En ce week-end de Pâques, Roulers accueillera le Final Four de la Coupe de Belgique. Les demi-finales, samedi : Charleroi-Liège à 17 h 30 et Ostende-Bree à 20 h 30. La finale, lundi à 15 h 00. Nous avons posé une question toute simple à un joueur en vue de chaque club : -Pourquoi croyez-vous que votre équipe va l'emporter ?
...

En ce week-end de Pâques, Roulers accueillera le Final Four de la Coupe de Belgique. Les demi-finales, samedi : Charleroi-Liège à 17 h 30 et Ostende-Bree à 20 h 30. La finale, lundi à 15 h 00. Nous avons posé une question toute simple à un joueur en vue de chaque club : -Pourquoi croyez-vous que votre équipe va l'emporter ?" Parce que, psychologiquement, on a déjà pris l'ascendant sur nos adversaires. Ni Liège, ni Ostende, ne nous ont encore battus cette saison. Dans la tête, cela joue. Bree nous a battus, mais d'une part c'était à l'Expodroom, et d'autre part il y a peu de chances que les Limbourgeois se retrouvent en finale. Charleroi a aussi l'expérience des grands rendez-vous et sait gérer le money-time. L'équipe est toujours concentrée pour les grands événements, et lorsqu'elle évolue à son meilleur niveau, elle ne doit craindre personne en Belgique. L'effectif commence à reprendre forme : si on sera certainement privé de PredragSavovic, et probablement de MarcusFaison à Roulers, on a enregistré les arrivées d' AleksandarSubara et d' AndrejaCiric. L'avantage, pour les nouveaux venus qui débarquent à Charleroi, est qu'on ne leur demande pas de forcer leur talent pour gagner le match à eux tout seuls : ils doivent simplement se fondre dans un collectif déjà bien huilé, et peuvent se contenter de suivre le mouvement en jouant leur jeu. Cela facilite leur intégration. C'est un cliché d'affirmer que Charleroi possède la meilleure équipe : sur un match, tout est possible. Le plus difficile sera, à mon avis, de franchir le cap de Liège en demi-finales. Si nous atteignons la finale, je ne vois pas qui pourrait nous empêcher de décrocher le trophée. Pas même Ostende. Car, en fait, il y a plus d'expérience dans les rangs liégeois qu'ostendais : des joueurs comme MichaelHuger, RogerHuggins, RalphBiggs et EricCleymans sont des vieux briscards, alors qu'Ostende possède une jeune équipe, y compris dans le chef de ses Américains ". " Parce que, collectivement, on commence à former une véritable équipe. L'entente est devenue excellente, sur et en dehors du terrain. Cela a pris un peu de temps, et c'est logique car huit nouveaux joueurs étaient arrivés durant l'été, mais depuis le break de Noël, on fait bloc. BrianGreene, un battant qui s'est fondu à merveille dans le groupe, a beaucoup apporté. Il répond totalement au profil de joueur qu'on recherchait. On doit affronter Charleroi en demi-finales, et ce n'est pas un cadeau, mais au fil de nos trois affrontements en championnat, l'écart entre les deux équipes s'est rétréci. Pourquoi cette fois-ci ne pourrait-elle pas être la bonne ? Pour battre les Spirous, il faut livrer le match parfait, à peu de choses près : contrôler AndréRiddick au rebond, contrôler Marcus Faison à distance, contrôler JacquesStas qui nous a déjà tués à plusieurs reprises. Eviter, aussi, de laisser les Spirous développer leurs contre-attaques. Et être capable d'arrêter son adversaire direct en un-contre-un. C'est beaucoup à la fois, je le concède. Mais, depuis le dernier affrontement entre les deux équipes, on sait qu'on peut rivaliser avec Charleroi, et mentalement, c'est un aspect fondamental. On possède plusieurs joueurs capables de marquer : on peut porter le danger de l'extérieur comme de l'intérieur. On est aussi capables de défendre : on l'a démontré en fin de match à Ostende, encore faudra-t-il désormais le faire pendant 40 minutes. Je suis en tout cas très motivé. J'avais déjà réalisé le doublé avec Charleroi l'an passé, mais j'avais très peu joué. J'aspire à remporter un trophée en ayant réellement contribué à la victoire. D'autres anciens de Charleroi, comme Eric Cleymans et Roger Huggins, seront aussi très motivés. Et GiovanniBozzi possède l'expérience de ce genre de tournoi ". " Parce qu'on a démontré qu'on avait les moyens de faire trembler les meilleurs et qu'en jouant à Roulers, on bénéficiera plus ou moins de l'avantage du terrain. Depuis l'arrivée de MatteoBoniciolli, un vent nouveau souffle sur la côte. Notre coach italien a mis l'accent sur la défense et sur la vitesse d'exécution. Il nous accorde une certaine liberté d'action en attaque, en faisant confiance à notre intelligence de jeu et à notre créativité. Personnellement, je me sens comme un poisson dans l'eau sous sa direction. Et je démontre que je ne suis pas uniquement un scoreur : je peux aussi créer pour mes partenaires. ChristopheBeghin, qui avait éprouvé certaines difficultés, retrouve aussi ses sensations depuis quelques matches, et c'est important car on aura besoin de lui. Chacun se bat, tout le monde a faim de victoires. Aujourd'hui, déjà, tout le monde rêve de la finale, mais on ne devra pas sous-estimer Bree en demi-finales. D'aucuns affirmeront que la Coupe de Belgique représente un moyen de sauver notre saison, mais je n'ai pas perdu tout espoir en championnat. Ce n'est pas dans mon tempérament d'abdiquer, et avec une équipe en phase ascendante comme la nôtre, tout demeure possible dans les playoffs ". " Parce que, lors de notre dernier affrontement contre Ostende, on avait compté un moment 15 points d'avance. On est donc capables de rivaliser avec les Côtiers, surtout sur un match. Si l'on passe, il faudra probablement affronter Charleroi en finale, mais on a déjà battu les Spirous cette saison. Donc, tout est possible. Quand bien même Bree ne partira pas avec les faveurs du pronostic. C'est peut-être un avantage, d'ailleurs. Nous n'aurons aucune pression et l'adversaire aura peut-être tendance à nous sous-estimer, comme nous l'avions fait vis-à-vis de Gilly, la saison dernière. Voilà encore un argument : chacun, chez nous, aura à c£ur de laver l'affront de l'an passé. Et puis, cette Coupe de Belgique constitue le seul objectif qui nous reste cette saison, puisque nous n'avons plus rien à espérer ni à craindre du championnat. Nous avons donc tout le loisir de concentrer nos efforts sur ce Final Four ". Daniel Devos