Davantage que la revanche entre le Club Bruges et La Gantoise, la rencontre du dernier carré entre le Standard et Anderlecht peut être considérée comme une véritable finale avant la lettre. D'ailleurs, Bruxellois et Liégeois se sont opposés six fois en finale et, jusqu'à présent, la balance penche largement en faveur des Sportingmen qui se sont imposés à cinq reprises.
...

Davantage que la revanche entre le Club Bruges et La Gantoise, la rencontre du dernier carré entre le Standard et Anderlecht peut être considérée comme une véritable finale avant la lettre. D'ailleurs, Bruxellois et Liégeois se sont opposés six fois en finale et, jusqu'à présent, la balance penche largement en faveur des Sportingmen qui se sont imposés à cinq reprises. 1964-65RSCA-Standard : 3-2 après prolongationsLa première apothéose entre les deux équipes remonte à 1965. Pour la seconde fois de rang dans l'histoire de la Coupe de Belgique, elle avait donné lieu à des extra-times. L'année précédente, il avait effectivement fallu 120 minutes de jeu pour que La Gantoise l'emporte sur le FC Diest : 4-2. En 1965, le score était de 2-2 au bout du temps réglementaire, grâce à des buts de Paul Van Himst et Wilfried Puis (sur coup franc) pour le RSCA et à un doublé de Roger Claessen pour les Rouches. L'attaquant liégeois allait encore s'illustrer dans ce match en passant sa main dans les cheveux du juge de touche Frans Van Hellemont. Ce qui lui valut une exclusion sur-le-champ ainsi qu'une suspension de six mois ! 1965-66Standard-RSCA : 1-0Il est amusant de constater que les six confrontations entre le RSCA et le Standard sont toujours allées par paires rapprochées. Avant les années 1972 et 73 et 1988 et 89, la toute première revanche, en 1966, fut pour le Standard qui s'imposa par le plus petit écart, au Heysel, suite à un but de la tête de son libero de charme, Nicolas Dewalque. Par là même, les Rouches privèrent les Anderlechtois d'un doublé qu'ils avaient réussi pour la première fois une année plus tôt. Cette saison-là, les Standardmen avaient d'ailleurs terminé deuxièmes du championnat à 12 points des Sportingmen (51-39). 1971-72RSCA-Standard : 1-0Le Sporting réussit le deuxième doublé de son histoire. Non sans mal. Les Mauves doivent patienter jusqu'à la dernière journée du championnat pour coiffer le Club Bruges sur le poteau, grâce à un nombre supérieur de victoires (45 points chacun mais 19 succès bruxellois pour 18 brugeois. En finale de la Coupe, c'est une fois de plus Paul Van Himst qui se révèle le bourreau du portier liégeois Christian Piot en inscrivant le seul but de la rencontre. 1972-73RSCA-Standard : 2-1Anderlecht termine cette saison-là en sixième position, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le championnat 1951-52. Pour conférer plus de punch à son attaque, il met le grappin sur le forward hongrois Attila Ladinszky. Fraîchement débarqué, le transfuge de Feyenoord est d'entrée de jeu aligné contre les Rouches. Un véritable coup dans le mille puisqu'il inscrit les deux buts des siens. Les nouvelles sont moins bonnes pour le back droit, Georges Heylens, victime d'une fracture de la jambe qui entraîne la fin de sa carrière. 1987-88RSCA-Standard : 2-0Le plus dur, Anderlecht l'avait accompli en demi-finales de l'épreuve, en venant à bout du FC Malinois, futur vainqueur de la Coupe des Coupes contre l'Ajax Amsterdam (1-0) cette année-là : défaite 2-1 derrière les casernes et succès 3-1 au stade Constant Vanden Stock. En finale, le Standard, dixième du championnat, est réduit au rang de simple faire-valoir par un Sporting rapidement sur le velours grâce à des goals d' Edi Krncevic et Luc Nilis. 1988-89RSCA-Standard : 2-0Pour la deuxième fois d'affilée, Anderlecht s'impose par 2-0, sur des buts d' Edi Krncevic et Milan Jankovic. La rencontre aurait toutefois pu prendre une toute autre tournure si le referee Alex Ponnet, dont c'étaient les adieux, avait accordé un penalty pour une poussée flagrante du Néerlandais Wim Kooiman sur le Standardman Ronny Rosenthal alors que le score était de 1-0 en faveur des Mauves. En lieu et place, les sociétaires du Parc Astrid doublent l'écart et, du coup, les carottes sont cuites.