La Foire du Livre s'ouvre ce jour à Bruxelles, pour se tenir jusqu'à dimanche sur le Site de Tour & Taxis. Foutoir et gigantisme, mais aussi Foire du Rêve, je m'y rendrai. Faut savoir que le livre est chez moi l'incarnation vivante (oui, vivante !) d'une culpabilité, d'un sentiment d'autostupidité que m'instille parfois ma passion pour le football : passion dévorante, en ce sens qu'elle m'a empêché de moi-même dévorer des montagnes de bouquins, qui pourtant m'alléchaient quand je les ai croisés...
...

La Foire du Livre s'ouvre ce jour à Bruxelles, pour se tenir jusqu'à dimanche sur le Site de Tour & Taxis. Foutoir et gigantisme, mais aussi Foire du Rêve, je m'y rendrai. Faut savoir que le livre est chez moi l'incarnation vivante (oui, vivante !) d'une culpabilité, d'un sentiment d'autostupidité que m'instille parfois ma passion pour le football : passion dévorante, en ce sens qu'elle m'a empêché de moi-même dévorer des montagnes de bouquins, qui pourtant m'alléchaient quand je les ai croisés... En temps disponible, grosso modo, un match de foot vu correspond à un livre non lu, j'ai le vertige quand j'y pense, je rougirais d'esquisser un total : surtout si je pense à la proportion de matches qui, au coup de sifflet final, se sont finalement avérés mornes et foireux ! Nombre d'heures consacrées au foot furent à jamais volées à la lecture, ainsi suis-je un cleptomane, un criminel, un bandit de grand rectangle ! Alors que les heures volées POUR se saisir d'un livre, elles, ne sont jamais délictueuses... C'est pourquoi, annuellement, j'effectue mon p'tit pèlerinage expiatoire à la Foire du Livre : j'effectue quelques achats, et je murmure aux livres que je ne les oublie pas, que ce n'est que partie remise, qu'ils ne perdent rien pour attendre, qu'ils sont nos amis comme aimait à le répéter mon père, que je suis de leur monde, et que rien même le foot n'égale la lecture ! Que rien n'égale l'impatience chaude de se retrouver seul, face aux mots d'une histoire commencée, bouleversante et interrompue... Ensuite, je dois quand même l'avouer, je profite de l'occasion pour dégotter aussi quelques nouveaux bouquins... qui parlent de sport et de foot : c'est comme ça, c'est pulsionnel et c'est en même temps comme un compromis, une échappatoire, l'illusion de jeter un pont entre deux mondes ! Je me rappelle, l'an dernier, j'en ai pris cinq. Dans Halte aux Jeux ! ( Ed. Stock), le généticien médiatisé Albert Jacquard bazookait les concepts de compétition et de performance tels que pratiqués aux JO : j'étais béat d'admiration pour Jacquard quand il évoquait un sujet dont j'ignorais tout,... je le suis beaucoup moins depuis que je l'ai découvert jouant les je sais tout à propos d'un sujet dont je n'ignore pas tout ! En feuilletant Football, entraînement tactique de Claude Doucet ( Ed. Amphora), je me suis, une nouvelle fois, juré que je n'achèterai plus de bouquins de ce genre, qu'ils se ressemblent tous sans jamais être adaptés au contexte de nos entraînements de petits clubs. En commençant Les héros sont fatigués : sport, narcissisme et dépression de Patrick Bauche ( Ed. Payot), j'ai tout de suite su que je devrais m'accrocher pour boucler la lecture sans virer dépressif moi-même : mais l'accrochage en valait finalement la chandelle... Et puis, oyez et achetez, bonnes gens, en ouvrant le Petit traité defootballistique de Didier Tronchet ( Ed. Albin Michel), je n'imaginais pas à quel point il allait me donner le vrai bonheur, l'alchimie réussie entre passion du foot et plaisir des mots : une cinquantaine de mini- thématiques en deux ou trois pages pour conter le foot mieux qu'un sociologue ; un petit bijou exceptionnel, même si le gars raconte des couillonnades quand il définit le vrai foot offensif... C'était aussi à la Foire 2004 que j'avais acheté Mes règles du jeu ( Ed. Lattès) où PierluigiCollina, comme souvent dans ce genre de biographie, débite beaucoup de banalités et quelques remarques intéressantes : notamment sur la propension toujours condamnable à vilipender les arbitres, j'y ai repensé lors du dernier exploit de Fabian Barthez. Lors d'un match à Casablanca, amical et qu'il ne jouait même pas, ce gardien perd (les pédales) et est parvenu à avoir envie de cracher sur l'arbitre marocain ! Gros scandale, à petits relents xénophobes vu que le referee était au minimum basané,... ça la fout mal en pleine campagne philanthropique de Thierry Henry contre le racisme ! On parle de suspension pour Barthez,... qu'en penserait son pote Bleu à peau noire si la suspension était longue ? Entre intérêt supérieur de la Nation (Equipe de France, Mondial...) et Droits de l'Homme, quel parti prendrait Henry ? par Bernard JeunejeanEntre intérêt supérieur de la Nation et Droits de l'Homme, QUEL PARTI PRENDRAIT HENRY ?