchâtelet

" Le Standard aurait mieux fait de rester chez lui. " Gunther Schepens

" Wasilewski, c'est Mike Tyson. " Jan-Pieter Martens

Pile poil. A Sclessin et Gladbach, on partage les phases à chaud et les rastas cariocas : Felipe est en visite au Borussia qui cherche un joker-sosie pour Dante, un autre ex-Rouche pisté... par Man Utd ! Un conseil à de Camargo : laisse repousser tes crolles. A Anderlecht, Gillet a laissé ses mèches chez le barbier : " Au vestiaire, on m'a même pris pour un nouveau joueur ". Depuis Boussoufa, on sait au Parc que les mercatos ne referment jamais. Sous le soleil. Certaines vacances débutent au printemps. Hubert (Genk) passe ses abdos au bistouri et Soumahoro (Gand) se fait tailler les adducteurs : saison terminée pour les deux. Celle de Blondel reprend : cinq mois après sa cheville broyée de Birmingham, Jo-le-sécateur reprend en Réserve face au Beerschot. Qui a fini sans blessé. Inter/exter. A Malines, le contrat du Roumain Alibec passe à la broyeuse : après avoir cartonné la bagnole d'un collègue et revendu son... costume officiel à un pote, la bourre du zigue avec Cordaro était la ruade de trop. Denis aurait dû le savoir, qu'il créchait dans des ex-Casernes. Cherche Iseult. Herk est douzième en Promotion C, la pression devrait y être supportable : le grand inquiet du ballon belge Tristan Peersman reprend le turbin. L'ex-protégé d'Anthuenis (4 caps A !) jure avoir gardé la condition... même si : " S'envoyer tout seul des ballons pour un gardien, c'est dur. " Après le gardien stressé, voici le portier-jokari. Always walk alone. Au Kiel, Patrick Vanoppen avait déjà fait l'Ours en peluche et joué Obama avec son propre State of Union, le voici adepte de Gumienny : le boss du Beerschot dégaine cartes jaunes et rouges pour " la presse perverse et déstabilisatrice " ( sic). Les médias sont bannis pour avoir débusqué les mamours secrets avec Koster... et Mathijssen de brosser sa propre séance. Vanoppen donne le change en annonçant un partenariat avec Liverpool. A Genk aussi, ils y ont cru l'an passé : seul Carcela s'en souvient, forcément c'était Mavinga. Chouette, une amende. Le tiercé gagnant des flemmards mauves Mbokani-Kouyaté-Kanu rapporte gros : le contenu de la caisse aux amendes file aux enfants de l'Hôpital Fabiola pour acheter un laser chimio-thérapeutique. Proto détaille sa contribution : " Un test urinaire a révélé que je m'hydratais mal, ça m'a coûté... 100 euros ". La Madame Pipi mauve fait péter ses barèmes. Tarif habituel. Le Lierse reste un village global : le flanc gauche égyptien Farag (5 caps A) débarque, Vandooren est sommé de faire le gonzague ailleurs. Mardi de routine, le club crochète par le comité sportif : le Parquet requiert 2.500 euros pour la neige et le porte-pintes balancés du public. Dans trois mois, après moult appels et évocations, tout ça aura sûrement fondu. Ascenseur du haut. Malgré les ingrats, Van Buyten aide encore son foot belge : le Bayern dézingue Bâle de la C1 (7-0), l'élimination suisse assure à notre champion 2013 un pass direct pour le Bal des Champions. Pour... 2012, rien n'est encore sûr : le prochain lauréat du trophée devra faire un bon classement national pour libérer une place. Quoi, Nicosie décollerait les grandes oreilles ? Ce n'est que du foot. Drame de Sierre, la Belgique se réveille groggy : la Ligue pro décrète minute de silence et brassard noir, Alost-Lommel (D2) du dimanche suivant est reporté. Harm van Veldhoven avait sa nièce dans le car, la fillette en réchappe miraculeusement, même sort pour la fille du speaker du stade d'OHL. Les joueurs louvanistes visitent l'école meurtrie d'Heverlee, Wim Mennes (Saint-Trond) se souvient avoir potassé sur les bancs de Lommel, sous la conduite de Meester Raymond, l'une des victimes du tunnel de la mort. Racisme intégral. Même en ses States d'adoption, Abbas Bayat semble déranger : World Soccer le classe 4e boss le plus zarbi d'Europe, entre les collègues de Sion et Anzhi. Au Pays Noir, des entrepreneurs locaux veulent cogérer : " Bayat pourra rester président... mais nous pensons qu'il a déjà un acheteur ". L'intéressé ne nie qu'à demi-mots : " Dans un an, maximum deux, je suis parti ". En coulisses enfle le rumeur d'un ticket D'Onofrio-Tapie... Après les clowns, Tonton Abbas tâte des clones : son ami Tibor Balog rebondit à Woluwé-Zaventem (D3). Après vérification ce n'est qu'un homonyme magyar. Ouf. Vieilles canailles. Les vieilles rancunes ne meurent jamais : furieux de s'être fait chiper son Alouad, Vermeersch envoie le néo-transfuge mauve direction noyau B et déchire le partenariat signé avec son vieil ami-ennemi Herman. Remuez les braises, le feu reprend illico. Reviens Nabil. A Bruges, Vleminckx pleure à chaudes larmes : s'il a perdu sa place c'est la faute à Dirar qui lui servait tous ses pions. Vazquez doit aussi faire les bouche-trous : il mène un clinic pour des élèves ébénistes d'Evere, lauréats d'un concours de celui... qui arrivait à l'heure à l'école. Du Nabil tour craché. Lequel parade sur son Rocher. Signez ici. Van Holsbeeck passe une soirée ottomane à zieuter le Tchèque Sivok (Besiktas), appelé à relayer Juhasz. Sa dame pourra causer fonds de teint avec Miss Kljestan, elle joue les WAGS pour la jet-set pragoise. Odoi écorche le râble de Coach Ariel, façon Chatelle ou De Sutter : " J'ai prouvé que j'avais le niveau mais je ne me fais plus d'illusions ". Les deux Congolais sont plus vernis : Mbenza et Kabangu n'ont plus qu'à signer, leur contrat de quatre ans est prêt. Un paraphe, et c'est fiesta totale à Matongé. Dieu fournit les Ferrari. Flop 200. " On va se battre à la Wilmots, façon Kampfschwein ", avait dit Capi Van Damme. A Hanovre, le Standard sort plutôt les baudets (4-0) : Kanu joue les flippers, Poco zappe les basics du throw-in sans hors-jeu, Vainqueur s'englue où il s'était révélé, Gakpé frotte à retardement, Ciman se réinvente " bouc émissaire ". A l'arrivée, Riga propose la révision des lois du jeu : " J'aurais aimé faire plus de trois changements ". Les Rouches célébraient leur 200e match européen : sympa, le jubilé. Testez le cocktail. 1 Marocain + 1 Sud-Coréen = 1 Argentin. Le Metro britannique annonce un plan échangiste entre Wenger et ses copains de Bruxelles : Suarez rejoindrait Arsenal contre le duo Chamakh-Park . Au final, l'info trempait bien dans le flan. Pour la rotule du Soulier d'Or, ce serait plutôt du formol : " S'il force, ce sera l'opération ", résume Jacobs. Au fait Dr Ariel, des news de la blessure de Deschacht ? " Oli le tweetera lui-même en temps utile ". Ah ces mythiques points-presse du vendredi, ils nous manqueront bientôt. Mas que un brol. OHL tape haut : le club student veut fédérer tous les clubs louvanistes (foot, basket, volley, hockey, athlétisme) sous un blason unique avec gestions médicale, administrative et financière communes. " Notre modèle, c'est un grand club omnisports comme... Barcelone ou le Real ", résume le président d'OHL. Très mauvais signe pour débuter : le club prolonge son bélier Bjorn Ruytinx, le roi du pain-saucisse ballant. Même qu'en futsal, il jouait gardien-réserve... de Stijnen. Vous parlez d'un styliste. Sergent-chef. Le voisinage de Bob Peeters a percuté : Sergeant (Cercle) signe coach des Espoirs de Gand, un job prometteur si l'on suit le parcours-éclair de Cousin Bob. En plus, ça fait plaisir à Madame : le beau-père à Tony crèche au scouting buffalo. Respect, Président. Depuis ses tapotages-clavier, la mouise ne quitte plus Stijnen : après trois mois pour sa main, le cyber-gardien se retourne le genou et retrouve sa chaise longue. Le président d'Hasselt aura le temps de relire les comptes annuels. Son exemple percute : Stéphane Demol décroche le trône de Beersel-Drogenbos (P2), le site de sa première buvette. Age pas tendre. Rien ne va plus à Bleid : pendant que les joueurs, boules quiès en poche, filent à Nancy pour le crochet du futur boss, l'Union belge poste un avis de radiation pour manque de dirigeants déclarés. Et depuis son iPhone Matt Pokora slame des quatre fers : " Ma venue à Bleid ? Bullshit !" Francis, débite-nous cette tête de bois. L'estocade du Zèbre. L'équidé carolo bondit vers la D1, le Panda eupenois n'y a vu que du feu (3-0). Gumienny aussi : Gnohéré passe la manita du Bison, sur ce coup-là, Bayat a préféré sans vidéo, une raison de plus de se re-chamailler avec copain Blatter. En tribune, Luciano aurait apprécié : bientôt le passage d'un vestiaire vers l'autre ? C£ur en vrille. Ces derniers temps sont durs côté chamade : après Elejiko (ex-Westerlo) en décembre et Muamba (Bolton) la veille, un joueur d'Arquet (P1 Namur) s'écroule à l'échauffement victime d'une arrêt cardiaque. Le Brussels dote son école de jeunes d'un défibrillateur cardiaque. Enfin du concret. Le grenier... Daum console Jacobs : "Anderlecht sera quand même champion ". Pas sûr : six points d'avance repassés à la calculette des PO, une défaite d'emblée et Coach Ariel va revivre son cauchemar de l'an passé. Au Stayen, le Sporting rejoue son frigide face aux sans-grades, de quoi râper le retour à Molins (2-2). Wasyl fait son bigleux : tête ou coude, cuir ou tronche à Delorge, tout ça c'est kif. En visite sur ses propres brins d'herbe, le Club Bruges plante son fanion dans le cercle du Cercle, Akpala casse l'ambiance, dommage pour la perle de Van Eeno (1-2). L'Amicale des Jaunis Béats due au trio Stijnen-Van Damme-Juhasz accueille deux nouveaux membres : bienvenue au duo Hoefkens- Vazquez. ... le salon... Au Bar Jupiler, tout reste plus facile : contre OHL le Standard reprend la formule d'Hanovre, quatre buts des flancs pour stopper huit matches d'insuccès, et à nous les PO1 (4-0). Cyriac et Tchité repartent craquelés, Jelle Tatoo a repris le job au tableau-marquoir. Battu à Gand (3-1), Courtrai peut célébrer Saint-Joseph... et Saint-Bart : sans les gospels d'Akpala et de Goor, les PO1 s'évaporaient. Car Genk a encore foiré, le champion s'écrase à Westerlo (3-2). Been se décompose, les fans réclament le scalp roux et les jantes du bus. L'année d'après-titre est toujours pourrax. Pas vrai, Standard ? ... et la cave. Troc de lanterne dans le bas : malgré son point mauve, Saint-Trond se fait tailler depuis le Kuipje par les ex du Parc Reynaldo et Goor, Westerlo passe aux Canaris la moche place du fond. Saluons aussi les gestes justes : la 21e chipolata de Perbet que personne ne lui piquera cette fois, et la tendance rétro confirmée de Veselinovic. PAR Erik Libois - AUSSI SUR VIVACITÉ ET WWW.RTBF.BE/SPORT " Le Stayen est un très mauvais investissement. " Roland Duchâtelet " Le Standard aurait mieux fait de rester chez lui. " Gunther Schepens " Wasilewski, c'est Mike Tyson. " Jan-Pieter Martens