Liverpool cherche de l'argent frais depuis trois ans, d'abord pour construire un stade mais aussi pour insuffler un nouvel élan à son équipe, qui n'a plus gagné de titre depuis 1990. Le président David Moores, propriétaire de 51 % des parts du club, a souvent été en proie au doute. L'argent pouvait venir de partout sauf du Moyen-Orient et la Thaïlande et les Etats-Unis ne posaient pas de problème.
...

Liverpool cherche de l'argent frais depuis trois ans, d'abord pour construire un stade mais aussi pour insuffler un nouvel élan à son équipe, qui n'a plus gagné de titre depuis 1990. Le président David Moores, propriétaire de 51 % des parts du club, a souvent été en proie au doute. L'argent pouvait venir de partout sauf du Moyen-Orient et la Thaïlande et les Etats-Unis ne posaient pas de problème. Le club a trouvé un accord le week-end dernier. Comme les propriétaires d'Aston Villa et de Manchester United, les nouveaux maîtres des Reds viennent des States. Ils sont deux : George GillettJr et Tom Hicks. Ensemble, ils ont investi quelque 330 millions d'euros. Une partie de cette somme revient aux anciens actionnaires et 75 millions d'euros sont consacrés à l'assainissement des dettes du club. Le duo finance aussi le nouveau stade à Stanley Park, qui comptera 61.000 places assises. Actuellement, Manchester United accueille 76.000 fans à chaque match contre seulement 45.000 à Liverpool. Il y a deux mois, l'homme providence semblait venir de Dubaï. Puis, aux environs de la Noël, un document appelé projet Oslo a été découvert : le cheik considérait Liverpool comme un simple investissement, un jeu commercial de six ou sept ans, au bout duquel il revendrait le club avec bénéfice. Dubaï a démenti sur tous les tons, en vain. Qui sont ces nouveaux patrons, qui seront tous deux vice-présidents et vont placer chacun un fils à la tête du club, compte tenu des distances ? Gillett a bâti sa fortune sur les franchises sportives - par mégarde, il avait déjà parlé des Liverpool Reds -, les médias et l'industrie de la viande. Il pèse 860 millions d'euros. En 1992, celui qui a fait de Vail, dans le Colorado, une station de ski très populaire, était en faillite. Il est propriétaire des Montréal Canadiens, un club de hockey sur glace. Gillett a été jugé trop léger. Il n'a été pris au sérieux que quand il s'est doté d'un partenaire. Celui-ci, Tom Hicks, vient de Dallas. Il vaut 725 millions d'euros, une fortune amassés via des sociétés d'investissements, de presse, de boissons rafraîchissantes et de pétrole. Hicks est déjà propriétaire des Texas Rangers (baseball) et des Dallas Stars (hockey sur glace). Hicks est aussi un des financiers qui gravitent autour du président George Bush. CRISTIANO RONALDO (22 ans, voir article p. 58), joueur des mois de novembre et de décembre, est invendable, a annoncé Manchester. L'international portugais, qui a comparu la semaine passée depuis le tribunal pour excès de vitesse et a été condamné à une amende de 1.500 euros, a signé jusqu'en 2010 à United. Même pour 50 millions d'euros, il ne peut pas partir. Edwin van der Sar, victime d'une fracture du nez contre Tottenham, rejouerait le week-end prochain. THOMAS BUFFEL (Celtic, blessure au genou) ne jouera plus cette saison. LEROY LITA est une des clefs du succès de Reading. Depuis le Nouvel An, en l'espace de sept matches, l'avant a marqué autant de buts. Avec un total de 13 treize, il est le meilleur buteur de son club. Agé de 22 ans, Lita est né à Kinshasa, au Congo, mais a acquis la nationalité anglaise et se produit pour les Espoirs. La saison passée, il a été transféré de Bristol City à Reading. Victime d'une fracture de la cheville, il n'a pu participer à la joie de la promotion mais il est désormais en pleine forme. STÉPHANE HENCHOZ (32 ans) a prolongé d'un an son bail aux Blackburn Rovers. GIAZKA MENDIETA (32 ans) cherche un club américain. Accablé par les blessures, le médian espagnol n'a encore disputé que huit matches à Middlesbrough. STEVE MCCLAREN a encore été pris pour cible après la défaite de l'Angleterre face à l'Espagne (0-1). Les supportes l'ont hué après le coup de sifflet final. Peter Crouch et Shaun Wright-Phillips ont été plutôt malheureux. L'Angleterre reste sur quatre matches sans victoire. P. T'KINT