" Les staffs médicaux des clubs de D1 ont toujours du travail jusque derrière les oreilles en début de saison. Il faut soigner les bobos, aider les grands blessés sur le chemin du retour à la compétition, encourager ceux qui leur confient leurs soucis sur la table de massage, etc. Leur rôle est bien plus important qu'on l'estime généralement et cela me fait penser à feu Fernand Beeckman qui a été le soigneur et le kiné d'Anderlecht durant 30 ans, de 1958 à 1988. Le Beeck a sauvé ma carriè...

" Les staffs médicaux des clubs de D1 ont toujours du travail jusque derrière les oreilles en début de saison. Il faut soigner les bobos, aider les grands blessés sur le chemin du retour à la compétition, encourager ceux qui leur confient leurs soucis sur la table de massage, etc. Leur rôle est bien plus important qu'on l'estime généralement et cela me fait penser à feu Fernand Beeckman qui a été le soigneur et le kiné d'Anderlecht durant 30 ans, de 1958 à 1988. Le Beeck a sauvé ma carrière. J'étais encore militaire quand ma jambe doubla de volume suite aux coups reçus sur le terrain. Le doc de l'armée parla d'infection, de gangrène, d'amputation, etc. Beeck m'aiguilla chez un célèbre professeur qui, en dernier recours, testa un nouveau remède (injections d'extraits de foie de veau) venu des Etats-Unis. Fernand passait chez moi deux fois par jour pour m'administrer le traitement. Son métier, c'était sa vie. A Anderlecht, il succéda à une autre légende, Jean Bauwens, qui lui a appris son métier. Beeck s'occupait aussi de coureurs cyclistes, d'athlètes préparant les Jeux Olympiques, etc. Gille Van Binst l'avait surnommé le " Pianiste " car ses doigts connaissaient la musique du corps. C'était un homme de classe mais quand il poussait une gueulante, même les plus téméraires se barraient. Ce célèbre moustachu a connu les golden sixties avec Pierre Sinibaldi et fut un des premiers à insister sur l'importance d'une bonne alimentation. Beeck me conseilla ainsi de ne pas manger trop de viande. Pour moi, ce n'était pas un problème et j'ai modifié mes menus pour manger plus varié : poisson, légumes, fibres, etc. Il y a des anecdotes connues à propos de nos habitudes culinaires de l'époque. Paul Van Himst, par exemple, dont le papa travaillait aux abattoirs, avalait tous les jours de gigantesques steaks. On racontait qu'un des défenseurs de la fin de années 50, Jacques Culot, ingurgitait 27 £ufs par semaine ! Bonjour le cholestérol. Bien plus tard, Jan Ruiter a bu 17 sodas en une soirée. Beeck voyait tout ou plutôt c'est le fautif qui le lui racontait sur la table de massage. Il trouvait les mots justes pour faire réfléchir. Cet homme a beaucoup apporté aux Mauves. En 1988, Aad de Mos le remplaça sans état d'âme par de jeunes kinés, certes plus modernes, mais probablement plus dociles aussi. A 67 ans, Beeck fut casé au Heysel où s'entraînaient des équipes de jeunes du Sporting. Il était le responsable des inscriptions et cela ne lui plaisait pas. Le confident des plus grands d'Anderlecht était aigri... Beeck a été emporté par une pénible maladie en 1999 et sa femme est ensuite morte de chagrin. " PIERRE BILIC