Une saison n'est pas l'autre. Le Leverkusen de Klaus Toppmöller est bien placé pour s'en rendre compte. L'année dernière, il a disputé la finale de la Ligue des Champions et prolongé son contrat avec la firme pharmaceutique dont il porte le nom. Mais pour l'heure, plus rien ne va, que ce soit en Bundesliga ou en Ligue des Champions. ...

Une saison n'est pas l'autre. Le Leverkusen de Klaus Toppmöller est bien placé pour s'en rendre compte. L'année dernière, il a disputé la finale de la Ligue des Champions et prolongé son contrat avec la firme pharmaceutique dont il porte le nom. Mais pour l'heure, plus rien ne va, que ce soit en Bundesliga ou en Ligue des Champions. Bild-Zeitung, le quotidien à sensation, n'a d'ailleurs pas hésité à titrer: Flopmöller. Quel est le problème? D'après l'extravagant entraîneur, la fatigue des internationaux, les Allemands Bernd Schneider - qui n'est plus que l'ombre de lui-même, Oliver Neuville, Carsten Ramelow, le Turc Yildiray Bastürk et le Brésilien Lucio, a coûté beaucoup de points, sans oublier la longue indisponibilité de Jens Nowotny, le pilier de la défense, et les gaffes du gardien, Hans-Jörg Butt, qui a d'ailleurs dû céder sa place à Frank Juric. En outre, Toppi ne manque pas de rappeler que l'infirmerie est comble: sept ou huit joueurs sont constamment blessés, ce qui l'oblige à faire appel plus tôt que prévu à des jeunes tels que Marko Babic, Pascal Ojigwe et Hanno Balitsch. La presse allemande avance une autre explication: la mauvaise campagne de transferts du club. Non seulement il a perdu deux vedettes, Zé Roberto et Michael Ballack, mais il n'a investi que dans des jeunes. Daniel Bierofka et Jan Simak sont des éléments d'avenir et ne sont pas encore aptes à s'ériger en meneurs. Les Brésiliens Juan et Franca n'ont par ailleurs pas encore répondu aux attentes non plus. Il semble donc que Leverkusen continue à faire honneur à sa réputation de Poulidor du football allemand. En cinq ans, il a terminé deuxième de la Bundesliga à quatre reprises. Il est déjà exclu de la course au titre et sa qualification pour le deuxième tour de la Ligue des Champions est fortement compromise. Pour l'heure, il doit se battre pour... assurer son maintien, en attendant des temps meilleurs. (F.Vanheule)