1 JESPER JØRGENSEN {CLUB BRUGES}

Ce médian offensif marquait en moyenne un but tous les trois matches, à Gand, la saison passée. Bruges attendait donc beaucoup de lui mais le Danois n'a jamais trouvé ses marques. Une blessure l'a freiné et ensuite, il a été posté à droite. Il est capable de se distinguer au sein d'une équipe qui tourne bien mais pas dans un Club qui se cherche.
...

Ce médian offensif marquait en moyenne un but tous les trois matches, à Gand, la saison passée. Bruges attendait donc beaucoup de lui mais le Danois n'a jamais trouvé ses marques. Une blessure l'a freiné et ensuite, il a été posté à droite. Il est capable de se distinguer au sein d'une équipe qui tourne bien mais pas dans un Club qui se cherche. L'avant est le grand mystère du Standard. Son arrivée avait apaisé le mécontentement des supporters quant à la politique des transferts mais c'est tout. Ogunjimi est tombé malade, il a disparu de l'affiche et n'a jamais réussi à refaire surface. Ni le joueur ni son entourage ne veulent parler de son état actuel mais une chose est certaine : le Standard veut se débarrasser de lui (et de son coûteux contrat). L'extérieur n'a pas répondu aux attentes qu'il avait soulevées à Louvain. Il a un problème de caractère : il a tendance à se surestimer et à décoller quand tout va bien. Dans le cas contraire, il n'est pas de ceux qui entraînent l'équipe dans leur sillage. Au contraire, il cherche le dribble impossible au lieu de simplifier son jeu. Enfin un véritable extérieur, un dribbleur capable d'atteindre le camp adverse et de préparer des buts, a cru le Club. Intrinsèquement, c'est le cas mais cela n'arrive presque jamais. Le Macédonien n'a pas convaincu durant le temps de jeu reçu et il ne fait pas vraiment bonne impression à l'entraînement non plus. Son avenir à Bruges s'annonce sombre et/ou très bref. Quand le Standard a ramené l'ancien joueur de Charleroi en Belgique, après une année au Wisla Cracovie, on attendait beaucoup de lui, à commencer par des buts. Mais même au sein d'une équipe en quête d'un avant fiable (Ezekiel et Batshuayi sont bons mais très jeunes), Biton n'a pu s'imposer. Et quand il a pu jouer, on a compris pourquoi il n'avait convaincu ni Jans, ni Rednic. Connaissant les supporters du Beerschot, ils vont sourire si nous affirmons que leur club est un peu " abattu " par l'affaire Coulibaly. L'avant a été prié de dégager après une bagarre (réelle ou imaginaire) avec Losada. De toute façon, Coulibaly ne jouait pas bien alors qu'auparavant, à Gand, il avait démontré qu'il connaissait les ficelles du jeu. Lokeren voyait en lui un remplaçant à Leko, âgé de 35 ans, mais celui-ci a tenu à prouver qu'il était loin d'être usé. Un Leko à son meilleur niveau reste le premier choix de Peter Maes, qui n'apprécie pas trop la rotation. Maric a donc dû se contenter de courtes entrées au jeu, ce qui ne le satisfait pas du tout. Il veut donc partir. Smolders a été transféré de Gand pour transmettre son calme mais au Cercle, ça n'a pas été ça. Il a été dépassé, incapable malgré son expérience d'apporter une plus-value à une équipe en perdition. En plus, des blessures de tout genre l'ont encore un peu plus handicapé. Il n'a jamais placé son sceau sur le Cercle. Un Danois n'est pas l'autre. Alors que Pedersen excelle, Junker va de mal en pis. Cet attaquant est déjà quelqu'un de spécial - le football n'est pas vraiment sa passion - et il est tout sauf une bête d'entraînement. Quand, par-dessus le marché, il ne trouve plus le chemin des filets, Harm van Veldhoven n'a plus de raisons de le faire jouer. Le premier entré et le premier sorti. Anderlecht a présenté son nouveau défenseur en avril mais le mois dernier, un mois avant le début du mercato hivernal, il a quitté le Parc Astrid. Footballistiquement et culturellement, la Belgique et l'Arabie Saoudite sont plutôt éloignées l'une de l'autre. Hawsawi n'a pas su s'intégrer et n'a (un tout petit peu) joué que quand Van den Brom n'avait pas d'autre choix. PAR LA RÉDACTION - TEXTE : PETER MANGELSCHOTS - PHOTOS: IMAGEGLOBE