Une autre saison, une autre chance. Francky Dury entame sa première campagne comme entraîneur à temps plein avec un noyau profondément remanié. Les joueurs ne pourront plus invoquer la fatigue comme excuse car il n'est plus question de semi professionnalisme. Reste à espérer que les nombreux transferts soient des réussites, ce qui n'a pas toujours été le cas la saison passée. Malgré une campagne UEFA réussie, Zulte Waregem a été profondément déçu par sa 14e place au classement.
...

Une autre saison, une autre chance. Francky Dury entame sa première campagne comme entraîneur à temps plein avec un noyau profondément remanié. Les joueurs ne pourront plus invoquer la fatigue comme excuse car il n'est plus question de semi professionnalisme. Reste à espérer que les nombreux transferts soient des réussites, ce qui n'a pas toujours été le cas la saison passée. Malgré une campagne UEFA réussie, Zulte Waregem a été profondément déçu par sa 14e place au classement. Geert De Vlieger et Sammy Bossut se disputent la première place dans le but. L'expérience du Diable Rouge lui offre un court avantage. Malgré sa jeunesse, Bossut a de la présence, il est fort sur les hauts ballons et a d'excellents réflexes. A droite, Stijn Minne et Bart Van Zundert sont en ballottage. Minne a la préférence, grâce à ses automatismes avec Nathan D'Haemers. Il est sobre, correct et choisit mieux ses moments pour jouer en profondeur, ce qui reste une lacune dans le chef de Van Zundert, qui a en revanche un tir puissant sur les coups francs. Il est un peu plus impulsif. Dans l'axe, Karel D'Haene doit remplacer le leader, Stefan Leleu. Calme à la construction, fort de la tête, y compris offensivement, il a un excellent jeu de position. A ses côtés, Frédéric Dindeleux, le seul gaucher, Khalifa Sankaré et David Triantafillidis luttent pour une place. Le Français est souvent victime de blessures légères et est peu mobile. Sankaré souffrait d'une pubalgie à son arrivée. Joueur physique, il est très fort dans les duels. Triantafillidis manque de calme ballon au pied et il a besoin d'être dirigé. Il ressemble à Tjörven De Brul : solide, fort de la tête, il distille de bons longs ballons. A gauche Loris Reina, puisque son rival, Bart Buysse, n'est pas encore rétabli d'une opération aux ligaments croisés. Le Français doit prendre davantage d'initiatives et oser filer jusqu'à l'autre camp, au lieu d'adopter une attitude attentiste. Le passage au 4-4-2 avec un entrejeu en losange engendre un problème de luxe. Au médian défensif, le nouveau capitaine, Ludwin Van Nieuwenhuyze, est une certitude. Il est un vrai pare-chocs et a un abattage remarquable. Il conserve bien sa position. A droite, D'haemers espère oublier rapidement les séquelles de sa blessure à la cheville mais le coach ne prendra pas de risque et lui préférera le polyvalent Matthieu Verschuere qui, en outre conserve son calme lorsque son équipe est en possession du ballon. Il peut être aligné partout. Il est le pion idéal pour poser et calmer le jeu. Kevin Roelandts évolue au milieu offensif. Il maîtrise bien les trajectoires de course, sait à merveille placer le ballon dans le dos de la défense et le conserver. Il est l'homme des passes et de la vista. A gauche, Minne est préféré au Brésilien Rudison Nogueira Ferreira, qui dispose certes d'un bon bagage technique mais qui joue par à-coups et néglige souvent ses tâches défensives. Nikica Jelavic, le nouvel avant-centre, a coûté 500.000 euros. Il a l'air statique mais il conserve bien le ballon et est bon dans les duels. Il ne ménage pas ses efforts, même si certains sont inutiles. Il a besoin d'un avant en décrochage qui bouge beaucoup. Tim Matthijs espère retrouver rapidement sa forme du premier tour, Mbaye Leye est mobile, il a une bonne reprise mais n'est pas un buteur type. Janis Coppin, qui a besoin d'un crédit de temps, et Leandro Barrios, amoureux du ballon, manquent d'efficacité et ne sont probablement pas aptes à être immédiatement alignés. Zulte Waregem espère reproduire le football frais d'il y a deux saisons et retrouver sa régularité. Ses supporters se sont irrités de ses fluctuations de forme la saison écoulée. Tous les postes sont doublés, ce qui accroît la concurrence et place la barre plus haute. Le club vise une place dans le subtop et un football offensif. La perte de Tony Sergeant laissera cependant des traces. par Frédéric Vanheule